Novembre 17, 2020
Par Les mots sont importants
278 views


AlertĂ© par une amie, Pierre Tevanian a dĂ©couvert, ce dimanche 15 novembre, une Ă©mission radiophonique le mettant en cause avec des propos d’une malveillance et une faussetĂ© stupĂ©fiantes, relevant de ce que l’on nomme, en droit, la diffamation. Voici donc une lettre qu’il a adressĂ©e Ă  Marc Weitzmann, responsable de l’émission oĂč ont Ă©tĂ© profĂ©rĂ©es les accusations diffamatoires. Nous la rendons publique ici parce quelle nous a paru instructive, sur les moyens tout Ă  fait singuliers que ne rĂ©pugnent pas Ă  utiliser certains dĂ©fenseurs autoproclamĂ©s de l’éthique de la discussion.


À M. Marc Weitzmann

Monsieur,

Lors de votre Ă©mission du dimanche 15 novembre, au milieu d’un dĂ©bat rĂ©unissant Ludivine Bantigny, Nedjib Sidi Moussa, Jean-François Braunstein et vous-mĂȘme, M. Braunstein, tout en affirmant ne pas vouloir « polĂ©miquer Â», et tout en se rĂ©clamant de la « raison Â» et de la rigueur acadĂ©mique contre les excĂšs d’un certain monde militant, s’est permis de livrer mon nom en pĂąture en profĂ©rant des accusations graves et diffamatoires Ă  mon encontre.

Cette personne a en effet citĂ© mon nom comme exemple emblĂ©matique (et unique) des dĂ©rives qu’il combat et qu’il nomme le « racialisme Â». Plus prĂ©cisĂ©ment, M. Braunstein a dĂ©noncĂ© l’idĂ©e que « les blancs seraient par essence coupables et racistes Â», et il a enchaĂźnĂ© par ces mots :

« Voir par exemple Tevanian, un IndigĂšne de la rĂ©publique que vous connaissez : “les blancs sont racistes de naissance”. Quand on commence Ă  dire “Les blancs sont racistes de naissance”, moi ça me rappelle effectivement des heures un petit peu sombres. Â»

Une thĂšse m’a donc Ă©tĂ© donc attribuĂ©e, sans aucune Ă©quivoque. Cette thĂšse a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©e, sans aucune Ă©quivoque, comme une citation, au style direct ou indirect libre, et en aucun cas comme une extrapolation personnelle de M. Braunstein.

Or, cette allĂ©gation est tout simplement diffamatoire puisque :

- elle est infamante ;

- elle est fausse ;

- l’excuse de la bonne foi ne peut prĂ©valoir, il me serait facile le cas Ă©chĂ©ant de l’établir en justice.

 

Mise au point

En effet, personne ne trouvera jamais cette thĂšse, et aucune approchante, dans aucun de mes Ă©crits – ni dans mon texte sur « La question blanche Â» (repris dans mon livre La mĂ©canique raciste et dans l’ouvrage collectif De quelle couleur sont les blancs ?, sous la direction de Sylvie Laurent et Thierry LeclĂšre, tous deux parus Ă  La DĂ©couverte), ni dans aucun autre de mes Ă©crits.

Plus que ça : le texte unique que j’ai consacrĂ© Ă  « La question blanche Â» Ă©nonce et argumente expressĂ©ment le contraire, Ă  savoir :

- qu’on ne nait pas raciste, on le devient ; il n’y a aucune naturalitĂ© du racisme ;

- qu’il n’existe pas de groupe homogĂšne qu’on pourrait appeler « les Blancs Â» et qui serait indistinctement raciste ; 

- qu’aucun Blanc n’est vouĂ© au racisme par quelque destin que ce soit, ni biologique ni culturel ou social ;

- que la blanchitĂ© est une condition sociale non choisie, qui dans notre sociĂ©tĂ© gĂ©nĂšre un privilĂšge par rapport Ă  d’autres groupes qui sont discriminĂ©s, mais que blancs comme non-blancs, nous sommes en dĂ©finitive, selon la formule de Sartre, « ce que nous faisons de ce qu’on a fait de nous Â».

 

Telles sont donc, en rĂ©sumĂ©, les principales thĂšses qu’on trouvera dans mes Ă©crits abordant ensemble les signifiants « blancs Â» et « racisme Â». Ceci est un fait, aisĂ©ment vĂ©rifiable. Nous sommes donc, sans Ă©quivoque possible, aux antipodes des allĂ©gations de M. Braunstein, qui relĂšvent donc de la diffamation. Je vous demande en consĂ©quence de lire Ă  l’antenne le prĂ©sent texte (ou au moins sa partie « Mise au point Â») lors d’une prochaine Ă©mission, au titre du droit de rĂ©ponse.

 

Avec mes salutations cordiales,

Pierre Tevanian




Source: Lmsi.net