Nous avons appris avec beaucoup de tristesse il y a quelques jours la mort de notre ami et camarade Tor Bach, militant antifasciste norvégien qui a longtemps contribué au journal Monitor.

GrĂące Ă  lui, nous avons mieux compris ce qu’étaient l’antifascisme et les luttes de solidaritĂ© avec les migrants en NorvĂšge, et nous nous souvenons avec bonheur de ces longues discussions, en particulier lors de cet Ă©tĂ© que nous avions passĂ© ensemble en France, alors que Tor devait se mettre au vert quelques temps, pour avoir Ă©tĂ© ciblĂ© par les nĂ©onazis de son pays. Tor avait cette franchise dans les Ă©changes et cette ouverture d’esprit qui nous ont permis de jeter les bases d’un vĂ©ritable travail antifasciste au niveau international.

La Horde

Voici le texte qu’il a laissĂ© en guise d’adieu :

Chers amis, camarades,

Si vous lisez ces mots, c’est que j’ai finalement manquĂ© de temps : avec ce texte, je voudrais avoir le dernier mot.

J’ai vĂ©cu une vie riche et j’ai connu des endroits et des gens merveilleux ; j’ai participĂ© Ă  des choses auxquelles peu d’autres personnes ont la possibilitĂ© de participer. J’aurais voulu rester ici un peu plus longtemps, mais les choses ne se sont pas passĂ©es ainsi. La vie m’a beaucoup donnĂ© et je la quitte avec gratitude. Parfois la vie m’a mis des claques, parfois je n’ai pas Ă©tĂ© aussi avisĂ© que j’aurais dĂ», mais je ne regrette pas la vie que j’ai menĂ©e.

Je crois en l’humanitĂ© et non dans les anciens dieux, alors je quitte la vie sans peur de ce qui vient aprĂšs. Je retourne dans le cycle de la nature et ce que j’y trouve me donne du rĂ©confort et de la sĂ©curitĂ©.

Ç’aura Ă©tĂ© un voyage plein d’excitations. Je connais certains d’entre vous depuis longtemps, d’autres depuis peu de temps, mais vous m’avez tous influencĂ©, vous m’avez fait rĂ©flĂ©chir, et maintenant c’est fini, alors au revoir. Les grands mots ne viennent pas aisĂ©ment quand on dit au revoir, alors je pense que je vais juste le faire, vous dire au revoir et vous remercier pour tout.

À mes funĂ©railles, il n’y aura pas de prĂȘtre, et pas de chants, et ceux d’entre vous qui veulent venir dire au revoir et aussi certainement avoir l’occasion de discuter avec de vieux amis et d’autres connaissances sont les bienvenus. Le jour et le lieu des funĂ©railles seront postĂ©s ici, et mes collĂšgues de travail pourront rĂ©pondre aux questions.

N’hĂ©sitez pas Ă  apporter une fleur Ă  dĂ©poser sur le cercueil, mais au lieu de dĂ©penser beaucoup d’argent pour des fleurs, faites un don Ă  Drop in the Sea qui aide les rĂ©fugiĂ©s sur les Îles grecques.

Voilà somme toute les derniùres choses que j’avais à dire.
Merci beaucoup, chers amis, et merci pour tout ce que nous avons partagé.

Tor


Article publié le 16 AoĂ»t 2020 sur Lahorde.samizdat.net