Juin 21, 2022
Par Rebellyon
153 visites

Des professeurs pallient les manquements de l’institution : ils se mobilisent pour financer une prime pour leurs collègues AESH.

Le mois dernier, les personnels de l’Education Prioritaire (REP+) ont bénéficié d’une prime au mérite. Tous les personnels ? Non : les AESH sont une nouvelle fois exclus de ce mode de gratification. Aucune bonification ne leur est accordée alors même qu’ils exercent toutes leurs missions dans des établissements classés REP+. Ces personnels sont présents au quotidien dans les collèges pour assister les élèves en situation de handicap.

Au collège Henri Barbusse à Vaulx-en-Velin, ils sont 6 AESH pour une dizaine d’élèves au collège et dans les écoles du réseau. Face à cette situation injuste, les personnels du collège ont décidé de s’unir afin de partager leur prime avec ces collègues qui oeuvrent au quotidien pour la réussite des élèves dans les classes.

Ils ont ainsi créé et alimenté une cagnotte pour les 6 AESH. Au moment de la clôturer, plus de 30 collègues ont participé, ce qui a permis de réunir plus de 2100 euros, de quoi offrir un bonus non négligeable pour les collègues négligés par l’Etat.

Cette prime dont sont privés les AESH relève, dès sa création, d’une politique de traitement inégal entre les personnels. En effet, cette fameuse « prime au mérite » n’a en réalité pas été distribuée de manière égale entre les établissements REP+. Ainsi, les personnels d’établissements d’un même quartier n’ont pas tous touché la même prime : selon l’établissement dans lequel ils sont, ils ont touché une prime dont le montant varie du simple au triple. Pour ajouter à l’incompréhension, les modalités d’attribution de cette prime restent floues.

Pour rappel, les AED, originellement exclus de cette prime, viennent de l’obtenir, mais sont censés ne la toucher que cet automne.

Des personnels du collège Henri Barbusse (REP+, Vaulx en Velin)





Source: Rebellyon.info