Le 6 novembre, Edouard Philippe a annoncé des mesures qui rendent plus difficile l’accès aux soins pour les étrangers : une période de carence de trois mois sera appliquée pour les demandeurs d’asile, alors qu’ils peuvent aujourd’hui accéder à la Sécurité sociale de base (PUMa) dès le dépôt de leur demande, et des restrictions pour bénéficier de l’AME sont mises en place, comme l’accord préalable de la Sécurité Sociale pour les soins non urgents. Cette Aide Médicale d’État est initialement destinée à permettre l’accès aux soins des personnes en situation irrégulière, sous conditions de résidence et de ressources. Les étrangers sans-papiers ainsi que les personnes déboutées de leur demande d’asile ne pourront prochainement bénéficier d’un maintien de leur protection maladie que pendant six mois au lieu de douze auparavant.

Ces délais de prise en charge peuvent être graves aussi bien pour la personne que pour la santé publique, des maladies comme la tuberculose demandent à être soignées le plus tôt possible.

Derrière ces attaques contre les plus vulnérables, le gouvernement veut faire croire que ce sont ces prises en charge qui sont responsables du « déficit de la sécurité sociale » et non l’asséchement des ressources dues aux exonérations de cotisations patronales ou les dépenses faramineuses de médicaments qui augmentent les profits des industries pharmaceutiques.

Il remet en cause le principe de l’accès aux soins pour tous et toutes, qui représente déjà une difficulté pour des raisons financières ou de désertification médicale et il fait le lit de l’extrême droite en opposant une partie de la population contre l’autre.

Avec les fermetures de lits, de services et même d’hôpitaux et l’insuffisance de moyens matériels et humains, c’est une grande partie de la population qui éprouve des difficultés pour accéder aux soins.

Le collectif santé réaffirme sa volonté de défendre un accès aux soins pour toutes et tous avec ou sans papiers et appelle à participer à la manifestation pour la santé le 14 novembre à 15h place Jean Jaurès aux côtés des professionnel-les de santé. Les usagers et les usagères doivent prendre leur droit à la santé en main !


Article publié le 13 Nov 2019 sur Larotative.info