Août 13, 2016
Par Rebellyon
247 visites


Dans l’édition du 13 août 1732 du Dictionnaire de Trévoux : les Nègres vendent leurs voisins…, leurs propres femmes et leurs enfants.

On a du mal à réaliser que les jésuites, gens éclairés par l’esprit des Lumières, gens d’une énorme culture, aient pu définir d’une façon aussi horrible les Africains, les Noirs dans le Dictionnaire de Trévoux, dictionnaire encyclopédique faisant référence pendant des décennies…


.
.

« Nègre :

Nom propre de peuple, habitant, originaire de la Nigritie, Aethiops, Niger, Nigra, Nigrita. Le nom de Nègre n’est pas aujourd’hui synonyme d’Éthiopien, comme il le pourrait être en parlant de l’Antiquité. L’Éthiopie ne s’étend pas autant que la Nigritie. Nous n’appelons Éthiopiens que les peuples qui sont au midi de l’Égypte et au levant des Nègres. Les Nègres vendent aux Espagnols, aux Portugais et aux Hollandais, non seulement ceux de leurs voisins qu’ils peuvent attraper, mais quelquefois leurs propres femmes et leurs enfants. Ils sont noirs, mais davantage vers le midi du Niger que vers le nord ; ils passent pour robustes, mais ignorants, lâches, et paressseux, et moins farouches que les peuples de la Barbarie, du Bidulgérid et du Zaara. La plupart suivent le mahométisme, les autres sont païens ; il y en a même qui n’ont presque aucun sentiment de religion. Au Pérou, il est expressément défendu aux Noirs et aux Négresses d’avoir aucune communication personnelle avec les Indiens et les Indiennes, sous peine aux mâles d’être mutilés des parties naturelles ; et aux Négresses d’être rigoureusement fustigées. »

.
.




Source: