Appel à témoignage avec le #EnMargeDuConfinement. Que vous soyez travailleu-se-r social-e, personne à la rue ou précaire, venez témoigner sur vos conditions de vie ou de travail en cette période. Nos dirigeant-e-s nous ont oublié, à nous d’exiger ce que nous voulons.

Face au confinement et à la pandémie qui nous touche tou-te-s, nous ne sommes pas égal-e-s. Les plus précaires sont parmi les plus vulnérables, ainsi que les plus à même d’être vectrices de la maladie Covid-19. Parce que les plus précaires vont subir de plein fouet. Depuis quelques jours, différentes mesures prises au fur et à mesure des jours pour limiter la propagation du coronavirus ont eu un impact fort pour les populations vivant à la rue ou en hébergement précaire : fermeture des accueils de jour, fermetures des permanences d’accès aux soins pour les personnes sans droits ouverts, suspension des équipes mobiles de psychiatrie et addictologie, arrêt de certaines maraudes alimentaire, fin des hébergements à la nuité …

Combien de morts faudra-t-il encore dénombrer pour que nos dirigeant·es prennent cette question à bras le corps ? Nous espérons sincèrement que cette crise leur permettra de prendre conscience de leurs responsabilités. Les personnes meurent non pas pour des raisons sanitaires mais bien à cause de politiques sociales inhumaines que nous dénonçons depuis des années.

Nous vous appelons à témoigner avec le #EnMargeDuConfinement. Que vous soyez travailleu-se-r social-e, personne à la rue ou précaire, venez témoigner sur vos conditions de vie ou de travail en cette periode. Nos dirigeant-e-s nous ont oublié, à nous d’exiger ce que nous voulons

Envoyer vos témoignages video, écrits à [email protected]


Article publié le 26 Mar 2020 sur Rebellyon.info