Mai 17, 2021
Par CNT
203 visites


Les hommages rendus, en France et partout dans le monde sans discontinuité depuis 150 ans, à la révolution sociale de 1871, entrée dans l’histoire sous le nom de Commune de Paris, révèlent le caractère spécifique et unique de ce mouvement. La prise du pouvoir durant 72 jours par le peuple parisien constitue en effet un fait majeur, celui d’une lutte menée, pour la première fois, en toute autonomie par la classe ouvrière. Le peuple ne se fait plus trouer la peau pour le profit d’une clique politicienne bourgeoise accédant aux affaires en marchant sur les cadavres de ceux d’en bas. Ces 72 jours illustrent la capacité du peuple révolutionnaire à mener, dans le même temps, une guerre militaire et l’administration de la société, ceci dans tous les secteurs : le travail, l’enseignement, les arts. Fait significatif pour l’époque : les femmes sont présentes, y compris sur les barricades. Il est cependant un point qui, lors des commémorations, est souvent minimisé, occulté même : la dimension internationaliste au cœur de la guerre de classe.


Écho syndical est une nouvelle publication des syndicats CNT de la région parisienne dont voici le second numéro. Elle est disponible sur demande en nous envoyant vos coordonnées (voir formulaire ci-dessous).

Nous avons fait le choix du support papier afin de reprendre le temps de la lecture, de pouvoir le partager concrètement avec ses amis et ses connaissances.

Au sommaire de ce second numéro :

  • Se souvenir à Pontoise
  • S’il te plaît, dessine-moi un Famas
  • Récupérer notre agenda social
  • Journée des prisonniers politiques, discours de la CNT
  • Luttes syndicales dans la presse et les médias
  • Du renouveau totalitaire : quand le nationalisme instrumentalise la religion
  • Et pourtant elle existe, cette littérature
  • Ventre a affamé n’a pas d’oreilles

Formulaire de commande




Source: Cnt-f.org