Octobre 17, 2020
Par Attaque
352 visites


Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) : Attaque du comico

Le Parisien / dimanche 11 octobre 2020

Le commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) a Ă©tĂ© attaquĂ© par une quarantaine de personnes Ă  coups de barre de fer et de jets de projectiles, samedi soir peu avant minuit. Le point sur ce que l’on sait.


Selon une source policiĂšre, un homme avait Ă©tĂ© interpellĂ© ce dimanche Ă  Champigny. Le suspect aurait tentĂ© de rĂ©sister, ce qui aurait provoquĂ© un « gros attroupement » obligeant les agents Ă  faire usage « d’une grenade » pour se dĂ©gager. L’homme a Ă©tĂ© placĂ© en garde Ă  vue. Toutefois, cette interpellation n’a aucun lien Ă©tabli avec les incidents de la veille, a fait savoir un peu plus tard le Parquet.

La veille, deux policiers Ă©taient en train de fumer une cigarette Ă  l’extĂ©rieur du commissariat, situĂ© place Rodin, au cƓur de la citĂ© sensible du Bois l’AbbĂ©, lorsque une quarantaine d’individus sont arrivĂ©s, armĂ©s de barres de fer. Les deux policiers ont eu le temps de s’enfermer dans le sas d’entrĂ©e du commissariat.
Le groupe a tenté à son tour de rentrer dans le commissariat en frappant à coups de barre de fer dans la porte vitrée du sas. Sans succÚs.

Deux poubelles ont Ă©tĂ© incendiĂ©es et des tirs de mortiers d’artifice ont Ă©tĂ© observĂ©s, comme le montrent plusieurs vidĂ©os postĂ©es sur les rĂ©seaux sociaux. Huit mortiers ont Ă©tĂ© dĂ©couverts aprĂšs les faits, selon une source policiĂšre.

Au total, cinq vĂ©hicules du commissariat de police ont Ă©tĂ© dĂ©gradĂ©s. Les portes vitrĂ©es du sas d’entrĂ©e et trois vitres du commissariat ont Ă©tĂ© brisĂ©es, toujours de source policiĂšre. Le secteur est redevenu calme Ă  1 heure du matin, selon une source policiĂšre.

Les incidents n’ont fait aucun blessĂ©, a indiquĂ© le parquet de CrĂ©teil en milieu de journĂ©e, prĂ©cisant que les bandes de vidĂ©osurveillance Ă©taient « en cours d’exploitation ».

Le commissariat de Champigny, avec la sĂ»retĂ© dĂ©partementale en appui est chargĂ© de l’enquĂȘte. Selon le maire DVD de la ville Laurent Jeanne, l’origine de ces tensions, dans un quartier de 10 000 habitants en proie au trafic de drogue, n’était pas claire: « On est sur un quartier de reconquĂȘte rĂ©publicaine, est-ce que ça dĂ©range? Possible ». La tension a Ă©galement pu naĂźtre, selon lui, aprĂšs un rĂ©cent accident de scooter dans le quartier dont « la responsabilitĂ© a Ă©tĂ© imputĂ©e Ă  la police nationale alors que ce n’est pas avĂ©rĂ© ».

Ce commissariat est réguliÚrement ciblé. Des tirs de mortiers ont ainsi eu lieu en avril dernier. En 2018, une trentaine de personnes avaient aussi lancé des projectiles. [
]

Le Parisien / jeudi 15 octobre 2020

[
] Ce jeudi matin, deux personnes ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©es Ă  leur domicile de Champigny pour avoir participĂ© dans la nuit de samedi Ă  dimanche Ă  une attaque au mortier et Ă  la barre de fer devant le commissariat de la ville, situĂ© en plein cƓur de la citĂ© du Bois-l’AbbĂ©. L’un est mineur, 17 ans, l’autre est ĂągĂ© de 39 ans. Ils habitent tous les deux dans le quartier et sont connus des services de police. «MĂȘme bien connus pour de la petite dĂ©linquance », prĂ©cise une source proche du dossier.

Selon nos informations, trois hommes ont Ă©tĂ© confondus grĂące Ă  des traces matĂ©rielles relevĂ©es sur place. Deux de ces suspects se trouvaient Ă  leur domicile ce jeudi matin et ont pu ĂȘtre arrĂȘtĂ©s. Ils ont Ă©tĂ© placĂ©s en garde Ă  vue dans le cadre de cette enquĂȘte menĂ©e par la sĂ»retĂ© territoriale pour « violences en rĂ©union avec arme sur personnes dĂ©positaires de l’autoritĂ© publique » et « dĂ©gradations de biens publics et de biens privĂ©s ».

Le troisiĂšme homme n’était pas chez lui. Il est Ă©videmment activement recherchĂ©. [
]

*****

Calais (Pas-de-Calais) : Migrants VS pandores : 8-0

La Voix du Nord / samedi 3 octobre 2020

Dans la nuit de vendredi à samedi, des échauffourées se sont produites entre des migrants et des CRS. Sept policiers ont été légÚrement blessés, un huitiÚme plus gravement.

À Calais, la situation ne s’apaise pas, sur fond de crise migratoire non rĂ©solue. Dans la nuit de vendredi Ă  samedi, des CRS en patrouille au Beau-Marais, quartier de Calais voisin de Marck, ont tentĂ© d’empĂȘcher la formation d’un campement de migrants aux abords du terrain de BMX. Le lieu, proche de la rocade portuaire, est rĂ©putĂ© pour accueillir des squats de migrants.

Des exilĂ©s, entre 80 et 100 personnes selon une source policiĂšre, se sont opposĂ©s aux forces de l’ordre. « Des jets de canettes, de boĂźtes de conserve et de cailloux ont visĂ© les CRS Â», rapporte cette mĂȘme source. Sept fonctionnaires ont Ă©tĂ© « trĂšs lĂ©gĂšrement contusionnĂ©s Â», un huitiĂšme a Ă©tĂ© plus gravement touchĂ© au genou. On ignore si le CRS a Ă©tĂ© hospitalisĂ©.

Cette Ă©chauffourĂ©e intervient quelques jours aprĂšs le dĂ©mantĂšlement d’un vaste campement de migrants face Ă  l’hĂŽpital de Calais, oĂč 650 exilĂ©s avaient Ă©tĂ© Ă©vacuĂ©s vers des centres d’accueil du dĂ©partement et de l’ensemble du territoire national.

*****

Ouistreham (Calvados) : La liberté, pas la charité !

Ouest-France / mardi 6 octobre 2020

Nouvelles tensions, lundi 5 octobre 2020 au soir, entre des gendarmes et de jeunes migrants qui errent, habituellement, prĂšs du terminal de ferries de Ouistreham (Calvados).

Lors d’une distribution alimentaire assurĂ©e par le Camo (Collectif d’aide aux migrants de Ouistreham), prĂšs d’un campement prĂ©caire Ă  proximitĂ© de la voie verte, la tension est montĂ©e, vers 18 h, lors du passage d’une patrouille, pour une raison qui reste indĂ©terminĂ©e. De jeunes Soudanais ont lancĂ© des pierres, des gendarmes en renfort ont usĂ© de gaz lacrymogĂšne. Le groupe s’est dispersĂ© et le calme est revenu.

*****

MontbĂ©liard (Doubs) : L’hostilitĂ© face aux flics ne connaĂźt pas de trĂȘve

France Bleu / dimanche 11 octobre 2020

[
] Dans la nuit de samedi 10 Ă  dimanche 11 octobre, vers minuit, les CRS ont essuyĂ© des tirs de mortiers pendant prĂšs d’une demi-heure. Les Ă©vĂšnements se sont dĂ©roulĂ©s dans les rues Debussy et Ravel. La veille, cette compagnie de CRS avait Ă©tĂ© envoyĂ©e en renfort pour Ă©pauler les policiers du commissariat de la ville.
Cela fait donc 4 nuits d’affilĂ©e que les forces de l’ordre sont pris pour cible. Jeudi soir, un centre de contrĂŽle technique a Ă©tĂ© en partie dĂ©truit par les flammes. Vendredi, une autre voiture avait Ă©tĂ© brĂ»lĂ©e. Ce dimanche aucune personne n’a Ă©tĂ© interpellĂ©e, et il n’y a pas eu de blessĂ©.

Le centre de contrÎle technique, incendié la nuit du 8 au 9 octobre

*****

Le Mans : Les voitures des flics, toujours une bonne cible

Le Parisien / dimanche 11 octobre 2020

Trois personnes ont Ă©tĂ© interpellĂ©es, dont deux ont Ă©tĂ© placĂ©es en dĂ©tention provisoire, aprĂšs des tirs aux « mortiers d’artifice » contre des vĂ©hicules de police au Mans qui n’ont pas fait de blessĂ©, a annoncĂ© dimanche la procureure du Mans.

Les faits se sont produits dans la nuit de vendredi Ă  samedi. « A deux reprises lors de leur passage, des vĂ©hicules de police ont fait l’objet de tirs de mortiers d’artifice. Aucun policier n’a Ă©tĂ© blessĂ©. Trois individus ont Ă©tĂ© interpellĂ©s », a indiquĂ© dans un communiquĂ© la procureure de la RĂ©publique du Mans, Delphine Dewailly.
« Les faits reprochĂ©s s’analysent en dĂ©gradations, violences volontaires sur personnes dĂ©positaires de l’autoritĂ© publique, et participation Ă  un groupement formĂ© en vue de la prĂ©paration de violences ou dĂ©gradations », a-t-elle ajoutĂ©.

Les deux individus majeurs ont Ă©tĂ© dĂ©fĂ©rĂ©s au parquet ce dimanche, placĂ©s en dĂ©tention provisoire et comparaĂźtront pour ces faits devant le tribunal correctionnel du Mans mardi, en vertu d’une procĂ©dure de comparution immĂ©diate, a prĂ©cisĂ© Delphine Dewailly. Des poursuites concernant le mineur sont Ă©galement engagĂ©es. [
]

*****

Cherbourg-en-Cotentin (Manche) : ComitĂ© d’accueil pour flics et pompiers

actu.fr / lundi 12 octobre 2020

Ce dimanche 11 octobre vers 22 heures, les sapeurs-pompiers du centre de secours de Cherbourg ont été appelés pour un feu de poubelles rue du Barrois, dans le quartier des Provinces.
À leur arrivĂ©e, un container Ă  dĂ©chets brĂ»lait au beau milieu de la chaussĂ©e. Une trentaine d’individus, masquĂ©s et encapuchĂ©s, se tenaient Ă  proximitĂ©, certains armĂ©s de battes de baseball et tentant d’encercler les vĂ©hicules. Les pompiers dĂ©cidaient de rebrousser chemin et d’alerter les services de police.
Une dizaine de minutes plus tard, une douzaine de fonctionnaires de nuit du commissariat – brigade anticriminalitĂ©, hommes en tenue – Ă©quipĂ©s de casques lourds, boucliers et lanceurs de balles de dĂ©fense sont rapidement arrivĂ©s sur les lieux, mettant en fuite le groupe hostile.
Une dizaine d’individus ne tardaient pourtant pas Ă  revenir et Ă  faire usage de mortiers d’artifice et de fusĂ©es, Ă  l’instar de l’épisode du commissariat de Champigny-sur-Marne. Les vĂ©hicules n’ont toutefois pas Ă©tĂ© pris pour cible.
Les Ă©chauffourĂ©es se sont interrompus au bout d’un quart d’heure. Une enquĂȘte a Ă©tĂ© ouverte pour tenter d’identifier les auteurs. Aucune victime n’est Ă  dĂ©plorer.

Ce n’est pas la premiùre fois que ce genre d’incidents se produit à Cherbourg, dans le quartier des Provinces.
Dans la nuit du 14 au 15 juillet, des policiers avaient Ă©tĂ© victimes d’un guet-apens. Ils avaient alors essuyĂ© des tirs de mortiers de feux d’artifice provenant d’un groupe d’une quarantaine de personnes ayant une forte envie d’en dĂ©coudre.
Le groupe qui avait confectionnĂ© une barricade, s’était mis Ă  caillasser les policiers, tentant mĂȘme une charge. En sous-nombre, les policiers avaient tant bien que mal ripostĂ© en faisant usage de leur lanceur de grenades lacrymogĂšnes pour disperser le groupe de perturbateurs sur la voie publique. Les policiers s’étaient mis en sĂ©curitĂ© et des renforts avaient Ă©tĂ© appelĂ©s. L’affrontement n’avait pas fait de victimes.

*****

Montpellier : Les soldats du feu tombent dans un guet-apens

Metropolitain / mercredi 13 octobre 2020

Un important dĂ©gagement de fumĂ©es sortant des parkings souterrains, dĂ©tectĂ© lundi Ă  19h, par les locataires d’une rĂ©sidence de la rue Pierre Cardenal, dans le quartier des Hauts-de-Massane, Ă  Montpellier, a entraĂźnĂ© l’intervention des sapeurs-pompiers du Sdis 34.

Une dizaine de vĂ©hicules a convergĂ© rapidement sur place depuis la caserne de Mosson-la Paillade. AprĂšs une reconnaissance, des pompiers ont dĂ©couvert et Ă©teint un feu de dĂ©tritus dans un box vide dans les garages en sous-sols. Mais, il s’agissait d’un guet-apens : ils ont essuyĂ© des jets de pierres, alors qu’ils intervenaient. [
]

*****

Bergerac (Dordogne) : « Nique la police Â» et le maire

France Bleu / lundi 12 octobre 2020

Dans la nuit, les fonctionnaires dĂ©couvrent de nombreux tags sur les façades d’une salle nommant directement leurs collĂšgues. Au moins cinq policiers ont Ă©tĂ© directement visĂ©s. D’autres tags ont Ă©galement Ă©tĂ© dĂ©couverts mais cette fois-ci Ă  l’encontre du maire de Bergerac, Jonathan Prioleaud. [
]

Par ailleurs, dans la nuit du samedi au dimanche 11 octobre, un véhicule et une poubelle ont été brûlés. [
]




Source: Attaque.noblogs.org