Dans une tribune publiée sur le site du Nouvel Observateur, 65 médecins appellent leurs consœurs et confrères à jouer un rôle dans la détection et la prévention des violences faites aux femmes, en utilisant « des outils efficaces de dépistage de ces violences, scientifiquement validés, accessibles, faciles à mettre en place, et peu coûteux ». Dans cette tribune, on peut lire :

« Il est grand temps d’ouvrir les yeux sur ce fléau et de reconnaître le sujet des violences conjugales et sexuelles comme un enjeu de santé publique, mais aussi comme un véritable sujet médical, et à ce titre, faire en sorte qu’il bénéficie de la même attention que les actes de prévention tels la vaccination ou encore le suivi des pathologies chroniques. »

Parmi les signataires de cet appel, on trouve quatre praticiennes du Centre d’orthogénie du CHU de Tours. Ce centre comprend un centre d’interruption volontaire de grossesse et un centre de planification et d’éducation familiale.


Article publié le 19 Nov 2019 sur Larotative.info