La solidarité avec nos compagnons et compagnonnes en prison est quelque chose de fondamental.
Et si elle est une pratique constante, jour aprĂšs jour, on aime l’idĂ©e d’une campagne internationale pour nous souvenir d’elleux. Une solidaritĂ© qui devrait ĂȘtre plus que des mots, plus que des couleurs et des tĂ©moignages.

La nuit du 24 au 25 aoĂ»t, passage de Lagny, Ă  Paris on a incendiĂ© un fourgon d’Eiffage, entreprise tristement connue pour construire des prisons (et la grande prison Ă  ciel ouvert: ces villes de plus en plus surveillĂ©es et inhumaines).

Cette petite action n’est qu’une goutte d’eau dans la mer face Ă  ce monde d’autoritĂ© et d’exploitation. Elle ne change presque rien Ă  son fonctionnement et sera vite oubliĂ©e. Mais en plus du fait que Eiffage est rĂ©guliĂšrement ciblĂ©e, Ă  Paris ou ailleurs, ce qui compte pour nous est la volontĂ© de ne pas accepter cet Ă©tat de choses, d’agir avec nos moyens, de nous dire et de dire aux autres que c’est possible. Si nous luttons, c’est pour dignitĂ©.

Solidarité avec les anarchistes enfermés dans les geÎles des différents états du monde!
Une pensée particuliÚre pour Monica et Francisco, au Chili.

La solidaritĂ© c’est l’attaque.
Feu aux prisons, Ă  ceux qui les construisent, Ă  ceux qui les font exister.

Anarchistes


Article publié le 27 AoĂ»t 2020 sur Nantes.indymedia.org