Mars 15, 2021
Par Marseille Infos Autonomes
239 visites


Article repris de rebellyon.info

Mercredi 3 mars 2021 un jeune de 13 ans a fait une chute en scooter dans le quartier de la Duchère et est grièvement blessé, probablement percuté par une voiture de police banalisée. Face aux demandes d’explication des habitants, les flics balancent des lacrymos. Le 4 mars, la révolte reprend de plus belle. En face la répression.

À lire aussi :



Ce soir [jeudi 4 mars 2021], des émeutes éclatent dans le quartier et à nouveau la répression ne tarde pas non plus : flics en voiture, hélico. Grégory Doucet, égal à lui même et à son penchant sécuritaire, s’empresse de se rendre lui même sur place. Doucet prône alors l’apaisement devant les caméras mais attise pourtant le feu en assurant : « on a prévu une présence de la police nationale et de la police municipale plus importante ».

Doucet explique ensuite qu’il va envoyer des médiateurs… Mais lui-même n’a simplement aucun mot pour le jeune de 13 ans entre la vie et la mort ! Comme d’habitude pour les politiques, le problème à résoudre c’est la révolte populaire, pas la police…

Pour le Progrès il y aurait eu 12 arrestations dans la soirée. En mesure de représailles, les transports en commun ont été arrêtés jusqu’à vendredi matin.

Pourtant ces parchocages de scooter sont monnaie courante à Lyon, le 11 mars 2017, déjà les flics parechoquaient un jeune de la Duchère et le quartier s’embrasait..

Depuis Thomas Claudio, percuté par une voiture de police le 6 octobre 1990 à Vaulx-en-Velin, alors qu’il roule en scooter, jusqu’à Mehdi, les flics lyonnais se sont faits les grands spécialistes du parchocage, on parle dans certains milieux policiers du « parchocage à la lyonnaise ». Cette technique à un grand avantage, il est quasi impossible de prouver que les flics ont touché le véhicule du jeune, et très facile de faire croire à un mensonge.




Source: Mars-infos.org