Mai 17, 2022
Par Demain Le Grand Soir
197 visites

Effectivement, on peut comprendre que la prudence de Charlie Ă  l’égard de cette organisation politique agace ses partisans, qui comptent dans leurs rangs des gens tout Ă  fait respectables et aux convictions sincĂšres.

Alors, on va vous dire pourquoi, Ă  Charlie, il y a un malaise autour de ce parti politique. Oui, un malaise. D’abord, il faut ĂȘtre franc : nous ne sommes pas objectifs comme pourrait l’ĂȘtre n’importe quel citoyen, car nous en sommes incapables. On peut nous demander beaucoup de choses : d’ĂȘtre plus drĂŽles, d’ĂȘtre moins cons, d’ĂȘtre plus intelligents, d’ĂȘtre plus radicaux, ou que sais-je encore ? Mais il y a une chose qu’on ne pourra jamais faire : oublier. C’est au-dessus de nos forces.

Lors de l’enterrement de Charb, en janvier 2015, le leader actuel de La France insoumise avait prononcĂ© un discours que les tĂ©moins prĂ©sents jugĂšrent Ă  la hauteur des Ă©vĂ©nements qui venaient de nous frapper. Avant d’ĂȘtre assassinĂ© avec ses copains par des terroristes islamistes, Charb venait d’achever son opuscule Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes, qui dĂ©nonçait ceux qui jetaient de l’huile sur le feu, en excitant le ressentiment des musulmans aprĂšs la publication des caricatures de Mahomet.

Quatre ans aprĂšs eut lieu la fameuse manifestation contre l’islamophobie, oĂč s’affichĂšrent des figures de la gauche dont ce mĂȘme homme politique, leader de La France insoumise. Les reporters de Charlie qui suivirent cette manifestation furent estomaquĂ©s de le voir dĂ©filer Ă  deux pas de singuliers personnages Ă  la barbe fournie qui brandissaient des mĂ©gaphones en criant « Allahou akbar Â». Pas vraiment le genre de croyants modĂ©rĂ©s soucieux de respecter scrupuleusement la loi de 1905. Ce jour-lĂ , Charb venait d’ĂȘtre enterrĂ© une seconde fois, enseveli par des considĂ©rations politiciennes et Ă©lectoralistes contre lesquelles rien ne pouvait faire le poids. L’appĂąt du gain Ă©lectoraliste Ă©tait visiblement trop grand. Aux naĂŻfs que nous avions Ă©tĂ©, la rĂ©alitĂ© nous rappelait qu’en politique la mort d’un homme, ça ne vaut rien. Mais passons sur ce dĂ©tail.

Depuis 2015, notre journal a Ă©tĂ© dĂ©nigrĂ© et insultĂ© par quelques membres de ce parti, nous traitant sur les rĂ©seaux sociaux de « pouilleux Â» et se targuant de « vomir Charlie Â». L’un d’entre eux, dĂ©putĂ© de La France insoumise, ayant ostensiblement manifestĂ© son indiffĂ©rence aux bricoles qui nous Ă©taient arrivĂ©es un certain 7 janvier. D’autres formations politiques ont dans le passĂ© expulsĂ© des militants pour moins que ça. Visiblement, Ă  La France insoumise, cela n’a dĂ©rangĂ© personne, en tout cas pas ses dirigeants. Mais passons sur ce dĂ©tail.

Lorsqu’à l’AssemblĂ©e nationale fut dĂ©battu le texte de loi sur le sĂ©paratisme, le dĂ©putĂ© de La France insoumise qui monta Ă  la tribune balaya d’un revers de la main cette question en lui opposant le « sĂ©paratisme des riches Â». Instrumentaliser la question sociale pour Ă©vacuer un problĂšme pourtant grave et bien rĂ©el aurait dĂ» indigner n’importe quel militant de gauche rĂ©ellement insoumis. Eh bien, pas du tout, car pour gagner les 600 000 voix qui avaient manquĂ© au leader de La France insoumise et qui lui auraient permis d’arriver au second tour de la prĂ©sidentielle de 2017, ce parti dĂ©cida d’aller les chercher dans les quartiers oĂč la population musulmane est importante, ce qui a trĂšs bien fonctionnĂ© au vu des rĂ©sultats obtenus dans certaines circonscriptions de la banlieue parisienne. Face Ă  la perspective de rĂ©aliser de bons scores dans ces dĂ©partements, que vaut la question du communautarisme et du repli identitaire ? Rien, bien Ă©videmment. La France insoumise a adoptĂ© les mĂȘmes mĂ©thodes que les fonds de pension amĂ©ricains : il faut investir lĂ  oĂč la rentabilitĂ© est la plus forte, et laisser tomber les placements qui ne rapportent pas assez. Le communautarisme est plus rentable que la lutte pour la laĂŻcitĂ© et contre le sĂ©paratisme, alors plaçons toutes nos billes lĂ -dedans. Ce qui compte, c’est ce qui rapporte le maximum Ă  nos Ă©lus-actionnaires, et surtout pas ce qui risque de faire fuir les Ă©lecteurs-investisseurs. Mais passons sur ce dĂ©tail.

AprĂšs la vague d’attentats qui frappa la France entre 2015 et 2021, qui tua 264 personnes et laissa estropiĂ©es pour le reste de leur vie des centaines d’autres, La France insoumise n’a pas estimĂ© nĂ©cessaire d’écrire une seule fois le mot « islamisme Â» dans son programme dont on n’a cessĂ© de nous rabĂącher qu’il Ă©tait le seul crĂ©dible proposĂ© Ă  gauche. Un dĂ©tail, probablement, pour ce parti qui a l’ambition de diriger le pays et de rĂ©gler toutes les injustices subies par les Français, sauf celles causĂ©es par cette idĂ©ologie totalitaire. Il faut dire que le totalitarisme ne semble pas ĂȘtre la prĂ©occupation majeure de cette formation politique qui rĂ©clame une VIe RĂ©publique plus dĂ©mocratique, mais qui n’a jamais rien dit de vraiment hostile Ă  l’égard de la Chine ou de la Russie, pour ne citer que ces deux grandes dĂ©mocraties participatives. Mais passons sur ce dĂ©tail.

Car il faut se tourner vers l’avenir et cesser de ressasser de vieilles histoires qui n’intĂ©ressent que les « boomers Â» dĂ©catis du siĂšcle dernier que nous sommes et emmerdent la jeunesse moderne d’aujourd’hui. Oui, il faut se tourner vers l’avenir qui vient de se rĂ©veiller cette semaine grĂące aux magnifiques accords conclus entre les diffĂ©rentes formations de gauche. La gauche, ou du moins ce qu’il en reste, possĂšde enfin un programme vraiment de gauche, avec des mesures sociales ambitieuses qui aideront les plus faibles, des rĂ©formes qui rĂ©noveront les services publics, des planifications qui lutteront efficacement contre le rĂ©chauffement climatique. Qui aurait la folie de vouloir s’opposer Ă  cela ? Personne Ă  Charlie Hebdo, bien Ă©videmment. Et pour ne pas entraver la marche inexorable de la gauche vers son inĂ©luctable victoire, on nous demande d’oublier les souvenirs pĂ©nibles et les blessures toujours Ă  vif. Durant les nĂ©gociations entre les diffĂ©rentes formations de gauche, l’amnĂ©sie a Ă©tĂ© marchandĂ©e contre quelques siĂšges Ă  l’AssemblĂ©e. Entre la mĂ©moire et l’espoir, certains ont fait un choix digne d’un pacte faustien. Pour notre part, nous rejetons cette ignominie.

Nous ne nous soumettrons ni aux islamistes ni aux nĂ©gationnistes de l’Histoire rĂ©cente. Car au risque de dĂ©plaire, il nous semble que, malheureusement, la mĂ©moire est souvent incompatible avec l’espoir.

RISS 11 MAI 2022




Source: Demainlegrandsoir.org