Une nouvelle fois la barbarie a frappé ; un nouvelle fois, elle a révélé le nom d’un assassin. Mais le suprémaciste blanc qui a tué 50 personnes musulmanes en Nouvelle-Zélande, à Christchurch, n’est pas un forcené qu’on puisse dissocier d’un contexte  ; il ne sort pas de nulle part. Son meurtre était planifié, mis en scène sur les réseaux sociaux, justifié par écrit et, jusqu’au choix du lieu, tout montre que son acte obéissait à une stratégie. Celle d’un terrorisme d’extrême droite qui a déjà frappé de cette (…)


AL d’avril est disponible !

/
MettreEnUne,
international,
antifascisme