Ce mardi 10 septembre 2019, une nouvelle audience est convoquée par le juge de l’exécution afin de statuer sur le sort de la CPAM occupée. Nous appelons donc à venir soutenir les habitants pour ré-affirmer avec eux la nécessité absolue de pouvoir continuer à vivre dans ces locaux tant qu’aucune autre solution n’est proposée et alors même qu’aucun projet n’est en cours sur ce bâtiment.
La préfecture n’a aucune envie d’attendre l’audience au tribunal d’instance. Lundi 9 septembre en d’après-midi, les forces de l’ordre engage une opération d’expulsion de l’ancienne CPAM de Chenôve.

Appel à soutien aux habitants de l’ancienne CPAM transformée en lieu de vie de Chenôve.

Depuis août 2018 les anciens locaux de la CPAM à Chenôve ont repris vie. Environ 80 personnes ont trouvé un toit alors qu’elles étaient laissées sans solution d’hébergement par les pouvoirs publics. Depuis maintenant un peu plus d’un an, elles n’ont eu de cesse d’aménager les lieux, de les entretenir et d’y mener à bien des activités. Les cours de français, les parties de foot, l’aide à l’installation et à l’accueil des nouveaux arrivants, a permis à beaucoup de rendre le temps de l’attente des procédures d’asile un peu moins long. L’existence de ce lieu a également permis à bon nombre des personnes qui y résident de trouver un peu de répit sur la route de l’exil, de se soigner, de tisser des liens avec les voisins, de partager des repas, d’inviter des ami-e-s.

Ce mardi 10 septembre, une nouvelle audience est convoquée par le juge de l’exécution afin de statuer sur le sort du lieu occupé. Le juge peut en effet accorder de nouveaux délais aux habitants ce qui leur permettraient de rester plusieurs mois dans les lieux sans vivre dans la crainte permanente d’une intervention policière d’expulsion au petit matin.

Nous appelons donc à venir soutenir les habitants pour ré-affirmer avec eux la nécessité absolue de pouvoir continuer à vivre dans ces locaux tant qu’aucune autre solution n’est proposée et alors même qu’aucun projet n’est en cours sur ce bâtiment.

RDV mardi 10 septembre à 14h au tribunal d’instance de Dijon, boulevard Clémenceau.

Collectif de soutien aux demandeurs d’asile et migrants


Fil info de l’expulsion au squat de la CPAM

Les points à retenir :
– L’ancienne CPAM de Chenôve, occupée depuis octobre 2018, a été expulsée lundi 9 à 14h.
– Suite à la mobilisation des habitants et de leurs soutiens, la mairie leur a mis à disposition de terrain du Chemin des Cailloux (un parking excentré sans abri, un point d’eau et électricité ont été installé).
– Rassemblement mardi 10 à 14h devant la Cité Judiciaire.

Mise à jour : mardi 10 septembre
un passage rue d’la pref = 1 gazage

Les habitants et leurs soutiens font un passage par la préfecture , ou plutôt jusqu’à l’angle de la rue de la préfecture.« La police barre la rue de la préfecture , une partie du cortège bloque la voie de tram , tentative d’avancer , gazage . »La préfecture nous met à la rue , il faut qu’elle nous trouve une solution pérenne !
Une demi heure plus tard , tout le monde repart vers le campement du chemin des cailloux !
Venez nombreux-ses , c’est 10 minutes à pied après le campus universitaire . Il ya besoin de ..tout , il n’est toujours pas possible de récupérer les affaires.

un petit mot sur le propriétaire

Ici un article qui rend compte de qui est Thierry Coursin, le propriétaire qui attend avec impatience de récuperer son bien, la CPAM , enfin une des CPAM. On parle bien d’un propriétaire privé qui comme tous les squats précédents va sûrement murer le squat pour les prochaines années ..on attend avec impatience les projets !

Rendu en octobre

Le rendu du procès aura lieu courant octobre.
Les ex-habitants et leurs soutiens se rendent au chemin des cailloux.
Une réunion doit avoir lieu avec la maire, l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration), et la Préfecture, qui se renvoient la balle quand à savoir qui doit gérer cette situation.

Des fonctionnaires dénoncent cette expulsion et ses méthodes

« Cher.e.s collègues, comme vous le savez certainement ce squat devait passer ce mardi 10 septembre en audience devant le juge de l’exécution. Alors oui, bla-bla-bla, le précédent rendu n’était pas suspensif, mais quel affreux sentiment se dégage de ce timing. Quelle drôle de fraternité. »

Du monde à la Cité Judiciaire

Beaucoup de monde est venu soutenir les ex-habitants de la CPAM pour leur audience au tribunal d’instance. Certains attendent devant, d’autres dans les couloirs. Beaucoup de policiers aux alentours.
À 14h30 l’audience n’avait toujours pas commencé.

Campement au chemin des cailloux

L’aire de passage pour les gens du voyage a été ouverte hier soir vers 22h . Remise en eau , quelques barnums livrés par la mairie , arrivée sur un terrain…complètement nu.
La nuit était fraîche , petit oubli des services d’expulsion comme d’habitude , le jour où on t’expulse n’est pas le jour où tu récupères tes affaires , entre autres … tes couvertures ..
Recup de tentes , et de couvertures dans la nuit par les assos .
Un coffret électrique a été installé ce matin, petit dej’ avec le soleil !

Les ex-habitants de la CPAM vont passer la nuit au chemin des cailloux

Après un nouveau coup de pression des forces de l’ordre, qui se sont remises en formation d’attaque, les ex-habitants de la CPAM ont choisi d’aller passer la nuit sur le terrain que leur propose la mairie. Pour rappel il s’agit d’un terrain d’accueil pour les gens du voyage désaffecté. Une dalle sans eau, ni électricité, ni abris, coincée entre la rocade et un cimetière.

Rassemblement demain à 14h devant la cité judiciaire

La rassemblement demain mardi à 14h devant la cité judiciaire (boulevard Clémenceau) est maintenu.
Prévu depuis plusieurs jours, ce rassemblement devait avoir lieu à l’occasion de l’examen devant le tribunal d’instance du cas de la CPAM, examen qui devait aboutir à une décision d’expulsion, ou à un délai supplémentaire.


Mise à jour : lundi 9 septembre
La poussière sous le tapis : proposition de la mairie

Toujours pas d’expulsion de la place Wilson. Les forces de l’ordre se sont équipées et déployées autour de la place mais ce n’était manifestement qu’un coup de pression.


Les négociation ont démarré avec la mairie, qui a proposé de mettre à disposition le terrain du chemin des cailloux qui, comme son nom l’indique, est une dalle pas du tout adaptée à un campement de tentes. Ce terrain, située entre les terrains de sport du campus et un échangeur de la rocade abritait jusqu’au mois de mai des membres de la communauté du voyage.
Une délégation est allée sur place pour constater qu’il n’y avait ni eau, ni électricité, ni barnum, contrairement à ce que la mairie promettait. Il est décidé de rester sur place pendant que les négociations continuent.
Quelques minutes plus tard, le représentant explique que des agents sont sur place pour remettre l’eau et apporter des barnums, l’électricité devrait être remise demain.
Toujours beaucoup de monde place Wilson.

Intervention de la police

Les policiers sont intervenus pour expulser le rassemblement de la place Wilson.
Toujours aucune solution de relogement proposée par la préfecture, la nuit va être longue !

Un campement sur la place Wilson ?

Des tentes commencent à être montées sur la place Wilson pour y passer la nuit.
Le commissaire De Bartolo arrive et annonce que cette occupation ne sera pas possible.
Aux personnes qui lui demandent quelles sont les solutions pour les personnes que ses hommes ont mis à la rue dans l’après-midi, il se contente de répondre « c’est impossible, c’est illégal ».
Autour de la place Wilson des policiers nationaux, des CRS et les éborgneurs de la BAC se préparent à intervenir.

Quelle solution ?

Devant plus de 200 personnes réunies sur la place Wilson, des ex habitants de la CPAM et des militants font le point sur la situation :
– 11 personnes ont été arrêtées et risquent d’être envoyées en CRA puis expulsées
– 1 seule personne a pu obtenir un relogement auprès de Coallia
– En attendant d’une solution, il est décidé de rester place Wilson où des tentes ont commencé à être montées
– Toute aide matérielle pour passer la nuit dehors est la bienvenue

Il y a quelques jours Qadri était expulsé

Au rassemblement boulevard Carraz, une banderole rappelle les situation de Gvantsa et Qadri.
Samedi 25 août, Gvantsa, une lycéenne sur le point d’entrer en terminale était arrêtée à son domicile et envoyée au CRA de Metz, en attendant une expulsion imminente. La mobilisation en sa faveur a permis d’obtenir sa libération puis sa régularisation. Mais le jour même où l’on apprenait sa régularisation c’est Qadri, un autre élève du lycée de Qvantsa qui allait entrer en BTS qui était porté disparu… jusqu’à ce que l’on apprenne qu’il avait été, le matin même, arrêté à son dimicile et expulsé au Nigeria où il n’a plus la moindre attache familiale.

Appel à don

Si possible, merci d’amener du matériel de camping au RDV de 18h place Wilson :
tentes, couvertures, nourriture

Beaucoup de policiers sur place

Les ex-habitants de la CPAM et leurs soutiens sont désormais sur le trottoir du boulevard Carraz, encerclés par de nombreux policiers. La rue est noire de flics : des CRS, la brigade d’intervention de la police nationale. Un agent filme tous les visages des personnes présentes.
Parole de flic :
« – Messieurs dames, ça s’est bien passé jusqu’à maintenant, pourquoi vouloir faire dégénérer les choses ?
Bien passé ? Tu viens de les mettre à la rue et tu trouves que les choses se passent bien ? »

Rassemblement le long du boulevard Carraz

Bousculade au milieu du boulevard Carraz, que les désormais ex-habitants de la CPAM et leurs soutiens tentent de bloquer. Ils sont repoussés sur le trottoir.

Des personnes interpellées

Au moins deux personnes auraient été interpellées et transférées dans les locaux de la police aux frontières de Chenôve avant un transfert au centre de rétention de Metz. Elles risquent une expulsion hors de France.

Un batiment occupé depuis octobre 2018

Occupé depuis le 7 octobre 2018, cet ancien batiment de la CPAM accueillait environ 80 personnes migrantes.
Cette occupation avait reçu un large soutien dans son quartier, notamment de la part de la paroisse et, à demi-mot, de la municipalité.

Rendez-vous à 18h place Wilson !

Un rassemblement de soutien aura lieu ce soir à 18h. Rendez-vous place Wilson, faites tourner le mot !

Une expulsion la veille de l’audience au tribunal administratif

Cette opération a lieu la veille d’une audience au tribunal d’instance, audience qui devait statuer sur le sort de la CPAM.


Squat de la CPAM
30 du boulevard Henri Bazin, Chenôve
https://squ.at/r/7c59

Des squats à Dijon https://radar.squat.net/fr/groups/city/dijon/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) à Dijon https://radar.squat.net/fr/groups/city/dijon
Des événements à Dijon https://radar.squat.net/fr/events/city/Dijon

Les sans papiers https://radar.squat.net/fr/groups/topic/sans-papiers


Articles publiés sur Dijoncter le 7 et 9 septembre 2019:
https://dijoncter.info/les-demandeurs-d-asile-de-la-cpam-ont-besoin-de-soutien-1289
https://dijoncter.info/fil-info-expulsion-au-squat-de-la-cpam-1291


Article publié le 11 Sep 2019 sur Fr.squat.net