Mai 24, 2021
Par Partage Noir
313 visites


DĂšs lors, la persĂ©cution continue, les expulsions, les besoins de la vie le jettent de pays Ă  pays, mais la propagande en Italie est toujours son occupation de tous les instants. Depuis le printemps 1881, aprĂšs Égypte, Syrie, Marseille, GenĂšve, Roumanie, Paris, Bruxelles, etc., nous le trouvons Ă  Londres, oĂč il prend une rĂ©sidence un peu stable. Malatesta avait rencontrĂ© Kropotkine passagĂšrement en 75, mais il se lia avec lui Ă  GenĂšve au dĂ©but de 79, quand Le RĂ©voltĂ© y fut fondĂ©, et jusqu’à l’expulsion de Malatesta.

Des documents que m’a laissĂ© le docteur Viñas, dĂ©cĂ©dĂ© en 1931, et d’autres provenant de Malatesta lui-mĂȘme, il rĂ©sulte que Kropotkine, en Ă©tĂ© 77, avait Ă©tĂ© nommĂ© secrĂ©taire correspondant du groupe international intime qui continua la FraternitĂ© internationale de Bakounine (1864) et l’Alliance de ZĂŒrich (1872) ; Malatesta et Cafiero, sortis de prison en aoĂ»t 78, appartenaient de longue date Ă  ce groupe. Lorsque les autres eurent disparu pour les raisons les plus diverses, Malatesta et Kropotkine restĂšrent les derniers militants de ce groupe, car James Guillaume qui, nominalement, se considĂ©rait toujours en faire partie, Ă©tait tellement sĂ©parĂ© d’eux en conceptions et en pratique qu’il ne chercha plus une coopĂ©ration sĂ©rieuse avec eux quand il reprit son activitĂ© vers 1901. Mais malgrĂ© la cordialitĂ© de leurs relations jusqu’à l’automne 1914 et la vĂ©ritable amitiĂ© qui les lia, il n’y eut pas de coopĂ©ration continue possible entre Malatesta et Kropotkine. Pour comprendre exactement leurs divergences, il faut relire l’article que Malatesta rĂ©digea en dĂ©cembre 1930 pour une revue russe publiĂ©e aux États-Unis, sur ma proposition de cĂ©lĂ©brer le dixiĂšme anniversaire de la mort de Kropotkine et dont le texte original français fut publie un peu plus tard par le RĂ©veil de GenĂšve et, de lĂ , rĂ©imprimĂ© ou traduit dans nombre d’organes anarchistes. Il faudrait aussi consulter deux longues lettres qu’ils se sont Ă©crites vers 1881, lors du CongrĂšs de Londres, lettres circulant dans le milieu intime dont je parle ici, et montrant l’incompatibilitĂ© de leurs conceptions. Mais la solidaritĂ©, l’amitiĂ© et le dĂ©sir de chacun d’eux de ne pas diminuer la force de l’autre par une dissidence publique, ont empĂȘchĂ© une franche discussion, ce qui ne fut pas en somme Ă  l’avantage de l’évolution progressive de l’idĂ©e anarchiste. Cependant, quand on regarde de prĂšs tous leurs Ă©crits depuis les annĂ©es quatre-vingts, on voit trĂšs nettement cette diffĂ©rence, car ils ne se sont fait aucune concession rĂ©ciproque quelconque, et chacun d’eux est toujours restĂ© sceptique Ă  l’égard des idĂ©es particuliĂšres de l’autre.

C’est dans ces conditions que se dĂ©veloppa Ă  gauche de Kropotkine un anarchisme outrancier qu’on a appelĂ© « amorphisme Â», et Ă  droite de Malatesta un anarchisme exagĂ©rant le principe d’organisation. Ni l’un ni l’autre n’en furent responsables, mais comme il n’y eut aucune discussion directe, il ne fut pas possible de dĂ©barrasser les idĂ©es de ces excroissances de droite et de gauche. Autant le communisme de Kropotkine fut dĂ©voyĂ© d’un cĂŽtĂ©, autant les conceptions plus prĂ©cises de Malatesta le furent de l’autre. Et il y eut encore ce phĂ©nomĂšne malsain, que l’amorphisme sur le terrain de la coopĂ©ration mutuelle devint cet anti-organisationisme absolu qui dĂ©sormais, Ă  partir du CongrĂšs de Londres, 1881, se donna pour premiĂšre tĂąche de combattre tout effort coordinateur de Malatesta ; de maniĂšre analogue l’amorphisme Ă©conomique dĂ©gĂ©nĂ©rĂ© en culte de l’égoĂŻsme et annula l’effort de Kropotkine dans la voie de la solidaritĂ©.

Pour ceux que ces questions intĂ©ressent, je renvoie aux dĂ©bats du CongrĂšs de Londres, exposĂ©s dans mon livre sur l’Anarchie des annĂ©es 1881-8G, sur l’analyse des Ă©crits de Kropotkine (le 1879-82, de Malatesta de 1883-84 en Italie (La Question sociale, Florence), de Merlino et autres. Durant l’absence de Malatesta dans l’AmĂ©rique du Sud (1885-89), Merlino soutint une conception pareille quoique plus Ă©troite, et combattit violemment l’amorphisme pour arriver en 1893 Ă  la critique de Kropotkine ; celui-ci rĂ©pondit en dĂ©cembre de cette annĂ©e, mais la controverse fut coupĂ©e court par l’arrestation de Merlino en janvier 94, et elle ne fut pas reprise plus tard, par suite de la disparition de La RĂ©volte. En Espagne, le communisme outrancier fut repoussĂ© par les anarchistes collectivistes ; puis interprĂ©tant les thĂšses en prĂ©sence, celle que dĂ©veloppait Kropotkine et celle du collectivisme, il se forma la conception trĂšs juste qui proclame qu’on ne peut ni ne doit prĂ©sumer des formes Ă©conomiques de l’avenir, ni prĂ©sumer ni prescrire, Ă  peine prĂ©voir ; que tout, sur ce terrain, n’est qu’hypothĂšse et qu’il convient de professer l’anarchisme sans Ă©pithĂšte. Ce rĂ©sultat fut acquis aux environs de 1890.




Source: Partage-noir.fr