PRENDRE SOIN DE SOI ET DES AUTRES EN MANIF, un peu de lecture et quelques piste à discuter et débattre entre camarades en anticipation d’une manif

Face à la violence de la répression qui touche tous les mouvements sociaux, vu les violences policières subies lors de la marche de la colère pour Noailles et par les riverain.es de la plaine et tou.tes les opposant.es aux travaux de gentrification du quartier de la soleam et la mairie, quelques conseils:

Restez solidaires en toutes circonstances ! Pas besoin d’être secouriste pour veiller aux camarades à vos côtés.

Restez soudé.es, évitez de rester isolé.e, ne laissez pas seule une personne en difficulté, y compris en fin de manif lors de la dispersion.

Gardez votre calme, évitez d’aggraver un mouvement de foule par une bousculade. Courrez le moins possible, tenez-vous et soutenez-vous les un.es les autres, restez observateur de ce qui se passe autour de vous.

Venez protégé.e.s !

Tenue : Portez de bonnes chaussures, des vêtements épais et évitez de laisser votre peau nue exposée. Ni crème ni maquillage, les gaz lacrymo s’y fixent. Vous pouvez également emporter votre casque de vélo !

💨Lacrymo : Prévoyez un foulard ou un masque épais pour diminuer l’inhalation des gaz lacrymogènes. Emmenez du sérum physiologique pour rincer les yeux. Les lunettes de piscine sont plutôt efficaces en prévention ! Evitez de porter des lentilles de contact, les ôter après une exposition: le gaz s’y loge et peut entrainer des lésions.
Pour le gel lacrymogène contenu dans les bombes manuelles (géleuse, familiale..) prévoyez des « lingettes bébé », utiliser une lingette par passage, sans frotter, pour enlever le gel.
➡ L’effet des gaz lacrymogènes est très impressionnant : aveuglants, suffocants… mais gardez à l’esprit qu’ils disparaissent en quelques minutes au maximum.

Aidez à se mettre à l’abri ou à évacuer les enfants, les personnes âgées et toute personne paraissant en difficulté.

⚠Sauf crise d’asthme avérée, ne pas utiliser de Ventoline : bronchodilatatrice, elle augmente la surface pulmonaire exposée…
👍Une solution anti-acide composée de moitié eau/moitié Maalox (vente libre en pharmacie, moins cher = Xolam) en rinçage du visage et de la bouche vous soulagera.
⚠Attention : les palets de lacrymo sont brûlants. La seule et première chose à faire est de refroidir la brûlure au plus vite et le plus longtemps possible 🚰, pas évident dans la rue ! Les brûlures seront à surveiller et pourront, selon leur gravité, demander des soins spécifiques après la manif.

🤕🤢Plaie, traumatisme par coup, projectile ou chute : ne jamais sous-estimer la gravité potentielle d’une blessure : sous l’effet de l’adrénaline, on peut ne pas ressentir sa douleur sur le coup. Une aggravation peut survenir plus tard. 🤢
➡Si la personne peut se déplacer, l’emmener à l’abri : porche, rue adjacente, hall d’immeuble…
Vérifier qu’elle n’est pas seule, sinon lui demander qui contacter pour prévenir d’où vous vous trouvez.
➡Si la personne ne peut pas se déplacer, organisez avec d’autres manifestant.es un cordon humain autour d’elle pour la protéger et signaliser l’urgence. Demandez de l’aide.
Assurer les premiers soins dans la mesure de vos possibilités et compétences, faire appel aux secours si besoin: 15 Samu 18 pompiers

⚠Ne jamais donner ni à boire ni à manger : si une intervention doit être pratiquée en urgence la personne devra être le plus à jeun possible.
⚠Tout soin de plaie reçu dans la rue est considéré comme « sale » et devra être renouvelé dans des conditions d’hygiène correctes.
⚠Si une plaie nécessite une suture, celle-ci implique d’être pratiquée dans les heures qui suivent.
⚠Si la personne a perdu connaissance, reçu un coup ou choc violent ou projectile au crâne, au torse, à l’abdomen, au dos ou dans les parties génitales : lui dire ainsi qu’à celleux qui l’accompagnent qu’une surveillance accrue devra être observée dans les heures voire les jours qui suivent (la personne ne doit pas rester seule). Toute aggravation de son état nécessitera impérativement un bilan médical. Idem pour tout symptôme persistant ou inquiétant.
Libre à elle alors de donner les explications de son choix sur les circonstances de sa blessure.

💡s’assurer du consentement de la personne!💡

Éviter de laisser trainer les déchets de soins.

Enfin, toute personne agressée ou blessée dans un tel contexte est psychologiquement choquée. Elle devra être entourée et accompagnée…

Ces conseils de base sont non exhaustifs et destinés à tou.tes les manifestant.es.

Street-medics : ni sauveuses ni sauveteurs, mais des manifestant.es qui se préfèrent debout qu’à genou. La solidarité est notre arme.

Marseille Street Medic

 

Par Quartiers Libres,
Source: http://quartierslibres.wordpress.com/2018/12/07/20226/