En Suède, main dans la main, le gouvernement social-démocrate et le patronat envisagent de limiter le droit de grève. Cette attaque s’inscrit dans un contexte européen d’offensive patronale afin de réduire les droits des travailleuses et des travailleurs, des droits conquis par des décennies de luttes.

L’une des armes des travailleuses et travailleurs, pour conquérir des droits ou, trop souvent, pour tenter de les conserver, est la grève. C’est elle qui permet d’instaurer un réel rapport de forces avec le patronat car elle permet de mettre à mal l’objectif premier et ultime du capitalisme : l’accumulation de capital par une minorité par l’exploitation de la force de travail de la majorité.

En Suède, l’idée est simple, si au moins un syndicat signe une convention qui ne permet pas le droit de grève, alors aucun autre syndicat ne pourra appeler à une grève. Or, en Suède, le syndicalisme est dominé par de grandes confédérations, notamment LO (Landsorganisationen i Sverige), très fortement liées à la social-démocratie. Donc au gouvernement.

Ainsi, la Suède connaît relativement peu de grèves importantes, tout particulièrement quand les sociaux-démocrates sont au gouvernement.

Pour autant, il existe en Suède un autre syndicalisme, un syndicalisme de lutte, qui ne renonce pas à défendre les droits des travailleuses et des travailleurs par tous les moyens. Parmi eux, le Syndicat des Dockers Suédois ou le syndicat anarcho-syndicaliste SAC (Sveriges Arbetares Centralorganisation, fondé en 1910).

Ce dernier, bien que minoritaire, est celui appelant le plus souvent à la grève. Si elle refuse de signer toutes les conventions collectives défavorables aux travailleuses et travailleurs, la SAC ne pourra plus, si ce projet est adopté, faire valoir les droits de toutes et tous par la grève.

Les motivations du patronat et des grandes organisations syndicales suédoises sont claires : il s’agit de faire taire les travailleuses et travailleurs en lutte et de faire triompher la cogestion du capitalisme.

Le samedi 25 août 2018, la SAC a lancé un appel pour un grand rassemblement à Stockholm afin de bloquer les intérêts capitalistes et les groupes politiques qui attaquent les droits des travailleuses et des travailleurs.

En tant que syndicalistes confronté·es à la politique libérale d’Emmanuel Macron, de son gouvernement et d’un patronat toujours plus offensif, nous connaissons l’importance de la grève pour nous faire entendre et pour gagner des droits.

C’est pourquoi nous soutenons la SAC et les syndicalistes suédois !

L’arme des travailleuses et travailleurs, c’est la grève !

Solidarité internationale avec nos camarades suédois·es !

PDF - 266.3 ko
Tract SAC

Source: http://www.millebabords.org/spip.php?article32766 -