Novembre 3, 2021
Par Le Monde Libertaire
322 visites


Morts-vivants, spectres, revenants, squelettes…
La France aurait-elle peur ? Et la Belgique serait-elle en proie Ă  la terreur la plus fĂ©tide ? C’est de saison sans doute. Sous le coup des alĂ©as de l’histoire et des modes, une ancienne fĂȘte celtique a Ă©tĂ© remise au goĂ»t jour. Durant cette pĂ©riode, dit-on, la frontiĂšre entre le monde des morts et celui des vivants devenait permĂ©able. Les revenants traĂźnant parmi les vivants inspiraient la terreur. En retour, il convenait de faire peur aux revenants pour qu’ils retournent dans leur monde et fichent la paix aux vivants jusqu’à l’annĂ©e suivante.
Mais aujourd’hui, entre folklore approximatif et opĂ©ration commerciale, les terreurs d’antan ont perdu de leur substance. On s’amuse Ă  se faire peur, on se fait peur pour rire. Les croquemitaines les plus Ă©pouvantables, ce ne sont pas ceux qui ont frappĂ© Ă  nos portes en rĂ©clamant « des bonbons ou des sorts »  Apparemment, les monstres qui s’apprĂȘtent Ă  nous hanter vont figurer sur des affiches Ă©lectorales. La campagne prĂ©sidentielle en France a dĂ©jĂ  dĂ©marrĂ©, sans dire son nom, avec le spectre de l’extrĂȘme-droite toujours prĂ©sent, comme Ă©pouvantail et caution pour les « gentils monstres » quiĂštement rĂ©publicain. En Belgique, c’est un autre spectre qui remue et s’extrait de la fange : selon un rĂ©cent sondage, plus d’un tiers de la population pense « que la sociĂ©tĂ© serait mieux gĂ©rĂ©e si le pouvoir Ă©tait concentrĂ© dans les mains d’un seul leader », se dit dĂ©sireuse de confier le pouvoir Ă  une « autoritĂ© Ă©clairĂ©e ».
Nous anarchistes, avons toujours pensĂ© que le parlementarisme Ă©tait aussi oppressif que les dictatures les plus assumĂ©es. Notre projet de sociĂ©tĂ© : Ă©galitaire, adelphique, autogestionnaire. Nous restons hostiles Ă  toute forme de gouvernement et continuerons d’inciter la sociĂ©tĂ© Ă  s’organiser « d’en bas », sans l’attente d’un sauveur ou d’une sauveuse suprĂȘme, tombé·e des urnes ou d’un plĂ©biscite. MĂȘme pas peur ! Devant les monstres et les croquemitaines de l’oppression, les anarchistes n’ont jamais acceptĂ© de subir la peur. Ils et elles ont recours Ă  une tout autre voie. On appelle ça la rĂ©volte.




Source: Monde-libertaire.fr