Novembre 27, 2019
Par Paris Luttes
419 visites


On n’est pas des esclaves du XXIe siècle !

Les grévistes de l’hôtel Ibis des Batignolles sont toujours en grève depuis le 17 juillet 2019.

Les hôtels IBIS, qui appartiennent au groupe ACCOR, sont des établissements qui font énormément de profits notamment sur le dos des salariés de la sous-traitance.

Dans cet hôtel IBIS des Batignolles règne l’inégalité de traitement pour les salarié·e·s de la sous-traitance qui ne bénéficient pas du même statut social que les salarié·e·s embauché·e·s directement par l’hôtel (indemnité nourriture, intéressement, participation, salaires moins élevés, primes diverses, etc.). Cette situation de dumping social est inacceptable !

Plus grave encore, la société STN pratique, avec la complicité de l’hôtelier, le travail dissimulé, avec des cadences impossibles à respecter, particulièrement pour les femmes de chambre qui doivent effectuer 3 chambres et demie par heure sans paiement des dépassements horaires.

Le groupe ACCOR et son prestataire STN ont peut-être les draps blancs, mais certainement les mains sales ! C’est cela que dénoncent les grévistes de l’IBIS Batignolles depuis le 17 juillet, car leurs revendications sont simplement l’expression de leur refus d’être des esclaves et surtout leur aspiration à l’amélioration de leurs conditions de travail et de salaires !

C’est donc pour toutes ces raisons que les grévistes et leur syndicat CGTHPE vous appellent à un rassemblement jeudi 28 novembre à 12h devant l’hôtel NOVOTEL PARIS LES HALLES, 8, place Marguerite de Navarre, 75001 Paris, métro, RER : Châtelet

Venez nombreux·euse·s sur le piquet et soyez solidaires !

Revendications des salariés de la société STN travaillant a l’hôtel Ibis Batignolles :

  • Embauche des salariés de la sous-traitance STN GROUPE par l’hôtel IBIS BATIGNOLLES avec reprise de leur ancienneté.
  • Passage à temps complet des temps partiels et des CDD en CDI.
  • Arrêt des mutations des salariées partiellement inaptes et des mutations non justifiées de manière générale.
  • Arrêt du harcèlement par Anne-Marie, gouvernante IBIS Batignolles.
  • Versement d’une indemnité nourriture égale à 7,24 € par jour travaillé (2 minimum garanties) et d’une prime de lit supplémentaire de 2€ par lit.
  • Installation d’une pointeuse électronique infalsifiable avec remise d’un relevé horaire hebdomadaire à chaque salarié.
  • Prime de nettoyage et repassage des vêtements de travail égale à 22 € par mois (1€ par jour travaillé) et fourniture de 2 tenues de travail par an en coton.
  • Classement en catégorie B de l’ensemble des salariés de STN : Femmes de chambre, équipiers : AQS1B, AQS2B après 2ans, AQS3B après 5 ans Gouvernantes : CE1, CE2 après 2 ans, CE3 après 5 ans
  • Suppression de l’abattement illégal de 8%.
  • Suppression de la clause de mobilité.
  • Prime d’habillage-déshabillage 250 € par an.
  • Remboursement des transports à100%.
  • Diminution cadence indicative du nombre de chambres à 2 chambres 1 à l’heure.
  • Élection de deux délégués de proximité de la société STN au sein de l’hôtel IBIS BATIGNOLLES.
  • Paiement des salaires le 1er du mois.
  • Paiement des jours de grève



Source: Paris-luttes.info