Novembre 19, 2021
Par Basse Chaine
151 visites


Le conseil des ministre a dissout l’alvarium le mercredi 17 novembre. Sommes-nous pour autant dĂ©barrassé·es des fafs angevin·es ? Bien sĂ»r que non, mais on prend quand mĂȘme.

C’est par un tweet publiĂ© dans la soirĂ©e du 28 octobre que le sinistre de l’intĂ©rieur Darmachin a annoncĂ© engager la procĂ©dure de dissolution de l’alvarium. Le conseil des ministres l’a actĂ©e le mercredi 17 novembre. Le groupe angevin d’ultra droite est actif depuis 2018, plus de trois annĂ©es auront donc Ă©tĂ© nĂ©cessaires aux services publics pour enfin rĂ©agir.

Dissolution de l’alvarium, les Ă©lus soignent leur image

Inutile de revenir sur les raisons qui ont poussĂ©es Ă  cette dĂ©cision tant il en a Ă©tĂ© fait Ă©cho sur ce site : un dossier paru en juin dernier permet de comprendre la situation de la fachosphĂšre angevine. Observons tout de mĂȘme que cette annonce intervient Ă  quelques mois des Ă©lections prĂ©sidentielles. Il est commode pour le gouvernement de taper sur les fachos pour redorer une image dĂ©gradĂ©e par des discours et des mesures fascisantes : Darmachin et l’antisĂ©mitisme, Blanquer et l’islamo-wokisme, loi sĂ©curitĂ© globale, pass sanitaire, etc.



Au niveau local, remarquons que Darmachin justifie la procĂ©dure de dissolution par des “signalements rĂ©pĂ©tĂ©s de nombreux Ă©lus, dont le maire d’Angers”, un joli clin d’oeil Ă  Christophe BĂ©chu. Le numĂ©ro deux du nouveau parti Horizon, lancĂ© par son ami Edouard Philippe qui soutient Macron pour 2022, s’est pourtant toujours bien gardĂ© d’affirmer son opposition au groupuscule fasciste. Une attitude qui lui a toujours valu de s’attirer les critiques et des affiches « CLIMAT FACHO, MAIRIE COLLABO ? Â» collĂ©es rĂ©guliĂšrement dans la ville. Qu’importe, il est facile de surfer sur la vague de l’hypocrisie, ainsi le maire angevin dĂ©clare dans le Courrier de l’Ouest : « Depuis le dĂ©but, je souhaite qu’on parle de ces gens-lĂ  le moins possible. C’est ce qui a amenĂ© Ă  m’attaquer sur mon silence et mon inaction supposĂ©e. Mon sujet, ce n’est pas la communication mais l’efficacitĂ© et l’action. Â» Commode, une rĂ©ponse digne d’un haut fonctionnaire. Et dans quel but ? S’opposer au fascisme ou obtenir une place dans le prochain gouvernement Macron en 2022…?

RĂ©actions de l’alvarium

Depuis la premiĂšre annonce de Darmachin, les nazillons angevins chouinent dans la fachosphĂšre mĂ©diatique, surtout par l’intermĂ©diaire de leur chef Jean Eudes qui dĂ©nonce virilement « un dossier extrĂȘmement lĂ©ger, qui pĂšse encore moins lourd que GĂ©rald Darmanin Â» sur le youtube de VA. Un discours victimaire, pathĂ©tique et confus, paru notamment dans une vidĂ©o sur la chaĂźne youtube de l’alvarium qui a Ă©tĂ© fermĂ©e suite Ă  sa parution. On peut remercier le Raaf qui nous a tout de mĂȘme compilĂ© les meilleurs extraits :

Au-delĂ  de ces tentatives de justifications ridicules, selon Ouest-France l’avocat des fafs envisagerait un “recours pour excĂšs de pouvoir devant le Conseil d’État dans un dĂ©lai de deux mois. La bataille risque de glisser sur le terrain procĂ©dural. « Je n’ai pas obtenu les Ă©lĂ©ments, assure Me Pfligersdoffer. Je les ai demandĂ©s, mais on ne me les a pas fournis. Quand on affirme un fait, il faut le prouver, en rapporter la preuve. Â» Ses clients semblent prĂȘts Ă  aller jusqu’à la Cour europĂ©enne des droits de l’Homme (CEDH).”

D’ici lĂ  les militant·es fascistes Ă©coulent leur stock de stickers devenus hasbeen. En rĂ©action Ă  la dĂ©cision du conseil des ministres, ils ont ainsi dĂ©gradĂ© le local des Nuits Bleues, une librairie associative militante et syndicale.



La fin des fafs sur Angers ?

Si on fait abstraction de l’éventuel recours en justice des fafs, l’alvarium ne peut dĂ©sormais plus maintenir ses activitĂ©s. On peut s’en rĂ©jouir, y voir enfin la finalitĂ© d’annĂ©es de veille et d’actions des angevin·es engagé·es dans la lutte contre le fascisme. Toutefois, tout comme GĂ©nĂ©raton Identitaire Ă  Lyon, mouvement d’ultra droite dissout en mars, les militant·es de l’alvarium ne vont pas s’arrĂȘter lĂ .

Les fafs ont toujours leur local, propriĂ©tĂ© de leur mĂ©cĂšne Axel Levavasseur. L’anjou demeure un territoire oĂč prospĂšrent bourgeois et catholiques intĂ©gristes.

Le Raaf a publiĂ© dĂšs fin septembre Dissolution : comme un poison dans l’eau, cet article nous met en garde contre la dissolution Ă  venir de l’alvarium et explique en dĂ©tails pourquoi on ne peut s’en contenter.

Alors que l’extrĂȘme droite est plus que jamais aux portes du Pouvoir, ne relĂąchons pas notre vigilance face au fascisme !




Source: Basse-chaine.info