Octobre 4, 2022
Par Paris Luttes
278 visites

L’automne arrive, les jours se raccourcissent, l’épidémie est de moins en moins rampante, l’inflation galope, le fascisme de plus en plus prégnant et la société spectaculaire-marchande n’a toujours pas été abolie. Pour pallier à la tristesse de l’époque et recommencer à s’organiser, venez nous voir à Montreuil ! Vous pouvez trouver des livres, un café, proposer des événements ou simplement passer nous dire bonjour et profiter du jardin de la Parole Errante.

Nous continuons de faire attention aux uns, aux unes et aux autres en préservant la présence de courants d’air contre la contagion par particules aérosol interposées et en tenant nos événements, autant que faire se peut, en extérieur, mais comme il fait froid, la Grande Salle de la Parole nous héberge quand elle est libre.

Pour égayer nos vies et armer nos esprits, en octobre , nous organisons notamment :

Vendredi 7 Octobre à 19h30 – dans la librairie présentation de Plein Soleil de Natol Bisq aux Editions du Sabot



Parce qu’on est des petits rigolos, c’est du roman « plein soleil », paru aux éditions du Sabot en avril dernier qu’on a choisi de vous parler, en ces débuts de soirées d’automne un peu arides et parfois bressom.

Une dizaine de narrateurs s’y partagent plus de cinq cent pages d’un récit aux ambiances tantôt moites, tantôt glaçantes, où la fièvre peut survenir sous le soleil de plomb d’une plage italienne, comme à la nuit noire dans une bagnole en pleine course poursuite sur des routes de campagne, ou lors d’une orgie sous guedro dans un appartement d’Istanbul.

Au fil des pages se déploie tout un réseau où se rencontrent auteurs homonymes, anonymes, sabotages, conspirations, messages et substances mystérieuses.

Parce qu’il est toujours plus confortable de conspirer à la tombée de la nuit et en bonne compagnie, on vous propose donc de venir ce vendredi 07 Octobre à partir de 19h30 au café Librairie Michèle Firk. Au programme : présentation et lecture d’extraits du roman (en présence de l’auteur), discussions, et de quoi boire un petit coup.

PS : vous êtes chanceux, ce soir là, à 18h et 20h30 auront lieu les deux dernières séances de la pièce sonore multiphonique « So Phare Away », réalisée par Audrey Olivetti et Théophane Bertuit à partir de la nouvelle d’Alain Damasio.

https://laparoleerrantedemain.org/….

Ce 7 octobre, c’est donc l’occasion de se raccrocher à la pluralité de nos rapports au monde, à la technologie, à la littérature et à la révolution !

Samedi 8 octobre à 18h30 : – dans la Grande Salle – Table de livres pour la meilleure soirée de la rentrée, la Soirée de soutien Paris Luttes Info et à la Coordination Antirepression !



Pour cet automne qui s’annonce offensif, la coordination antirépression et Paris-luttes info seront des outils essentiels pour construire et promouvoir les solidarités et l’offensive, comme ils l’ont été pendant la loi travail, les gilets jaunes, le mouvement des retraites, les marches des solidarités… Ces deux collectifs ont besoin de votre aide, et organisent une soirée de soutien le 8 octobre à la Parole Errante.

Vendredi 14 octobre à 19h30 – dans la Grande Salle – Lancement de MARAUDES, de Sabrina Calvo et Dilem



PROMENADES DANS LA COMMUNE IMAGINAIRE DE BELLEVILLE

Les forces de l’ordre sont aux portes du quartier, mais les habitant·e·s s’organisent. Deux membres de la Commune libre de Belleville arpentent les différents secteurs du territoire.

À travers les pérégrinations de Bri et dilem, c’est l’autonomie d’un quartier assiégé – acquise à la fois en puisant dans ses racines historiques et en se projetant dans les pratiques alternatives d’une logistique humaine un peu folle – dont il est question. Non pas seulement une utopie mais un terrain surréaliste ancré dans un contemporain urbain aux questions bien réelles : comment nourrir une population, comment composer les amitiés, comment interroger les structures de domination liées au genre et à la classe, aussi bien dans la société qu’au sein des espaces de militance. Comment vivre au quotidien l’enfer d’un futur répressif ?

En écho au monde de Melmoth furieux de Sabrina Calvo, une plongée semi-documentaire dans un Belleville à peine réinventé, où luttes solidaires et espoirs poétiques se mêlent aux enjeux du vivant.

De Belleville à Montreuil, c’est nous le grand Paris !

Mardi 18 Octobre de 10h à 19h – dans la Grande Salle – journée d’études sur Guattari



Dans le cadre du mois Guattari, Michele Firk et la Parole Errante accueillent des analystes et philosophes pour parler de la postérité clinique de Guattari.

A l’occasion des trente ans du décès de Félix Guattari, de la parution de Chaosmose et des cinquante ans de l’Anti-Œdipe, il nous a semblé opportun d’évoquer la figure importante de ce penseur original de l’inconscient. Il a contribué à partir de 1954, aux côtés de Jean Oury, à l’organisation soignante singulière de la clinique de La Borde. Théoricien avec Gilles Deleuze, ils ont livré une série d’ouvrages (L’Anti Œdipe et Mille Plateaux, Qu’est-ce que la philosophie…) qui ont fait date. Militant infatigable d’une écologie qui soit à la fois environnementale, sociale ET mentale, sa pensée aujourd’hui reste d’une extrême actualité. Soucieux des modes de Production de Subjectivité, il s’est toujours inscrit dans une volonté pragmatique d’articuler la pensée philosophique, le champ thérapeutique et l’action politique militante.

Nous avions envie, dans le cadre de ces anniversaires, de réparer ce que nous appellerions un malentendu, pour ne pas dire une injustice, et de mettre en valeur ce qu’il a, de manière souvent prémonitoire, proposé comme concepts, comme outils d’analyse, qui nous paraissent aujourd’hui d’une pertinence bienvenue.

Plus d’infos là : https://laparoleerrantedemain.org/i…

21-23 Octobre : Les Peuples veulent 4e Éditions. 3Jours-3Lieux : Parole Errante, Maison Ouverte et AERI.



Impulsé par la Cantine Syrienne de Montreuil dans le sillage des soulèvements de 2018 et 2019 au Chili, au Soudan, en Irak, au Liban ou en France, le festival des Peuples Veulent est un événement de rencontres unique et un réseau d’entraide entre activistes du monde entier.

Sont invité.es plus de cinquante militant·es et collectifs, venus d’Europe de l’Est, d’Amérique Latine, du sous-continent indien, des Caraïbes, des États-Unis, d’Afrique et du Moyen-Orient. Ils.elles partageront leurs expériences et contribueront à construire une véritable plateforme de solidarité internationale.

Cette année, Les Peuples Veulent s’organise autour de quatre thèmes principaux :

  • La révolution internationale féministe
  • Formes d’organisations révolutionnaires
  • Les libération(s) décoloniale(s)
  • S’organiser en temps d’effondrement

Plus d’infos ici : https://cantinesyrienne.fr/ressourc…

Samedi 29 Octobre 19h – dans la grande salle, soirée de poésie entre ami-es avec l’Oie de Cravan & le Sabot



Lectures et discussions autour des textes Courbures de la terre de Jonas Fortier, toute raison de m’aimer est forcement bonne, de Orane Thibaud et Grammaire pour cesser d’exister de Amélie Durand. Bières, chill et extases.

Le Sabot : Né en 2017, Le Sabot est une amicale qui s’est construite autour d’une revue éponyme dédiée au sabotage littéraire et artistique : intervenir sur le monde et le dire sans passivité. https://le-sabot.fr/

L’Oie de Cravan : un livre de l’Oie, aimons-nous penser, est une fenêtre différente sur les possibles poétiques ; une fenêtre petite, certes, mais bien présente. Une invitation à jouer avec le monde et avec la phrase. L’ennemi de la poésie, c’est l’institué, l’institution, la mort dans l’âme et dans le mot. La voix du poème reste à chacun·e.

https://www.oiedecravan.com/

Dimanche 30 Octobre à 15h – dans la grande salle, début du cycle Opéraïsme avec les Éditions Entremonde. Acte 1 : Vers une histoire critique de l’opéraîsme, Discussion autour du livre de Steve Wright A l’Assaut du ciel



L’opé­raïsme est un cou­rant marxiste radi­cal qui s’est déve­loppé dans l’Italie des années 1960 et 1970 comme ten­ta­tive de confron­ter la théo­rie géné­rale du capi­tal avec « l’étude réelle de l’usine réelle ». En rap­por­tant le com­por­te­ment de lutte actuel de la classe ouvrière à sa struc­ture maté­rielle actuelle dans le rap­port d’exploi­ta­tion, le but des théo­ri­ciens opé­raïs­tes était de com­pren­dre « les nou­vel­les formes d’action indé­pen­dante de la classe ouvrière ». Le livre fort bien docu­menté de Steve Wright raconte l’his­toire de ce cou­rant, nourri de toutes les luttes de l’époque, et s’efforce d’appré­cier son apport dans le contexte des récen­tes mobi­li­sa­tions « contre le capi­tal global ».

Steve Wright est pro­fes­seur titu­laire à la Faculté de Technologie d’infor­ma­tions à l’uni­ver­sité de Monash. Ses recher­ches por­tent sur les mou­ve­ments contes­ta­tai­res en Australie et dans le reste du monde.




Source: Paris-luttes.info