France 3 / jeudi 24 septembre 2020

La JIRS, la juridiction inter-rĂ©gionale spĂ©cialisĂ©e de Nancy annonce dans un communiquĂ© ce jeudi 24 septembre, l’arrestation cette semaine de trois personnes. Elle Ă©tait en charge depuis le 9 juin de l’enquĂȘte aprĂšs l’ouverture d’une information judiciaire.
L’enquĂȘte s’intĂ©ressait Ă  plusieurs incendies. Le 10 avril 2020, deux relais tĂ©lĂ©phoniques, situĂ©s sur le Mont Poupet, sur la commune de Saint-Thiebaud (39), Ă©taient incendiĂ©s. Le sinistre avait provoquĂ© d’importants dommages matĂ©riels et une forte perturbation pour les usagers pendant plusieurs jours. Quelques jours plus tĂŽt, le 27 mars 2020, un relais situĂ© sur le Fort de Bregille [Ă  Besançon ; NdAtt.] faisait l’objet d’une tentative de destruction, selon le mĂȘme mode opĂ©ratoire.
Trois suspects ont Ă©tĂ© interpellĂ©s le 22 septembre. A l’issue des gardes-Ă -vue, une seule personne a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©e au juge d’instruction et mise en examen.

AgĂ© de 31 ans, le mis en examen se dĂ©crit comme anarchiste et anticapitaliste. Il reconnaĂźt avoir participĂ© Ă  des rassemblements de « Black Blocs » et a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  plusieurs reprises pour des dĂ©gradations commises lors de manifestations. A son domicile, les enquĂȘteurs de la gendarmerie ont saisi des livrets et des tracts anarchistes incitant, en particulier, Ă  la destruction des relais tĂ©lĂ©phoniques.
Durant sa garde-Ă -vue, l’homme qui se dit opposĂ© au dĂ©veloppement de la technologie 5G, a reconnu l’incendie des relais du Mont Poupet, se dĂ©clarant satisfait d’ĂȘtre parvenu Ă  porter un coup au dĂ©veloppement de cette nouvelle technologie.
Le trentenaire a été placé en détention provisoire.

selon l’Est RĂ©publicain, Ă©dition d’aujourd’hui, « Un trentenaire, originaire de Besançon, a Ă©tĂ© interpellĂ© mardi dernier par les gendarmes. SuspectĂ© d’ĂȘtre Ă  l’origine de l’incendie de deux relais tĂ©lĂ©phoniques Ă  Saint-ThiĂ©baud, au Mont-Poupet, il a Ă©tĂ© incarcĂ©rĂ© Ă  Nancy. [
] L’individu a Ă©tĂ© interpellĂ© mardi 22 septembre par les gendarmes de la section de recherche de Besançon (SR), ainsi que deux autres suspects qui ont finalement Ă©tĂ© mis hors de cause. [
] Â»


Article publié le 24 Sep 2020 sur Attaque.noblogs.org