Novembre 14, 2017
Par Vigilances Isere Antifascisme
361 visites


 La plupart des migrants (sinon la totalité) ne se sont exilés que contraints et forcés. Chassés par les guerres et la misère, réfugiés menacés par des dictatures  ou  réfugiés climatiques, ils auraient amplement préféré pouvoir rester dans leur pays.
Contrairement aux clichés xénophobes, agités sans cesse par l’extrême-droite et les droites, ils ne se retrouvent pas ici pour “profiter de nous”, ni pour “pervertir nos racines et principes”.
Souvent très courageux, très formés, ils peuvent beaucoup nous apporter, pour peu que préfets et administrations ne les maintiennent pas dans un noman’s land juridique  et dans le non-droit absolu, sans-papiers.
Dans les villes, les quartiers, les villages, de nombreux  habitants agissent, à leur niveau, pour ne pas laisser ces personnes complètement abandonn&eacut…




Source: