Septembre 12, 2022
Par CRIC Grenoble
372 visites

Samedi 3 septembre, place Félix Poulat, un rassemblement de plus d’une dizaine de personnes avec des drapeaux ukréniens chantait devant l’Eglise. Parmis les drapeaux jaunes et bleus, se distinguait un drapeau rouge et noir. Ce drapeau est celui des nazis ukréniens de l’OUN-B, organisation des nationalistes ukrainiens bandéristes.

En Août déjà, un blog marxiste publiait la même information, il semblerait donc que des rassemblements de ce type aient lieu régulièrement à Grenoble..


Plus d’infos sur les bandéristes :

- L’organistation des nationalistes ukréniens

- Stepan Bandera

L’article du NBH :

Le drapeau de Stepan Bandéra et ses bandes nazies a flotté le 13 août rue Félix Poulat dans un minuscule rassemblement d’une dizaines de nazis ukrainiens et sans doute de quelques gogos ignorants et/ou complices et sous le prétexte fallacieux de solidarité avec l’Ukraine. Que le drapeau jumeau de l’étendard à la croix gammée nazie, que le drapeau des criminels contre l’humanité, soit brandi à Grenoble est politiquement et éthiquement intolérable.

Stepan Bandéra fut l’un des dirigeants de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) et le dirigeant de l’Organisation des nationalistes ukrainiens, dite « OUN-B », à tendance extrémiste. Dans sa lutte pour l’indépendance de l’Ukraine contre la Pologne et l’Union soviétique, il collabore avec l’Allemagne nazie en créant la Légion ukrainienne, sous commandement de la Wehrmacht. Il est le co-auteur de la Shoa, de l’extermination des juifs d’Ukraine. Stepan Bandéra, dès 1934, est agent de renseignement au profit de l’Allemagne nazie, et opère dans la section spéciale de la Gestapo. L’action de l’OUN est dirigée « non seulement contre l’ennemi extérieur mais aussi contre l’ennemi intérieur » Des dizaines d’Ukrainiens sont assassinés par Bandéra et ses bandes fascistes.

En avril 1941, à la suite du second congrès général de l’OUN-B, à Cracovie, Stepan Bandéra est reconduit comme dirigeant du mouvement. L’OUN-B prend la résolution de combattre les Juifs, considérés comme favorables aux Soviétiques, qui sont d’après lui l’avant-garde de l’impérialisme moscovite en Ukraine et aussi le “principal ennemi” La Gestapo et l’Abwehr protègent les partisans de Stepan Bandéra qui recevra deux millions et demi de marks des nazis.

La déclaration d’indépendance de l’Ukraine est proclamée à Lvov par l’OUN le 30 juin 1941 après l’attaque hitlérienne contre l’URSS. La déclaration bandériste proclame sa fidélité à Hitler. Des pogroms sanglants accompagnent cette proclamation. Les troupes de Bandéra vont tenter de mater la résistance ukrainienne luttant contre les Partisans et continuer les massacres des Juifs, des Polonais et des communistes (Juifs, prisonniers de guerre soviétiques, communistes, Roms, Ukrainiens et otages civils). Bandéra est co-auteur de la Shoa, de l’extermination des juifs.

Bandéra était un nazi, un raciste, un anti-sémite et un criminel. Que des gouvernements ukrainiens aient cru bon d’en faire un “héros national” est écœurant mais cela regarde les Ukrainiens. On a les héros que l’on mérite.

Mais en revanche il est inacceptable que Grenoble soit souillée par le drapeau des bandéristes. C’est une insulte à la Résistance grenobloise, à la ville Compagnon de la Libération et à la communauté juive de Grenoble.

L’incapacité des autorités (Etat et locales) d’interdire que le drapeau bandériste flotte sur la ville pose un grave problème démocratique et d’ordre public.

Nous exigeons que cette gifle aux martyrs de l’anti-fascisme ne se reproduise pas.

NBH




Source: Cric-grenoble.info