Juillet 2, 2016
Par Brèves du Desordre
282 visites


Hier, mercredi 29 juin, vers 17 heures, des matons du centre pénitentiaire de Soto de Real se sont présentés dans la cellule de la compagnonne arrêtée le 13 avril pour l’informer de son transfert immédiat et lui faire emballer toutes ses affaires.

Cela signifie que le processus d’extradition – normalement mené dans le silence vis-à-vis de l’extérieur, sans donner la possibilité d’avertir la personne transférée – a déjà eu lieu, ou qu’il se déroulera aujourd’hui au plus tard. Ainsi devient effectif le mandat d’arrêt européen émis début avril par l’Allemagne à l’encontre de notre compagnonne accusée d’avoir participé à l’expropriation d’une agence bancaire de la Pax Bank dans la ville de Aachen en 2014.

Nous savons que la compagnonne emmène avec elle non seulement la détermination et la conviction de ses principes politiques révolutionnaires, mais aussi toutes les manifestations de solidarité et de soutien que vous lui avez exprimées tout ce temps là, lui rappelant qu’elle n’est pas et ne sera pas seule face à un Etat qui poursuit et attaque toutes celles et ceux qui se rebellent contre son ordre de misères.
Nous appelons d’ici à manifester dans la rue notre soutien envers elle et toutes les personnes en lutte réprimées et nous rappelons qu’en réponse à l’extradition un rassemblement a été appelé à Manresa, demain vendredi 1 juillet à 20h sur la Plaça Sant Domènec.

Nous continuerons à informer

Nous la voulons libre, nous la voulons près de nous !

Solidarité avec les personnes accusées d’avoir exproprié des banques à Aachen !

Liberté pour toutes les personnes en lutte emprisonnées et poursuivies !

[Traduit de l’espagnol d’Indy Barcelone, 30 jun 2016]


Barcelone : sabotage d’une agence bancaire de la Deutsche Bank en solidarité avec la compagnonne arrêtée le 13 avril.

Le 21 mai dernier, nous avons attaqué une agence de la banque allemande Deutsche Bank située dans la rue Gran de Sant Andreu. Toutes les vitres ont été brisées, de même que l’écran du DAB. Des tags ont été laissés, exigeant la remise en liberté de la compagnonne arrêtée le 13 avril, accusée d’avoir braqué une banque du Vatican dans la ville allemande de Aachen.

Nous incitons à poursuivre les actions et les expressions de solidarité

avec les personnes emprisonnées et réprimées pour lutter.

La lutte est le seul chemin.

Barcelone, été 2016

[Traduit de l’espagnol de Indy Barcelone, 01 jul 2016]


Affiches collées à Barcelone au cours de ces dernières semaines en

solidarité avec la compagnonne arrêtée le 13 avril

Il y a celles et ceux qui rêvent peu et désirent moins encore.

Qui se satisfont de banalités,

Qui se divertissent au lieu de vivre,

cultivant leur MOI propre jusqu’à disparaitre dans l’oubli.

Il y a celles et ceux qui débordent d’idées merveilleuses,belles et destructrices,

Mais qui hésitent à l’heure de les mettre en pratique, se cachant derrière des discours de pureté tiède,

ils finissent par parcourir insatisfaits
la triste topologie de l’indécision.

Mais il y a aussi ces quelques-un-e-s aux rêves confus

mais pleins de conviction.

Qui demandent tout, mais sont aussi capables de donner encore plus.

Qui savent être contagieu-ses avec leur élan, leur enthousiasme et leur

audace.

Persistant-e-s, irréductibles, obstiné-e-s.

Qui ne s’accommodent jamais du paraitre,

Puisqu’ils et elles cherchent l’intensité de ce qui est réellement

Puisqu’atteindre les confins ne leur suffit pas,

Parce qu’ils et elles ne rentrent simplement pas dans ce monde si plat.

Parce qu’ils et elles ont reconnu que pour réaliser les mondes nouveaux

il faut arracher à vif

les morceaux et les moments de l’existant.

Que pour avancer, il faut se lancer en avant,

parfois même dans le vide, en toute conscience du danger,

mais en croyant dans la victoire.

Que la cohérence, le compagnonnage et l’humilité

sont la matière première de tout changement violement nécessaire.

Et surtout, ils et elles se sont rendu compte de cette lugubre vérité

Il n’y a que la réalité, notre conscience et nos décisions …

Liberté pour la compagnonne arrêtée le 13 avril à Barcelone

Pour l’anarchie !

Feu aux prisons !

[Traduit de l’Espagnol d’Indy Barcelona, 01 jul 2016]




Source: