Décembre 4, 2022
Par L'envolée
35 visites

Vendredi, nous avons reçu ce deuxième communiqué des prisonniers du quartier semi-liberté de Jacques Quartier à Rennes: ils ne peuvent toujours pas avoir accès aux douches, faire la vaisselle ou boire. Le directeur de Rennes-Vezin a toujours une bonne excuse pour ne pas venir donner des explications, notamment au sujet de leur exposition à des bactéries.

Depuis le 23 Novembre, il n’y a plus d’accès à l’eau dans les quartiers semi-liberté de Rennes. 
Il n’y a plus de douche. On nous demande de prendre des douches aux bains douches de Rennes pendant les permissions mais ça ne correspond pas forcément avec les horaires de permission. Sinon, les surveillants nous propose d’aller prendre des douches sous la pluie. Tous les détenus n’ont pas la possibilité de se doucher. La majorité des détenus n’ont pas de sortie le week-end, 2jours sans se laver. On nous donne deux bouteilles d’eau par jour : une pour boire et une pour la toilette. A nous de gérer notre consommation ensuite. 
On ne peut pas non plus tirer la chasse d’eau, ni faire notre vaisselle. 

Par rapport à cette coupure, on ne nous dit pas grand-chose. La spip n’en sait rien, les surveillants ne disent rien. On nous a quand même parlé d’une bactérie. Il devait y avoir une intervention sur les conduits, visiblement ça a été reporté au 6 décembre. Lundi, un détenu est allé à l’hôpital, il avait utilisé l’eau. Il est revenu depuis. Nous aimerions bien savoir quelle bactérie il y a dans cette eau. 

Le directeur de Vezin devait nous rencontrer individuellement mercredi. Nous l’avons attendu mais il n’est pas venu. On nous a dit qu’il y avait une urgence à Vezin. Nous sommes toujours dans l’attente.

Aux vues de la situation, avec des conditions de détention qui ne sont pas optimales, le mieux serait de libérer les détenues en fin de peines de donner des réductions de peine exceptionnelles et des libérations anticipées pour des raisons sanitaire, comme ça a pu être fait pendant la pandémie de Covid-19. On demande aussi que des aménagements soient donnés a ceux qui ont des adresses. 

Les colis de noël ont finalement été acceptés, mais seulement du 22 au 26.

Vendredi, nous avons reçu ce deuxième communiqué des prisonniers du quartier semi-liberté de Jacques Quartier à Rennes: ils ne peuvent toujours pas avoir accès aux douches, faire la vaisselle ou boire. Le directeur de Rennes-Vezin a toujours une bonne excuse pour ne pas venir donner des explications, notamment au sujet de leur exposition à des bactéries.

Depuis le 23 Novembre, il n’y a plus d’accès à l’eau dans les quartiers semi-liberté de Rennes. 
Il n’y a plus de douche. On nous demande de prendre des douches aux bains douches de Rennes pendant les permissions mais ça ne correspond pas forcément avec les horaires de permission. Sinon, les surveillants nous propose d’aller prendre des douches sous la pluie. Tous les détenus n’ont pas la possibilité de se doucher. La majorité des détenus n’ont pas de sortie le week-end, 2jours sans se laver. On nous donne deux bouteilles d’eau par jour : une pour boire et une pour la toilette. A nous de gérer notre consommation ensuite. 
On ne peut pas non plus tirer la chasse d’eau, ni faire notre vaisselle. 

Par rapport à cette coupure, on ne nous dit pas grand-chose. La spip n’en sait rien, les surveillants ne disent rien. On nous a quand même parlé d’une bactérie. Il devait y avoir une intervention sur les conduits, visiblement ça a été reporté au 6 décembre. Lundi, un détenu est allé à l’hôpital, il avait utilisé l’eau. Il est revenu depuis. Nous aimerions bien savoir quelle bactérie il y a dans cette eau. 

Le directeur de Vezin devait nous rencontrer individuellement mercredi. Nous l’avons attendu mais il n’est pas venu. On nous a dit qu’il y avait une urgence à Vezin. Nous sommes toujours dans l’attente.

Aux vues de la situation, avec des conditions de détention qui ne sont pas optimales, le mieux serait de libérer les détenues en fin de peines de donner des réductions de peine exceptionnelles et des libérations anticipées pour des raisons sanitaire, comme ça a pu être fait pendant la pandémie de Covid-19. On demande aussi que des aménagements soient donnés a ceux qui ont des adresses. 

Les colis de noël ont finalement été acceptés, mais seulement du 22 au 26.



Source: Lenvolee.net