Le nouveau maire de Tours ne figurera pas parmi les maires EELV « rabat-joie » dont Marlène Schiappa dénonce les positions « navrantes » [1].

Alors que son homologue Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, est critiqué pour avoir décidé de supprimer les sapins installés sur les places de sa ville pour les fêtes de fin d’année [2], Emmanuel Denis a décidé de donner des gages aux amateur·ices de festivités hivernales.

Sur le site de la mairie, on apprend que la collectivité a prévu d’installer deux nouvelles extensions au marché de Noël de Tours, dont l’une sera équipée d’un sapin lumineux en trois dimensions. L’installation d’une patinoire éphémère place Anatole France, lancée par la municipalité de droite en 2014, est maintenue, ainsi que le ridicule « Sapin Magique » de la gare.

S’il est demandé aux exposant·es de s’inscrire dans une « démarche écoresponsable », l’opération est clairement présentée comme visant à « renforcer l’attractivité commerciale du centre-ville à l’occasion des fêtes de fin d’année », afin d’attirer toujours plus de consommateur·ices.

Celles et ceux qui craignaient que le pouvoir municipal soit tombé entre les mains de dangereux anticapitalistes peuvent souffler : les traditions sont maintenues, les invitations à la surconsommation qui accompagnent la période de Noël demeurent.


Article publié le 17 Sep 2020 sur Larotative.info