Mai 10, 2021
Par Le Poing
194 visites


Récit du procès des 24 militants verbalisés pour participation à des rassemblements interdits sur la base d’images tournées par des caméras par un de ceux qui l’ont vécu.

Nous, « Les Amendés de Mai » de Millau étions 24 militant-e-s aveyronnais soutenuEs par un peu plus de 200 manifestantEs, convoquéEs devant le Tribunal de Rodez pour expliquer les raisons de notre contestation de PV « automatiques et sans contact » qui nous avaient été adressé après à un rassemblement le 12 Mai 2020.

Le tribunal a entendu la demande de nos avocats et s’est déclaré incompétent en début d’audience. Le jugement doit avoir lieu à Millau et pas ailleurs. C’était le premier des cinq cas de nullité que nous soulevions.

Au delà, de nombreux vices de formes de la part du commissariat de Millau et de la préfecture de l’Aveyron qui, empressés de réprimer, ont oublié de nombreux points de procédure pour se livrer à un arbitraire policier dont ils estimaient que l’état d’urgence leur donnait l’autorisation.
Mais nous n’avons pu aller plus loin. Le premier cas de nullité l’a emporté. L’Officier du Ministère Public (très très mal à l’aise) s’en est remis à l’avis du Président. Le premier vice de précipitation policière a amené le Tribunal à dire que l’officier de police n’avait pas saisi le bon Tribunal.

C’est une forme de première victoire pour nous. On verra si le ministère public continue à vouloir nous poursuivre.
Affaire renvoyée devant le Tribunal de Millau…
Ou pas !

Police, préfecture ont donc la balle dans leur camp. S’ils décidaient d’abandonner leur poursuites (comme la consistance des arguments des amendés pourrait les amener à le décider pour s’éviter des jurisprudences sévères) les amendéEs ont annoncé qu’ils et elles n’en resteraient pas là.

Car ce fut une belle journée de mobilisation, plus de 200 personnes. De tout le département mais aussi de Toulouse, de Paris et même de Lille. 17 organisations présentes ! Reste qu’on se sent un peu frustréEs de ne pas avoir pu s’expliquer individuellement sur le plan politque. Mais nos avocats l’ont fait avec brio dans leur exposé sur la procédure. Le commandant de police de Millau en a pris … pour son grade !

Nous continuons le combat !




Source: Lepoing.net