Septembre 3, 2021
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
254 visites


Face à la 4e vague, le gouvernement a dégainé le pass sanitaire. L’autoritarisme, rien de tel pour exacerber les méfiances et les réticences.

Face à la 4e vague, le gouvernement a dégainé le pass sanitaire. L’autoritarisme, rien de tel pour exacerber les méfiances et les réticences.

La mesure a provoqué des manifs de protestation pour le moins hétéroclites. Avec, au-delà du «  non  » au pass sanitaire, des discours aux antipodes les uns des autres, allant des provaccination aux antivax, sans même parler des ordures conspirationnistes et antisémites qu’on a vu fleurir çà et là. L’extrême droite, elle, a paradé grâce à un cheval de bataille (en carton-pâte)  : la «  liberté vaccinale  ». Alors qu’ils aspirent à un État autoritaire, les fachos posent ainsi aux défenseurs des libertés individuelles, voire des libertés publiques  !

On ne balaiera pas cette imposture sans clarifier une confusion très dommageable autour du concept de « liberté ». Ériger la liberté individuelle en valeur absolue, au mépris de la société, c’est une conception libertarienne, c’est-à-dire égoïste et libérale. Cela n’a rien à voir avec la conception libertaire qui est la nôtre et qui, parce qu’elle est communiste, énonce très clairement qu’en société, il peut y avoir des nécessités sociales qui surclassent la liberté individuelle. En l’occurrence, l’endiguement d’une pandémie dont le caractère exponentiel peut brutalement saturer le système de santé, et qui a déjà fait 114 000 morts rien qu’en France.

En prônant nettement la vaccination générale, avec des mesures incitatives et non autoritaires, le mouvement social affirmerait sa voix propre, contre la posture libertarienne des fachos, et la posture faussement solidaire de Macron.

Union communiste libertaire, 25 août 2021

Rappelons qu’on ne se vaccine pas seulement « pour soi » mais avant tout pour les autres.



Source: Unioncommunistelibertaire.org