Novembre 10, 2019
Par La Horde
297 visites


C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris la disparition de notre camarade Catherine Grupper, dans la nuit du 6 au 7 novembre. Nous pensons bien sĂ»r Ă  notre ami libraire, son compagnon, Ă  sa famille et Ă  ses proches, et nous nous souvenons de toutes ses luttes passĂ©es.

Militante Ă  l’École Ă©mancipĂ©e, au Mrap et au rĂ©seau Ras l’Front, Catherine Ă©tait de tous les combats antiracistes, en particulier aux cĂŽtĂ©s de celles et ceux qu’on appelait les « sans-papiers Â» et pas encore les migrant·e·s, comme lors de l’occupation de l’église Saint-Bernard en 1996, puis les annĂ©es suivantes pour appeler Ă  se rassembler chaque annĂ©e pour conserver la mĂ©moire de cet Ă©vĂ©nement.

Catherine Ă©tait aussi aux cĂŽtĂ©s des antifascistes radicaux, et, avec la discrĂ©tion qui la caractĂ©rise, leur a toujours apportĂ© un solide soutien, que ce soit lorsque du procĂšs de camarades antifascistes du Scalp et de la CNT suite Ă  un affrontement avec des Identitaires en 2004 Ă  Paris, ou pour permettre l’impression de notre tout premier schĂ©ma de l’extrĂȘme droite française, avant mĂȘme l’existence de la Horde.

À propos de notre collectif, qu’elle a toujours soutenu, c’est grĂące Ă  Catherine que nous avons pu organiser plusieurs projections-dĂ©bats au cinĂ©ma La Clef :  avec le faussaire rĂ©sistant Adolfo Kaminsky, pour la prĂ©sentation du documentaire Acta Non Verba


Enfin, Catherine Ă©tait aussi trĂšs engagĂ©e dans le soutien aux prisonniers politiques, qu’il s’agisse des militants d’Action directe, de Georges Ibrahim Abdallah, des camarades italiens, de Mumia Abou-Jamal ou de notre camarade antifasciste Yves Peirat.

Son engagement total,  son soutien indĂ©fectible et son incroyable Ă©nergie militante vont cruellement nous manquer, tout autant que sa voix et son sourire qui nous accompagneront longtemps sur les luttes et dans les manifs.

La Horde




Source: Lahorde.samizdat.net