Armer la sobriĂ©tĂ© : l’anarchie sauvage contre la culture de l’intoxication

Blitz Molotov / 2018

Texte en provenance des USA, à propos de l’importance de refuser les drogues (y compris l’alcool) pour mieux lutter contre l’État et le capitalisme.

« Le capitalisme a besoin de l’assujettissement absolu de la sociĂ©tĂ© de masse, et cela commence avec l’individu. Sur le plan individuel, cela implique – mais pas seulement – un sentiment d’infĂ©rioritĂ©, des comportements autodestructeurs et une privation de pouvoir.

(…)

Dans une rĂ©volte individualiste et une praxis straight edge anarchiste, straight edge signifie attaque. Â»


Sans retenue, nous fĂȘtons notre absence de retenue. Alcool et culture du viol

Anonyme / 2012

TĂ©moinage d’une fĂ©ministe / antifasciste bulgare paru en 2012 sur les liens entre culture de l’alcool et culture du viol.

« ĂŠtre saoul ne lĂ©gitime pas de participer Ă  la culture du viol et je n’ai aucune envie de vivre dans une sociĂ©tĂ©/scĂšne/milieu qui accepte des abus sexuels qu’ils soient verbaux ou physiques.

Je n’ai pas envie de devoir me rĂ©signer, que je doive quitter l’endroit en question, alors mĂȘme que je ne crĂ©e pas le problĂšme. Non le problĂšme ce n’est pas moi, ni mĂȘme l’alcool mais c’est ce que nous faisons de nous. Ce que l’on s’inflige collectivement en se soumettant Ă  la norme de la culture alcoolisĂ©e.
 Â»


Drogues et dĂ©pendances. Trucs pour un peu plus d’autonomie face aux drogues

Anonyme / 2004

« Quelle que soit la raison qui fasse que tu aies envie un jour d’arrĂȘter telle ou telle drogue, que tu vis comme une drogue, c’est une bonne raison. Pour rigoler une fois, pour arrĂȘter dĂ©finitivement (au moins essayer), pour varier les plaisirs, pour Ă©pater tes potes… Ici, nous avons essayĂ© de lister des trucs qui sont des drogues pour nous, et des palliatifs trouvĂ©s au cours de balades Ă  droite Ă  gauche, au 20e ou au 21e siĂšcle. Â»


Tumer Fue. Une méthode libre pour en finir avec la clope

Robin / 2020

Tumer fue s’adresse Ă  celles et ceux qui ont refermĂ© le cĂ©lĂšbre bouquin pour arrĂȘter la clope au bout de dix pages. Ou qui ne l’ont mĂȘme pas ouvert. Avec son ton lourdingue de dĂ©veloppement personnel et ses relents moralistes, ce livre paru dans les annĂ©es 1980 peut vite rebuter.

Et pourtant la méthode fonctionne. Tumer fue en propose une réécriture pirate, une version critique et inclusive.

« Il n’y a pas de cas particuliers ni de cas dĂ©sespĂ©rĂ©s. Qu’on fume du matin au soir ou de maniĂšre occasionnelle, n’importe qui peut arrĂȘter sans difficultĂ©. Ce qui nous fait continuer Ă  fumer, c’est la peur que la vie soit plus compliquĂ©e ou plus fade sans tabac, la peur de la privation, et la peur de rater quelque chose. Â»

Cette mĂ©thode n’est ni un remĂšde miracle ni un plaidoyer contre la clope. Si vous en avez marre de fumer, tentez le coup.

Au pire, ça marche.


Mon Edge est tout sauf Straight : vers une critique queer radicale de la culture de l’intoxication

Nick Riotfag / 2014

« J’ai toujours Ă©tĂ© intentionnellement sobre depuis que j’ai commencĂ© Ă  aller Ă  des concerts punks lorsque j’avais 14 ou 15 ans, et j’ai toujours vu ma sobriĂ©tĂ© non comme une prĂ©fĂ©rence personnelle mais comme une revendication sociale et politique, bien que je me sois toujours senti ambivalent au sujet de l’identitĂ© straight-edge, une des principales raisons Ă©tant que je m’identifie fortement aussi comme queer (…). D’un cĂŽtĂ©, je n’ai pas ressenti beaucoup d’espace pour ĂȘtre moi-mĂȘme queer dans la plupart des scĂšnes punk/hardcore, et la rĂ©putation hyper-masculine du straight-edge me rebute profondĂ©ment. De l’autre cĂŽtĂ©, j’ai affrontĂ© beaucoup d’exclusion au sein des scĂšnes queer en raison de ma sobriĂ©tĂ©.

Avec cet article je tente de rĂ©concilier ces parties de moi-mĂȘme, me demandant comment je pourrais rester accrochĂ©E Ă  l’edge tout en me dĂ©barrassant du
straight. J’espĂšre que cela provoquera des conversations et dĂ©bats Ă  propos des drogues, de l’alcool, des communautĂ©s queer, du straight-edge, des politiques radicales, et sur les maniĂšres dont nous pouvons transformer notre sociĂ©tĂ©. Â»

Sommaire :
– Le straight-edge est-il sexy ? Straight-edge, sexualitĂ©, et identitĂ© queer
– La consommation d’alcool dans les communautĂ©s queer
– Sexe, intoxication, et homophobie intĂ©riorisĂ©e
– La consommation de drogues dans les communautĂ©s queer
– Queer edge : construire une passerelle entre la culture queer et le straight-edge
– Vers une critique queer radicale de la culture de l’intoxication



Article publié le 04 Sep 2020 sur Paris-luttes.info