Septembre 12, 2021
Par Le Monde Libertaire
266 visites


« L’air de la rĂ©ussite, quand il est portĂ© d’une certaine maniĂšre, rendrait un Ăąne enragĂ©. » Albert Camus (La chute)

Image par Manfred Antranias Zimmer

Les Ăąnes instruits dĂ©filent Ă  la queue leu leu sur les chaĂźnes de tĂ©lĂ©, les stations de radio ou Ă©crivent dans des journaux, dans les mĂ©dias au service du systĂšme capitaliste et appartenant aux milliardaires du CAC 40. Ces Ăąnes instruits sont en principe censĂ©s nous informer et nous expliquer (pĂ©dagogiquement), le pourquoi des crises (sanitaire, Ă©conomique, sociale, Ă©cologique…) Tous ces premiers de la classe se relayent et viennent doctement nous assĂ©ner leurs vĂ©ritĂ©s. Nous sommes priĂ©s de les croire, de ne pas remettre en doute leurs paroles et leurs Ă©crits, sinon gare Ă  la matraque.
Ces Ăąnes instruits ont pour titres : psychologues, sociologues, Ă©conomistes, philosophes, chercheurs, journalistes, politologues, mĂ©decins, Ă©pidĂ©miologistes, rĂ©animateurs, anesthĂ©sistes, professeurs Ă©mĂ©rites… experts divers variĂ©s et avariĂ©s… Ils se servent de leur instruction, non pas pour Ă©duquer le peuple mais pour le dĂ©sinformer et le maintenir dans les rets du systĂšme capitaliste. Ce sont d’ignobles larbins.
Ils sont lĂ , assĂ©nant leur « vĂ©ritĂ© » avec l’autoritĂ© des gens qui savent et surtout beaucoup de mĂ©pris envers le peuple qu’ils considĂšrent ĂȘtre un ignorant. On peut donc lui faire avaler n’importe quel mensonge, il n’aura pas la possibilitĂ© de vĂ©rifier l’information.

Ils façonnent les cerveaux
Et trop souvent, le peuple prend leurs discours comme du « bon pain ». Il faut entendre les propos des citoyens lorsqu’ils discutent entre eux. Ils rĂ©pĂštent les propos de ces manipulateurs souvent mal compris qu’ils interprĂštent.

Diviser pour régner
Trop souvent, ce qu’ils taisent et que le peuple ne peut pas comprendre, c’est que le contenu de leurs propos et de leurs Ă©crits est destinĂ© Ă  opposer les citoyens entre eux. C’est bien connu, il s’agit de diviser les citoyens entre eux afin qu’ils se fassent la guerre. Pendant qu’ils se cherchent des poux dans la tonsure et s’accusent mutuellement d’ĂȘtre les responsables des crises, le pouvoir se fait oublier et peut agir en toute tranquillitĂ©, faire voter des lois scĂ©lĂ©rates, continuer Ă  casser le systĂšme social, (le service public hospitalier, menacer de licenciement, priver de salaire le personnel mĂ©dical qui ne sera pas vaccinĂ©…) Ă  procĂ©der Ă  des augmentations vertigineuses (du gaz, de l’électricitĂ©, des denrĂ©es alimentaires…), Ă  porter atteintes aux libertĂ©s fondamentales (imposer le masque, instaurer des amendes, imposer le vaccin, le pass sanitaire…)
Tels des charognards, ces oiseaux de malheur planent en permanence au-dessus de leur proie et malheur Ă  celles et ceux qui sortiront du troupeau ou qui oseront remettre en cause leur diktat.

Les duùgnes des politicards et des milliardaires sont d’ignobles larbins de la plume et de la parole
Le seul vaccin pour mettre hors d’état de nuire et faire en sorte que leurs bouches se ferment afin qu’ils ne puisent plus distiller leur venin, c’est le peuple.
Pour cela, il est nĂ©cessaire qu’il sorte de sa lĂ©thargie et prenne son destin en main et cesse de faire confiance Ă  toute cette engeance de malfrats qui gravite autour de lui. Il lui faut prendre le contrĂŽle et la gestion de ses affaires, (entreprises, collectivitĂ©s…). N’est-ce pas lui qui crĂ©e les richesses que s’accaparent ceux qui prĂ©tendent vouloir son bonheur ?
Il est nĂ©cessaire de ne plus croire en leurs promesses qui, vous pouvez en ĂȘtre sĂ»rs et certains, verront le jour « Ă  la saint jamais ».
La prise de conscience ne peut plus attendre, il y a urgence. Les prĂ©dateurs sont en train de dĂ©truire toute vie sur la planĂšte au nom de cette sacro-sainte « croissance », synonyme de profits, de dividendes et d’enrichissements indĂ©cents.

« Ce n’est pas le singe ou le tigre que je crains dans l’homme, mais l’ñne. » William Temple

Justhom




Source: Monde-libertaire.fr