Octobre 19, 2021
Par Zone À Défendre
107 visites


Blessé à l’œil en 2007 alors qu’il était lycéen par le tir d’un policier qui expérimentait le Lanceur de Balles de Défense – LBD 40 –, Pierre Douillard-Lefèvre mène depuis des recherches sur la militarisation de la Police et s’engage au sein de collectifs de mutilés. Il est par ailleurs chercheur en sciences sociales et auteur de travaux de sociologie urbaine.

Il a sorti le 10 septembre 2021 l’ouvrage “Nous sommes en guerre, Terreur d’Etat et militarisation de la Police“.

Extrait :

« Qu’est-ce qui relie un lycéen et un Gilet Jaune, un teufeur et l’habitant d’une cité, un supporter et un occupant de la ZAD, malgré leur diversité, leurs subjectivités ? Tous ont subi des violences préméditées de la part de policiers qui les ont visés à la tête. Tous ont été touchés par la même arme.

Il y a toujours, en amont de leurs histoires, une volonté assumée par la Police de faire mal, d’en mutiler un pour en terroriser cent. Ce qui les relie, c’est la violence quotidienne de la police : le harcèlement de certains quartiers, la traque des sans-papiers, les expulsions de logement, l’étau anti-terroriste qui s’abat sur des catégories toujours plus larges d’indésirables.

Ce qui leur est arrivé arrivera probablement à l’autres. Les armes de la po­lice disent à celles et ceux qu’elles ciblent de rentrer chez eux, de vivre dans la crainte, d’obéir. Les damnés de la répression devront donc faire exister une légitime défiance. »




Source: Zad.nadir.org