Janvier 17, 2023
Par Kedistan
215 visites

Un man­nequin sué­dois représen­tant le Reis turc Erdoğan a été sus­pendu tête en bas et filmé ain­si “exé­cuté”, il y a quelques jours, à Stockholm.

L’ac­tion est revendiquée par un “Comité pour le Rojava”.

On peut voir, sur la vidéo partagée par le groupe par la suite, une mise en scène de l’exé­cu­tion du dic­ta­teur ital­ien Mus­soli­ni en 1945, suiv­ie de celle de la poupée représen­tant Erdoğan, accom­pa­g­nées du texte : “L’histoire a mon­tré que c’est ain­si que finis­sent les dic­ta­teurs”.

Le pre­mier min­istre sué­dois a “vive­ment con­damné” l’ac­tion, dans un con­texte où la Turquie men­ace tou­jours la Suède d’op­pos­er un véto à son entrée dans l’OTAN, et cri­tique vio­lem­ment les autori­sa­tions de man­i­fes­ta­tion de sol­i­dar­ité publique pour les Kur­des, qual­i­fiées de “sou­tien aux ter­ror­istes”. On ne pou­vait guère atten­dre d’autres réac­tions de la part du gou­verne­ment sué­dois, tout aus­si diplo­ma­tique­ment pleu­tre que le gou­verne­ment français par exem­ple, poli­tique migra­toire et Ukraine obligent.

Ces mêmes gou­verne­ments, qui se gar­dent d’ailleurs de con­damn­er explicite­ment la men­ace per­sis­tante que fait peser la Turquie sur la Syrie Nord, et les bom­barde­ments qui y font des vic­times civiles régulière­ment, per­me­t­tent pour­tant par ailleurs, les résur­gences tou­jours plus pres­santes de groupes se récla­mant de l’ex Etat islamique en Irak et en Syrie. Ils con­tribuent ain­si à une désta­bil­i­sa­tion sup­plé­men­taire après l’onde de choc de la guerre russe en Ukraine, désta­bil­i­sa­tion que Erdoğan “l’en­tremet­teur ami de Pou­tine” entre­tient sans scrupules pour sa  prochaine cam­pagne présidentielle.

L’ac­tion spec­tac­u­laire et rad­i­cale du Comité pour le Roja­va est liée bien sûr à ce con­texte, et elle en désigne le responsable.

Bien évidem­ment, le régime turc a aus­sitôt par­lé de vio­la­tions des promess­es du gou­verne­ment sué­dois et exigé des recherch­es, pour­suites et sanc­tions graves con­tre une soi-dis­ant “provo­ca­tion ter­ror­iste du PKK” (Par­ti des Tra­vailleurs du Kur­dis­tan), ain­si que l’ar­rêt immé­di­at de toutes autori­sa­tions con­cer­nant l’ex­pres­sion de la com­mu­nauté kurde en Suède. La liste de deman­des d’ex­tra­di­tion de militant.es kur­des reste d’ac­tu­al­ité, alors que le gou­verne­ment sué­dois a con­sid­érable­ment dur­ci ses “poli­tiques migratoires”.

Erdoğan tête en bas”, c’est aus­si une allé­gorie pour 2023. 

Et c’est prob­a­ble­ment ain­si qu’elle est reçue en Turquie par une bonne par­tie des opposants au régime : ‘prof­iter de ces élec­tions qui vien­nent pour se débar­rass­er du tyran”.

Mais rien n’est moins sûr.

D’une part, et c’est là une cer­ti­tude, des “élec­tions” à froid, dans le cadre d’une démoc­ra­ture, ne sont pas une garantie de “change­ment” pro­fond, et d’autre part, et c’est une “habi­tude” en Turquie, ces élec­tions pour­raient bien se dérouler dans un con­texte de ten­sions internes et externes dont ce régime cor­rompu et mafieux a le secret. La fébril­ité des dirigeants turcs témoigne pour cela. Et, sans rire, on pour­rait égale­ment assis­ter pour la troisième fois à une “prise du Capi­tole” à Ankara.

La coali­tion actuelle islamo-nation­al­iste sert d’al­i­bi “démoc­ra­tique et répub­li­cain” a un régime prési­den­tiel qui con­cen­tre tous les pou­voirs, et en réal­ité repose sur un Etat dans l’E­tat, qui dis­pose des moyens de la cor­rup­tion, des forces de répres­sion légales et occultes, du con­trôle de la jus­tice et de l’ar­mée, entre autres. La façade démoc­ra­tique n’y con­trôle pas grand chose dans la réal­ité, mais joue néan­moins un rôle lorsqu’il s’ag­it de faire reculer des droits, juguler l’ac­tion d’une oppo­si­tion, con­damn­er et empris­on­ner, et envelop­per cela dans un sem­blant de respect constitutionnel…

Mais qu’en est-il des “pré­parat­ifs” de la course électorale ?

Quelles sont les écuries sur la ligne de départ, et qui four­nit l’avoine ?

En principe, ces élec­tions se dérouleront en juin 2023, autour du 18, et seront des Prési­den­tielles et des lég­isla­tives. Cer­tains com­men­ta­teurs par­lent du 30 avril, du 7 mai, ou encore du 14 mai… Pour l’élec­tion prési­den­tielle, si aucun can­di­dat ne rem­porte plus de 50% des voix au pre­mier tour, un deux­ième sera organ­isé deux semaines plus tard. A ce jour, Erdoğan dis­tille tou­jours l’in­cer­ti­tude. Elles doivent pour­tant être annon­cées au plus tard 60 jours avant. Notons égale­ment qu’après le 6 avril 2023, c’est une nou­velle loi élec­torale édic­tée en 2022 qui s’appliquera.

Rap­pelons que cette année 2023 est aus­si celle du cen­te­naire de la République turque, le 23 octo­bre, et for­cé­ment celui aus­si du Traité de Lau­sanne, le 24 juil­let, qui partagea en qua­tre le Kur­dis­tan et en remit une par­tie à la Turquie à venir. Dire que ces échéances élec­torales seront placées sous le sceau du nation­al­isme, n’est donc pas lire dans une boule de cristal. Et le nation­al­isme en Turquie porte un nom, celui de Mustafa Kemal Atatürk.

Erdoğan est annon­cé per­dant dans les sondages au 1er tour, et ce, quel que soit son opposant, sauf bien sûr un.e leader de par­ti soutenu par les Kur­des. Cela pousse donc à des “coali­tions élec­torales”, et fait penser que ces élec­tions se dérouleront après avril, afin d’ap­pli­quer les nou­velles règles, qui pour­rait empêch­er le HDP (Par­ti démoc­ra­tique des peu­ples) ou un nou­veau par­ti recréé en cas de dis­so­lu­tion de se présen­ter. La tam­bouille élec­torale fait donc recette, sous “le por­trait du père de la nation”.

Pour élargir cette chronique, je vous invite à con­sul­ter égale­ment cet arti­cle.

Mais qui est déjà sur les rangs en ce début d’an­née 2023 ?

Six can­di­dats poten­tiels se sont déclarés pour le moment : Muhar­rem Ince, prési­dent du par­ti de la Pays (Mem­leket Par­tisi), Recep Tayyip Erdoğan, Cem Uzan, ancien prési­dent du par­ti Jeune (Genç par­ti), Doğu Per­inçek, prési­dent du Par­ti de la Patrie, Ser­dar Savaş, et Sinan Oğan, ancien député du MHP.

La can­di­da­ture de Recep Tayyip Erdoğan, prési­dent sor­tant, est soutenue par la coali­tion actuelle­ment au pou­voir, dite  “Alliance pop­u­laire”, entre l’AKP, Par­ti de la jus­tice et du développe­ment et le MHP, par­ti ultra nation­al­iste. Il déjà été élu prési­dent en 2014 et 2018 après avoir aus­si été pre­mier min­istre de 2003 à 2014. Erdoğan, bon prince, a déjà annon­cé que ce serait “la dernière”.

Face à cela, une coali­tion de par­tis et surtout de “per­son­nal­ités” dite “Table des Six” ou “Alliance de la nation”,  se ren­con­tre régulière­ment. Leur pro­gramme est de faire chuter Erdoğan, et de revenir à un sys­tème par­lemen­taire. Mais la com­po­si­tion de ce groupe en dit plus long.

• Par­ti répub­li­cain du peu­ple (CHP, par­ti kémal­iste fondé par Atatürk, présidé par Kemal Kılıçdaroğlu

• Bon Par­ti (IYI par­ti, scis­sion du MHP ultra nation­al­iste, présidé par Mer­al Akşener

• Par­ti de la Félic­ité, Saadet par­tisi, islamo-con­ser­va­teur, présidé par Temel Karamollaoğlu

• Par­ti Démoc­rate, nation­al­iste con­ser­va­teur et laïc, présidé par Gül­tekin Uysa

• Par­ti de l’Avenir, libéral-con­ser­va­teur, présidé par Ahmet Davu­toğlu (ancien mem­bre de l’AKP)

• Par­ti de la Démoc­ra­tie et du Pro­grès, libéral-con­ser­va­teur, présidé par Ali Baba­can (ancien mem­bre de l’AKP)

Une belle tablée de revenants tous aus­si nation­al­istes et pour beau­coup “big­ots libéraux”. Le CHP, actuel prin­ci­pal par­ti d’op­po­si­tion par­lemen­taire, et sérieuse machine élec­torale, sem­ble le plus capa­ble d’im­pos­er son can­di­dat. Ekrem Imamoğlu, l’actuel maire d’Istanbul, a cara­colé en tête un temps, mais, en décem­bre 2022, un tri­bunal d’Istanbul l’a con­damné. Même si l’af­faire est en appel, la tablée pencherait davan­tage pour Kılıç­daroğlu, qui sem­ble, pour­tant nation­al­iste, le moins effray­er les voix kur­des pour un 2e tour. Mer­al Akşen­er (Bon par­ti) elle, est sou­vent présen­tée comme une pre­mière min­is­tra­ble en cas de vic­toire de la  “Table des Six” et dans le cadre d’un retour à un sys­tème par­lemen­taire. On attend donc le messie de la Cène.

Courant 2022, est née une coali­tion dite “de gauche” avec le HDP (Par­ti démoc­ra­tique des peu­ples). Elle regroupe de petits par­tis et organ­i­sa­tions à ses côtés comme le Par­ti du mou­ve­ment ouvri­er (EHP), le Par­ti du tra­vail (EMEP), le Par­ti des tra­vailleurs de Turquie (TİP) ve Par­ti de la lib­erté sociale (TÖP), la Fédéra­tion des assem­blées social­istes (SMF), les Maisons du peu­ple (HHE). Elle a pris pour nom “Alliance du tra­vail et de la lib­erté”. Ses pre­mières réu­nions publiques ont été vis­itées par la police et des arresta­tions de militant.es ont déjà eu lieu.

Avec poten­tielle­ment plus de 10% de l’élec­torat à lui seul, le HDP appa­raît comme celui qui ferait bas­culer l’élec­tion. Il est très majori­taire dans le vote des Kur­des. C’est pourquoi il est men­acé de fer­me­ture depuis plus d’un an. Sela­hat­tin Demir­taş, deux fois can­di­dat aux prési­den­tielles, député déchu, est en prison depuis plus de 6 ans, mal­gré des déci­sions de la Cour Européenne des Droits Humains en sa faveur. En ce début d’an­née, le HDP a annon­cé qu’il présen­tera un.e candidat.e. Per­vin Bul­dan, co-prési­dente du par­ti pour­rait être désignée, mais une désig­na­tion pour­rait aus­si se faire au sein de la coali­tion de gauche.

Tam­bouille élec­torale oblige, chaque écurie pèse le pour et le con­tre sur la présence du HDP et de la coali­tion dans l’élec­tion. Pour les uns poten­tiel réser­voir de voix pour un deux­ième tour, pour les autres empêcheurs de tourn­er en rond, à élim­in­er et réprimer avant l’élec­tion. Mais, là encore les Kur­des n’ont pour amies que les montagnes.

Les mou­ve­ments démoc­ra­tiques en Turquie n’ont pas plus à gag­n­er d’une coali­tion nation­al­iste dont cer­tains mem­bres dévelop­pent le racisme sous cou­vert de turcité, que d’un atte­lage qui recon­duirait l’actuel régime. Ils ont pour la Turquie un pro­gramme de change­ment pro­fond qui dépasse de loin le sim­ple retour au par­lemen­tarisme et sont les seuls à pro­pos­er une rup­ture pour que cesse la polar­i­sa­tion en Turquie. Si ces mou­ve­ments démoc­ra­tiques, autour du HDP, applaudi­raient la chute d’Er­doğan, (et qui ne se réjouirait pas de sa dis­pari­tion poli­tique ?), ils savent aus­si que toutes les dif­fi­cultés de la Turquie resteraient entières, avec un sim­ple change­ment de main du pouvoir.

En qua­tre mois il peut se dérouler bien des choses encore. Erdoğan ne se lais­sera pas vol­er cette célébra­tion du cen­te­naire en octo­bre sans jouer de la corde nation­al­iste, face à d’autres joueurs de vio­lon kémal­iste, ni non plus dérober l’habit du “diplo­mate inter­na­tion­al” pour le ray­on­nement de la “Grande Turquie” ain­si que son rôle de guide poli­tique pour le “monde sunnite”.

Je ne dévelop­perai pas la réflex­ion sur qui, à l’In­ter­na­tion­al, a intérêt ou pas à voir dis­paraître Erdoğan de la géopoli­tique de la région, et des actions en coulisse que cela pour­rait génér­er. Il serait aus­si intéres­sant de not­er qu’à l’oc­ca­sion de ces élec­tions, la place des femmes, leurs droits bafoués, la vio­lence patri­ar­cale et les fémini­cides seront plus que jamais enfoui sous les défer­lements patri­o­tiques et bigots.

Erdoğan tête en bas ne serait que jus­tice, mais une autre poupée pour­rait pren­dre sa place, revê­tant le bon­net de la turcité, devant les yeux ébahis des peu­ples de Turquie, comme une his­toire qui se prolonge..


Soutenez Kedis­tan, FAITES UN DON.

Nous entretenons “l’outil Kedistan” autant que ses archives. Nous tenons farouchement à sa gratuité totale, son absence de liens publicitaires, et au confort de consultation des lectrices et lecteurs, même si cela a un coût financier, jusque là couvert par les contributions financières et humain (toutes les autrices et auteurs sont toujours bénévoles).
Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Daniel Fleury on FacebookDaniel Fleury on Twitter
Daniel Fleury
REDACTION | Auteur
Let­tres mod­ernes à l’Université de Tours. Gros mots poli­tiques… Coups d’oeil politiques…



Source: Kedistan.net