La subvention de 1,8 million d’euros pour le cercle des nageurs

Marseille a un problème de piscine municipale, mais saviez-vous que pour une modique somme vous pouviez profiter d’une piscine privé en bonne compagnie dans le centre ville ? Le cercle des nageurs, c’est un club pour les élites marseillaise où seul les personnes (doublement) parrainées peuvent devenir membre, où les frais d’admission sont de 1850 euros (et encore faut-il être admis), où la cotisation annuelle est de 1500 euros…



Un vrai service publique donc dans lequel Martine tenait personnellement à investir 1,8 million d’argent publique pour des vestiaire en décembre 2018, en plein mouvement des gilets jaunes et un mois seulement après les effondrements de Noailles. Quel sens du timing ! Après que Marsactu [1] révèle l’affaire, elle finira par abandonner l’idée, non sans se gratifier d’un petit commentaire obscène :

La mise aux normes des installations du Cercle des nageurs de Marseille avait vocation à régler les problèmes de vétusté et à accueillir de nouvelles classes, en plus des centaines d’élèves qui le sont déjà, notamment issus de quartiers prioritaires

5600 places de parking gratuites au centre-ville pour les week-end avant Noël

2018 toujours, il fallait sauver Noël ! Les gilets jaunes fondaient chaque samedi sur les centre-villes, effrayant le touriste et autre consommateur des boutiques chics du centre. Ni une ni deux, Vassal négocia la gratuité des parkings souterrains du centre.



Côté transports en commun par contre, toujours pas de progrès. La métropole (dont elle est la présidente) a retoqué un projet de gratuité, et Marsactu a révélé cet été que la RTM (qui dépend de la métropole) opérait une « ligne secrète » de bus pour les quartier bourgeois du sud.



Le département s’engage pour les façades du centre ville

Ces grandes bâches sur les façades du Cour Lieutaud « Le département et la ville de Marseille s’engage pour la rénovation de cette façade » prêteraient à sourire, si elles n’étaient pas à moins de 100 m du 63 et 65 rue d’Aubagne. Piétonisation de la Canebière, rétrécissement du Cour Lieutaud, travaux autour du centre Bourse, de l’Opéra etc. Pour présenter une belle carte postale électorale pour les municipales, on pourrie la vie des habitant.es tout en investissant zéro dans la rénovation des logements insalubres.


Article publié le 06 Nov 2019 sur Mars-infos.org