Nous ne pouvons pas compter sur des entreprises et institutions prétendument émancipatrices. Nous devons nous organiser ensemble depuis la base.

La répression étatique se renforce d’année en année alors que toutes les critiques envers les organisateurICEs* et toute perspective anticapitaliste sont fermement rejetées. L’an passé déjà, des arrestations violentes d’activistes queer avait eu lieu. Cette année, un petit groupe qui se revendiquait du Stonewall-Block n’a même pas pu se rendre jusqu’au lieu officiel de rassemblement, la place Helvetia. Iels* ont été controlléEs* par la police, leur flyers ont été réquisitionnés et ilLEs ont été interditEs de se rendre dans le périmètre de la Pride.

Le Stonewall-Riot est une insurrection contre les violences policières racistes, homo-et transphobes. S’en revendiquer signifie le rejet fondamental de ce système. Les institutions et les entreprises qui le récupèrent se donnent une façade de tolérance, de modernité et d’ouverture. Elles espèrent ainsi vendre leurs produits et leur image à la communauté Queer.

Dans la lignée de Stonewall, nous voulons exprimer notre solidarité à touTEs* ceLLEux* qui sont maginaliséEs* et excluEs* par la société capitaliste et qui sont les cibles des violences policières. C’est pour cette raison que nous avons suspendu à la terrasse de l’Opéra une banderole sur laquelle on pouvait lire « Rainbow Capitalism ? Not a Riot ? Cops in Pride ? #Not my Pride »

Nous ne voulons pas d’une reconnaissance partielle de la part d’organisations qui sont encore hostiles à bon nombre d’entre nous. Nous voulons un mouvement d’en bas :

Anticapitaliste ! Antiraciste ! Queer-féministe !


Article publié le 26 Juin 2019 sur Renverse.co