France 3 / mardi 15 septembre 2020

Plusieurs exploitants des Deux-Sèvres ont été victimes d’actes de vandalisme. Ces dégradations se sont déroulées chez des irrigants qui vont bénéficier d’une réserve d’eau géante.


Plusieurs agriculteurs ont été victimes d’actes de vandalisme le week-end du 12 et 13 septembre dans le pays mellois.
Jacky Mesmin, dont l’exploitation est située à Aigondigné, a retrouvé sa rampe d’irrigation saccagée.
« Tous les supports sont pliés, tout est foutu, j’en ai au moins pour 30.000 euros et il y en a pour 15 jours, trois semaines de travail », se désole le cultivateur deux-sévrien qui explique qu’il avait investi dans du matériel neuf pour arroser le fourrage de son bétail. […]
Dans le pays mellois, la cabane d’irrigation d’un autre exploitant a aussi été endommagée. […]

Ces dégradations ont été commises chez des exploitants qui vont bientôt bénéficier d’une réserve d’eau géante. Un sujet particulièrement sensible dans ce département où la construction de bassines a créé de nombreuses polémiques. […]
La Société coopérative anonyme de l’eau des Deux-Sèvres s’est engagée, depuis 2011, dans un projet de réalisation de dix-neuf réserves de substitution. L’objectif est de stocker 8,4 millions de m3. Ce programme unique en France a suscité de nombreuses manifestations ces dernières années [et aussi des tags ou des exemples d’action directe, sans attendre les masses ; NdAtt.].

Selon la Nouvelle République, édition du même jour,

 » […] C’était dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 septembre 2020, à Prahecq puis à Aigondigné, et, dans le cas des dégradations, à chaque fois contre des équipements d’irrigation.
Ce sont des chasseurs qui ont découvert, dans la seconde commune, un pivot d’irrigation retourné, a priori avec un chariot télescopique dérobé au sein de l’élevage de la Forge, à Prahecq. Le même chariot télescopique aurait servi, plus tôt, à « pulvériser un abri dans lequel se trouve une pompe d’irrigation » au lieu-dit « Triou », à Mougon, commune déléguée d’Aigondigné.
C’est ici que se trouve le Gaec de la Fontaine, dont l’un des associés est Henri Bonneau, vice-président de la Coop de l’eau 79, organisme qui porte le projet des seize réserves de substitution, ou bassines, sur le bassin de la Sèvre niortaise et du Marais poitevin. […]  »


Article publié le 16 Sep 2020 sur Attaque.noblogs.org