Avril 14, 2021
Par Dijoncter
132 visites


Dijoncter Papier #3 vient de sortir des presses ! Si vous voulez savoir où le trouver, combien il coûte ou lire l’édito avant de l’avoir en main, cet article est pour vous.

Pour marquer les 3 ans de Dijoncter, voici la sortie de son troisième numéro papier.

Ce magazine est une manière de plus de propager les résistances qui se construisent à Dijon et dans les territoires qui l’environnent, faire que ces histoires se diffusent et se transmettent le plus largement possible.

Où le trouver ?

Vous pouvez dés maintenant vous le procurer à la Librairie La fleur qui pousse à l’intérieur, 5 place des Cordeliers à Dijon.

Si vous avez un lieu à Dijon ou autour dans lequel nous pourrions faire un lieu de dépôt, n’hésitez pas à nous écrire aussi !

Prix

Pour que personne ne s’empêche de se le procurer, nous avons décidé de vendre ce journal à prix libre. Ça signifie que chacun·e met la somme qu’il ou elle peut, suivant ses moyens.

Pour information, nous avons estimé son coût de production à 5 €.

Dijoncter.info fonctionne sans subvention, sans publicité, sans profit et nous y sommes tou·tes bénévoles. La vente de ce journal est un des seuls moments de l’année où vous pouvez soutenir financièrement dijoncter.info pour nous permettre de payer les frais de fonctionnement du site (serveur informatique, nom de domaine, adresse mail,…) ainsi que des frais d’impression de tracts et d’autocollants.

Sommaire

4. Chronologie

Vue d’ensemble sur une année de lutte

6. L’année en chiffre

Échantillon numéraire

8. Black Lives Matter

Du Minnesota à Dijon

12. De l’autre côté de la rue

Retour sur les affrontements aux Grésilles

16. Nos luttes ont soigné nos confinements

Retour sur une année de féminisme dijonnais avec le collectif 25 novembre

22. Dijon c’est béton

Promenades de résistance à l’urbanisation dijonnaise

30. Continuer jusqu’au bout

Dialogue sur la situation des migrants à Dijon et alentours

36. Une année dans le nouveau monde

Crises et sursauts bourguignons en temps de pandémie

44. Luttes locales contre la « sécurité globale »

Du sable dans l’engrenage sécuritaire

52. Errance urbaine

Quelques photos furtives

54. L’information autonome et participative : à la marge de l’actu ?

Quelques réflexions qui traversent l’équipe d’animation de Dijoncter

56. Dijoncter.info, un site du réseau mutu

Présentation de l’iceberg qui soutient Dijoncter

58. Annuaire des collectifs

Plus d’excuse pour ne pas se contacter

60. C’est pas sérieux

Un peu de récré

Édito

La couverture de Dijoncter Papier #1 (avril 2018 – avril 2019) était évidemment jaune, à l’image des gilets qui en avaient marqué l’année de lutte. Nous avions choisis le rouge syndical pour Dijoncter Papier #2 (avril 2019 – avril 2020), en hommage aux longs mois de grève contre la réforme des retraites.

Aucune couleur ne s’est imposée de façon évidente pour cette nouvelle édition.

Lorsque nous nous retournons sur les longs mois qui séparent avril 2020 d’avril 2021, notre premier regard est un peu abattu : covid, confinement, casse du travail, état d’urgence permanent, réforme sécuritaire, masculinisme ministériel, toute puissance policière… Et face à ce déluge, aucun mouvement ne surgit dans notre sommaire avec la force des années précédentes.

Et pourtant.

Quand nous nous plongeons dans l’année parcourue avec l’idée d’en restituer les éclats de lutte, nous nous retrouvons à lire un très grand nombre d’articles que nous avions oubliés : le récit flamboyant de la pride de juin, l’enthousiasme et la rage de la première manifestation Black Live Matter dijonnaise, l’occupation durable des jardins de l’Engrenage, la rencontre du mouvement contre la sécurité globale avec les danses déchaînées des soundsystems en lutte… Ce n’est pas le recul éditorial qui crée notre enthousiasme, mais plutôt le souvenir chaleureux de ces différents moments.

Ces mouvements de lutte semblent avoir un point commun : ils sont tous le fruit de jeunes collectifs de lutte. Des collectifs qui n’avaient parfois jamais organisé de manifestation avant cette année. Bien sûr, ils n’ont ni le pouvoir des grands syndicats, ni la rage déterminée par des années de souffrance des gilets jaunes. Mais ils portent en eux l’« ardeur de vivre » défendue par les organisateur et organisatrices de la fête de Lieuron. Une ardeur qui ne supporte plus les multiples formes de la violence institutionnelle – du racisme de la police au sexisme structurel – et que les réponses répressives à la crise sanitaire ont fait explosé. Enfermé·es, coupé·es de la plupart de nos réseaux d’organisation habituels, abasourdi·es par la maladie, certain·es ont pourtant puisé dans cette crise la force et la détermination de réinventer encore la politique, avec des bêches, des paillettes, ou des soundsystems,…

Toute cette énergie, nous l’avons redécouverte en nous plongeant dans les archives de cette année de lutte. Nous l’avions presque oublié, tant le rythme des mesures gouvernementales nous déboussolent et nous obligent à nous réadapter chaque mois à de nouvelles réglementations.

Le premier confinement a mis brutalement fin au mouvement des retraites et aux mobilisations féministes de février-mars 2020. Quelle mémoire en restait-il deux mois plus tard, si ce n’est les souvenirs de celles et ceux qui les avaient vécu ? Les médias mainstream n’en avaient capté que les grands mots d’ordre, les réseaux sociaux les avaient enfouis au fin fond des fils d’actualité.

Nous pensons que les mouvements doivent transmettre leurs énergies et leurs échecs par-delà les mois et les années. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons lancé Dijoncter.info : avoir un site qui raconte sensiblement les expériences de lutte, et dont les archives ne dépendent pas du bon vouloir de ceux qui dirigent le Bien Public ou les réseaux sociaux. Et nous avons besoin de partager largement ce sens de la transmission et de l’autonomie médiatique, pour que l’histoire que retrace Dijoncter soit aussi riche que la réalité des combats qui sont menés.

À partir des articles proposés et publiés sur Dijoncter et malgré les lacunes, nous avons tenté de reconstituer le fil qui nous relie au mois d’avril 2020. Contrairement aux deux dernières éditions, nous avons choisi de ne pas regrouper directement les articles parus sur le site, mais de les synthétiser et de les raconter dans de nouveaux textes.

Nous vous laissons découvrir cette nouvelle formule, en espérant que les récits et analyses sur l’année qui vient de s’écouler donneront de la force et de l’imagination à un nouveau printemps de lutte !

À bientôt sur Dijoncter.info

Let’s block ads! (Why?)




Source: Dijoncter.info