Août 2, 2016
Par Paris Luttes
30 visites


Apparus peu avant 14h, les CRS sont rentrés en action environ une demi heure plus tard et ont pourchassé les migrant·es toute l’après midi (« opération d’éviction » selon la préfecture) avant de déclencher une brusque opération « coups de poing » aux alentours de 22h30.

« Ici c’est comme chez moi [mais] demain, je pars en Allemagne. » Un Mineur Isolé Etranger

Après avoir été chassés des quais et s’être réunis à Stalingrad sur l’avenue de Flandres, les migrant·es n’ont eu aucun répit : la police a eu ordre de les disperser et ce de n’importe quelle façon. Leurs ordres étaient clairs : « soit ils se dispersent d’eux même soit on charge ! » et le bilan humain est lourd ! Bilan : coups de matraque, coups de poings, coups de rangers, coups de boucliers, gaz lacrymos… Hier soir 17 blessé·es (migrant·es & soutiens), 5 se sont retrouvé·es à l’hôpital Lariboisière.




Source: