Décembre 13, 2020
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
176 visites


Communiqué de l’UCL

Dans sa fuite en avant sécuritaire et autoritaire, le gouvernement persiste en ciblant de plus en plus violemment les personnes musulmanes ou assignées comme telles.
L’UCL appelle aux manifestations contre le projet de loi « séparatisme » du 12 décembre.

Dans sa fuite en avant sécuritaire et autoritaire, le gouvernement persiste en ciblant de plus en plus violemment les personnes musulmanes ou assignées comme telles.

Le projet de loi « contre le séparatisme », rebaptisé « confortant les principes républicains », instrumentalise les attentats terroristes islamistes dans le seul but de séduire l’électorat d’extrême-droite avec, en vue, les présidentielles de 2022.

Parce qu’elle lutte contre l’islamophobie (…)
Suite »

Communiqué de l’UCL

Samedi 28 et dimanche 29 novembre, le gouvernement français s’est permis d’envoyer un SMS à un grand nombre d’habitant·es du pays pour faire la promotion de son application TousAntiCovid.

Samedi 28 et dimanche 29 novembre, le gouvernement français s’est permis d’envoyer un SMS à un grand nombre d’habitant·es du pays pour faire la promotion de son application TousAntiCovid.

L’Union communiste libertaire réaffirme son opposition ferme à l’application de fichage StopCovid, quel que soit son nom du moment, et invite chacune et chacun à refuser d’installer cette application, quelles que soient les pressions extérieures. Pour produire des (…)
Suite »

Une fois de plus, l’État profite de cette période où les mobilisations sont rendues particulièrement difficiles pour faire voter des réformes toujours plus liberticides. En parallèle, il continue de distribuer des milliards aux patrons alors que les licenciements se multiplient.

Le projet de loi « sécurité globale » ouvre la voie à la reconnaissance faciale généralisée et à la surveillance de masse de nos rues par drones, et interdit de filmer la police. C’est un signal fort d’impunité pour la police, qui a bien reçu le message et a évacué dans une grande violence le camp de migrant·e·s installé place de la République à Paris le 23 novembre. En parallèle, un amendement au projet de loi de programmation de la recherche criminalise les (…)
Suite »

On connaît les coupables des récents attentats en France : des terroristes islamistes. Mais pour le gouvernement, il y a également des coresponsables : les « islamo-gauchistes ».

L’appellation est sans contenu précis. C’est en fait le nouveau nom de la « menace intérieure », une étiquette polémique pour alimenter la paranoïa et justifier les atteintes aux libertés, un « judéo- bolchevisme » du XXIe siècle.

Si nous voulions retourner l’étiquette à l’envoyeur, nous pourrions gloser sur l’« islamo-capitalisme » : celui de groupes industriels traitant avec Daech (tel le cimentier Lafarge), celui des relations diplomatico-affairistes avec des (…)
Suite »

Alors que Facebook et Twitter avaient pu nous habituer jusque là à un certain laisser-faire sur leurs réseaux, permettant à toutes sortes d’opinions — des plus respectables aux plus immondes — de s’exprimer, ces derniers temps les règles ont changé.

Depuis 2016 et les accusations d’ingérence russe dans la présidentielle états-unienne, ces deux géants des réseaux sociaux se démènent pour prouver qu’on peut désormais leur faire confiance et que les fake news et l’ingérence étrangère, c’est terminé.

Autrement dit, ces réseaux commencent à censurer leurs utilisateurs et utilisatrices. Et vue la place démesurée qu’occupent ces géants dans le Web de 2020, on peut aller jusqu’à dire que ces réseaux commencent (…)
Suite »

Le 25 novembre, c’est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes par les hommes. Chaque jour, en France, des femmes sont victimes de violences psychologiques, verbales, économiques,obstétricales, gynécologiques, physiques ou sexuelles. Une femme meurt tous les 3 jours assassinée par son compagnon ou son ex­-compagnon (87 féminicides connus à la date du 22 novembre). 60% des femmes ont été victimes de harcèlement sexuel au travail. 4 millions de personnes en France ont été victimes de viol incestueux.

En moyenne, le nombre de femmes qui, au cours d’une année, sont victimes de viol et/ou de tentatives de viol est estimé à 94.000. Qu’elles aient lieu à la maison, au travail ou dans la rue, les violences sont le produit du système patriarcal. Elles sont aggravées par la gestion de la crise sanitaire, la crise sociale, la crise écologique.

Nos mobilisations de ces dernières années, en France et partout dans le monde ont réussi à sortir les violences (…)
Suite »




Source: Unioncommunistelibertaire.org