Mars 22, 2022
Par Sans Nom
309 visites
Elst (Pays-Bas), nuit du 11 mars 2022

A Elst, dans la province hollandaise de Gueldre, une antenne-relais de tĂ©lĂ©phonie mobile est partie en fumĂ©e le 11 mars vers 2h30. Le pylĂŽne Ă©tant situĂ© le long de l’autoroute A325, Ă  l’arriĂšre du parking d’une station essence d’oĂč les camĂ©ras sont absentes, ce sont des automobilistes qui ont alertĂ© les pompiers. Ces derniers ont rĂ©ussi Ă  Ă©teindre les flammes avant que l’ensemble du mĂąt ne soit ravagĂ©, ce qui n’a pas empĂȘchĂ© le signal d’ĂȘtre coupĂ©. La police planche Ă©videmment sur la piste de l’incendie criminel, et ce d’autant plus que cette mĂȘme nuit Ă  Lunteren, un village situĂ© Ă  une dizaine de kilomĂštres de lĂ , c’est un engin incendiaire artisanal qui a Ă©tĂ© dĂ©couvert par la police au pied d’une autre antenne. Cette fois, le service de neutralisation des explosifs et munitions (EOD) a dĂ» ĂȘtre envoyĂ© sur place pour rĂ©cupĂ©rer le dispositif qui semble avoir fait long feu.

Bennekom (Pays-bas), nuit du 10 février 2022

Nul besoin n’ĂȘtre en effet grand clerc pour constater que c’est pas moins de la quatriĂšme antenne qui flambe en quelques mois Ă  peine dans cette mĂȘme province de Gueldre, aprĂšs les deux premiĂšres la nuit du 17 dĂ©cembre dernier le long de l’autoroute A50 Ă  Beekbergen et Ă  Loenen. La troisiĂšme structure de tĂ©lĂ©phonie mobile, qu’il serait dommage d’ignorer, avait quant Ă  elle cramĂ© dans la petite ville de Bennekom le 10 fĂ©vrier vers 4h30. Les flammes Ă©taient parties des cĂąbles du bas, avant de rĂ©ussir Ă  remonter jusqu’à 25 mĂštres de hauteur, obligeant les pompiers Ă  faire appel bien tard Ă  une nacelle Ă©lĂ©vatrice. LĂ  encore, la police soupçonne un incendie volontaire.

Ces nouvelles destructions ont donnĂ© l’occasion aux journaflics hollandais de publier un petit bilan des attaques de ces structures de la domination. Au printemps 2020, qui a constituĂ© la premiĂšre vague, ce sont ainsi 29 antennes-relais qui sont parties en flammes Ă  travers tout le pays, dont la premiĂšre se situait d’ailleurs Ă  Beesd, elle aussi dans le Gueldre : « Beaucoup de ces incendies sont restĂ©s impunis, et la motivation de tous les auteurs demeure inconnue. Â» Sur les huit personnes arrĂȘtĂ©es Ă  cette Ă©poque, deux ont finalement Ă©tĂ© condamnĂ©es (Ă  Groningen et Maasbree).

D’avril 2020 Ă  la mi-2021, ce sont 26 attaques incendiaires qui ont Ă©tĂ© recensĂ©es par les autoritĂ©s, ne conduisant plus Ă  aucune arrestation, ces derniĂšres pointant que « ces incendies criminels sont souvent trĂšs difficiles Ă  rĂ©soudre pour la police, surtout si aucune trace n’a Ă©tĂ© laissĂ©e sur place par les auteurs. Â» Et prĂ©cisant Ă©galement que la grande partie des pylĂŽnes attaquĂ©s supportaient tous des antennes 3 et 4G, ce qui ne semble par pouvoir rĂ©duire la piste Ă  des « complotistes anti-5G Â» mais plus largement Ă  des opposants Ă  la technologie.

[synthÚse de la presse hollandaise (De Gelderlander et Omroep Gelderland), des 10 février et 11 mars 2022]

Bennekom (Pays-Bas), nuit du 10 février 2022

 

 




Source: Sansnom.noblogs.org