Pendant que certain·es se prennent des contraventions pour rassemblement interdit, que d’autres sont rĂ©guliĂšrement empĂȘché·es manifester place Stanislas… une grosse centaine de supporters du maire sortant candidat Ă  sa succession y affichent bruyamment leur soutien.

JPEG - 47.2 ko

Faut-il le rappeler ? Depuis le soulĂšvement des Gilets jaunes les manifestations sont presque systĂ©matiquement bloquĂ©es aux abords de la place. Tout rĂ©cemment, les manifestations contre le racisme d’Etat et les violences policiĂšres et celle des hospitalier·es ont Ă©tĂ© empĂȘchĂ©es de rejoindre la place par des cordons de policiers.

Et puis en gĂ©nĂ©ral, les rassemblements sont rĂ©primĂ©s, comme celui du 16 mai place Carnot, oĂč toutes les personnes qui traversaient la place se sont vues relever les identitĂ©s et verbalisĂ©es. MĂȘme chose pour les personnes qui ont accompagnĂ© les militant·es convoqué·es Ă  l’hĂŽtel de police pour l’action du 10 janvier devant le dĂ©pĂŽt de bus Keolis, le 25 mai et les jours suivants, qui ont reçu des avis de contraventions alors mĂȘme que les prĂ©cautions sanitaires avaient Ă©tĂ© prises et qu’aucun appel Ă  rassemblement n’avait Ă©tĂ© lancĂ©.

Mais le traitement n’est pas le mĂȘme pour toutes et tous. Les flics ont pu pleurnicher et revendiquer la pratique de la clef d’étranglement, avec leurs vĂ©hicules de service, place Stanislas. Et le 26 juin en fin de journĂ©e c’est l’équipe de soutien Ă  Laurent HĂ©nart qui s’est donc rassemblĂ©e sur la place, en nombre, sans que quiconque ne soit inquiĂ©tĂ©. Le maire-candidat aurait-il procĂ©dĂ© l’air de rien Ă  une forme de privatisation de l’espace public Ă  deux jours du scrutin ? Mais il est vrai que les flics n’auraient pas eu beau jeu d’intervenir contre les troupes d’un Ă©dile qui ne manque pas de les soutenir autant qu’il peut.

JPEG - 110.3 ko

Post-scriptum. Nous ne ferons pas pour autant ici la promotion de son adversaire, Mathieu Klein, qui est tout autant Macron-compatible que Laurent HĂ©nart. On sait ce que l’on doit aux socialistes ces derniĂšres annĂ©es, de l’exacerbation de la lĂ©gislation antiterroriste Ă  la loi Travail en passant par la mort de RĂ©mi Fraisse Ă  Sivens. Entre HĂ©nart et Klein, c’est balle au centre…


Article publié le 27 Juin 2020 sur Manif-est.info