Avril 24, 2021
Par Rebellyon
354 visites


Depuis mardi matin une vĂ©ritable opĂ©ration de saccage des jardins de l’Engrenage est en cours Ă  Dijon. OccupĂ©s depuis presque un an, ces jardins sont devenus un des symbole de l’hypocrisie municipale sur les questions Ă©cologiques. La rĂ©sistance ne fait que commencer !

Ce mardi matin trĂšs tĂŽt, un dispositif policier accompagnĂ© par une armada d’engins de chantier a Ă©tĂ© dĂ©ployĂ© pour dĂ©vaster les terres de l’avenue de Langres occupĂ©es depuis le 17 juin 2020, lors de la journĂ©e contre la rĂ©intoxication du monde.

https://dijoncter.info/manif-contre-la-reintoxication-du-monde-occupation-en-cours-2057

Plusieurs bulldozers, pelleteuses, porte-chars et manitou de l’entreprise DESERTOT ont Ă©tĂ© mobilisĂ©s pour tenter de mettre fin aux jardins, ainsi que des bucherons qui ont Ă©tĂ© chargĂ©s de tronçonner les arbres.

La municipalitĂ© dĂ©ploie les grands moyens. Fleurs, brins d’herbe, tout y passe. La volontĂ© est clair : rien ne doit rester de ce qui peut ressembler Ă  de la verdure.

Cette opĂ©ration de saccage arrive au dĂ©but du printemps alors que depuis des semaines les jardiniĂšr·es s’étaient remis·es Ă  la tĂąche pour faire de cet endroit un lieu de passage ouvert et partagĂ© entre les riverain·es.

La maison situĂ©e au milieu des jardins reste protĂ©gĂ©e par une dĂ©cision de justice, et ne sera pas expulsĂ©e (sauf si les flics dĂ©cident de passer en force illĂ©galement). C’est d’ailleurs grĂące Ă  la prĂ©sence des habitant·es dans cette maison que l’alerte a Ă©tĂ© donnĂ©e tĂŽt dans la matinĂ©e. L’appel relayĂ© par des voisin·es ami·es a permis que des personnes solidaires convergent dĂšs les premiĂšres minutes. Celles-ci ont tentĂ© de bloquer les engins de chantier en dĂ©bordant le dispositif policier qui venait Ă  peine de se mettre en place. Quelques personnes ont ainsi pu rejoindre la maison pour la dĂ©fendre, pendant que plusieurs autres montaient sur le toit de la maison.

Rapidement, face Ă  l’arrivĂ©e de personnes dĂ©terminĂ©es Ă  dĂ©fendre les jardins, les forces de l’ordre se sont mis Ă  gazer. Les manifestant·es ont continuĂ© Ă  harceler le dispositif policier en le coutournant Ă  plusieurs reprises. DiffĂ©rentes formes de rĂ©sistance se sont alors dĂ©ployĂ©es : un engin a Ă©tĂ© endommagĂ©, les camions bennes ont Ă©tĂ© bloquĂ©s alors qu’ils emportaient la terre… La mairie non contente de tout dĂ©truire a choisi de piller la terre vĂ©gĂ©tale. Mardi Ă  13h, ce sont dĂ©jĂ  plus de 40 camions de terre vĂ©gĂ©tale qui ont Ă©tĂ© arrachĂ©s aux jardins.

L’objectif est clair : la mairie va laisser derriĂšre elle un paysage lunaire pour ensuite mieux se gargariser de dĂ©fendre l’écologie Ă  Dijon. L’hypocrisie municipale n’a pas de limite. D’un cĂŽtĂ© elle candidate pour ĂȘtre capitale verte europĂ©enne, de l’autre elle dĂ©truit les terres et les initiatives qui s’organisent pour les dĂ©fendre. Alors que la rĂ©sistance Ă  la mĂ©tropolisation dijonnaise ne cesse de s’intensifier depuis un an, on a hĂąte de voir quels arguments bidons vont ĂȘtre dĂ©ployĂ©s pour venir justifier pareil dĂ©sastre Ă©cologique.

Depuis mardi matin, les gestes de rĂ©sistances s’enchainent. Une manifestation est appelĂ©e samedi Ă  14h.

Tous les gestes de soutiens et de solidarités envers les occupant·es et jardiniÚr·es sont les bienvenus.




Source: Rebellyon.info