Mai 20, 2021
Par Partage Noir
181 visites


On connaĂźt moins le fait — il me l’a Ă©crit lui mĂȘme vers la fin de sa vie— que Malatesta, Ă  la fois thĂ©oricien et dĂ©sireux d’action, se dĂ©cida Ă  adhĂ©rer Ă  l’organisation secrĂšte du parti mazzinien ; il ne fut pas admis, sans doute une enquĂȘte des initiĂ©s l’avait-elle rĂ©vĂ©lĂ© comme un Ă©lĂ©ment trop indĂ©pendant. BientĂŽt aprĂšs, le 18 mars et la Commune de Paris le fascinĂšrent, et, Ă  ce moment, il rencontra un jeune avocat, Carmelo Palladino, membre de l’Internationale Ă  Naples et en relation directe avec Bakounine, trĂšs connu Ă  Naples oĂč il avait vĂ©cu de 1865 Ă  1867. Mais la section de Naples, trĂšs importante en 1869, Ă©tait en dĂ©cadence et dĂ©chirĂ©e par l’intrigue marxienne. Donc, Malatesta vit que, dans le socialisme Ă©galement, il y avait des maladies intĂ©rieures : la politique et l’autoritarisme, et qu’il fallait lutter contre elles au mĂȘme titre que contre les ennemis de l’extĂ©rieur. Il se libĂšre de l’asservissement intellectuel (religion), politique (État), Ă©conomique (propriĂ©tĂ© monopolisĂ©e), moral, etc. DĂšs lors il entame la lutte et trouve le concours de quelques amis universitaires.

DĂšs qu’il s’en occupe, seconde partie de 1871, nous voyons la section de l’Internationale Ă  Naples reprendre de la vigueur, aussi le gouvernement la dissout-elle en aoĂ»t ; ce fut sans doute la premiĂšre persĂ©cution que Malatesta subit comme socialiste. L’Internationale prit, alors, en Italie, un grand ascendant ; Mazzini l’attaquait ignoblement, ainsi que la Commune de Paris ; Marx et Engels faisaient effort pour mettre la main sur les sections avec l’aide d’hommes de confiance. Cafiero Ă©tait alors un de ceux-ci et croyait qu’il fallait lutter Ă  tout prix contre Bakounine. On sait, par les lettres de Cafiero d’Italie et celles de Lafargue d’Espagne (publiĂ©es par mes soins), comment agissaient ces deux hommes sous l’inspiration d’Engels ; le premier naĂŻf et dupe, le second complice ; leur Ɠuvre, secondĂ©e par Outine et autres en d’autres pays, prĂ©parait l’assujettissement des sections de l’Internationale au socialisme politique de Marx. Malatesta fut prĂ©cisĂ©ment celui qui sut le mieux dĂ©ciller les yeux de Cafiero, bientĂŽt devenu son ami Ă  vie. Cafiero fut entiĂšrement acquis Ă  la cause anti-autoritaire quand il eut Ă©tĂ© Ă  Locarno, au printemps 1872, et qu’il eut lu la circulaire d’Engels en mai de la mĂȘme annĂ©e.




Source: Partage-noir.fr