Novembre 15, 2021
Par Attaque
214 visites


Argenteuil (Val-d’Oise) : Le commissariat pris pour cible, aprĂšs que les flics ont blessĂ© un ado

RTL / lundi 8 novembre 2021

Des tirs de mortier ont visĂ© le commissariat et les policiers d’Argenteuil (Val d’Oise) les samedi 6 et dimanche 7 novembre. Ces attaques, perpĂ©trĂ©es par une cinquantaine de jeunes, seraient un signe de contestation contre le tir de LBD qui a blessĂ© un adolescent plus tĂŽt dans la soirĂ©e samedi.

Sur les images qui circulent sur les rĂ©seaux sociaux, on voit le jeune homme avec le nez cassĂ© et le visage tumĂ©fiĂ©. Dimanche soir encore, des dizaines d’individus s’en sont pris au commissariat d’Argenteuil.

Un dispositif de sĂ©curitĂ© renforcĂ© a alors Ă©tĂ© mis en place dans le secteur de la Dalle. La situation est revenue au calme dans la nuit. Aucun blessĂ© n’est Ă  dĂ©plorer et aucune interpellation n’a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e.

Déjà la semaine précédente, dans un autre quartier


Le Parisien / mercredi 2 novembre 2021

Ils ont pris pour cible un lieu symbolique de l’autoritĂ©. Entre 20 et 30 jeunes vĂȘtus en noir ont tentĂ© de mettre le feu au poste de police de la dalle d’Argenteuil alors qu’il Ă©tait inoccupĂ©, lundi soir. ÂgĂ©s d’environ 13 ou 14 ans, ils ont placĂ© une poubelle devant la façade de l’immeuble et y ont mis le feu dans la soirĂ©e. Ils ont Ă©galement lancĂ© des projectiles contre le bĂątiment et endommagĂ© des fenĂȘtres au premier Ă©tage. Ces derniĂšres ne correspondant pas aux locaux de la police mais Ă  ceux de l’antenne sociale du conseil dĂ©partemental qui compte notamment un centre de protection maternelle et infantile.

Le feu a seulement noirci le rideau de fer du poste de police. Les jeunes ont Ă©tĂ© dispersĂ©s un temps grĂące Ă  l’intervention de mĂ©diateurs. La police est intervenue plus tard et a essuyĂ© quelques tirs de mortiers.

Certains des fauteurs de troubles se prĂ©paraient Ă  les recevoir en prĂ©voyant de lancer des projectiles depuis la place de la Commune-de-Paris sur des vĂ©hicules qui sortaient de sous la dalle, rue Jean-Lurçat. Une vingtaine de policiers du secteur, appuyĂ©s par une soixantaine de CRS venus de l’Essonne, sont intervenus. Les auteurs des dĂ©gradations se sont rapidement enfuis. Aucune interpellation n’a eu lieu. [
]

Le poste de police avait fermĂ© en mai 2020 aprĂšs avoir Ă©tĂ© la cible de projectiles et de tentatives d’incendie. Ces faits s’étaient produits lors d’échauffourĂ©es visant les policiers aprĂšs la mort de Sabri, un jeune de la ZUP mort au guidon de sa moto dans une rue oĂč se trouvait une voiture de police (la famille a portĂ© plainte et conteste le classement sans suite de l’enquĂȘte). À la demande du ministre de l’IntĂ©rieur, GĂ©rald Darmanin, le poste de police avait officiellement rouvert, mais seulement deux heures par jour, quand les effectifs le permettent. Il avait de nouveau Ă©tĂ© pris pour cible il y a un an lors d’une nouvelle sĂ©rie de violences urbaines en soirĂ©e. [
]

*****

CompiĂšgne (Oise) : Vive l’artisanat anti-flics !

extrait de Oise-Hebdo / jeudi 11 novembre 2021

Des tirs de mortiers artisanaux contre les policiers ont eu lieu au Clos-des-Roses à CompiÚgne (Oise) mercredi 10 novembre en soirée. Le calme est revenu vers 21h15.

[
] Les tirs ont eu lieu square Debussy et square Charpentier. Les polices nationales et municipales sont intervenues avec le renfort de la BAC (brigade anti criminalitĂ©) de Creil. Vers 21h15, le calme revenu et les forces de l’ordre sont repartis. «Il n’y a pas eu d’interpellation», prĂ©cise le commissaire de CompiĂšgne Pierrick Boulet. [
]

*****

Lyon : Attirer les bleus pour les viser aux mortiers

Le ProgrĂšs / vendredi 12 novembre 202

Aux alentours de 19 heures, un groupe d’individus a Ă©tĂ© signalĂ© en train de s’en prendre Ă  des passants et de mettre le feu Ă  des poubelles, dans le secteur de la rue Philippe-de-Lassalle, de la rue HĂ©non et de la place Camille-Flammarion.
Les policiers se sont rendus sur place pour rĂ©tablir le calme lorsqu’ils ont Ă©tĂ© la cible de tirs de mortiers dĂšs leur arrivĂ©e sur les lieux.
Les fauteurs de trouble, dont certains membres auraient Ă©tĂ© vus avec des barres de fer, ont alors pris la fuite. Les policiers sont parvenus Ă  interpeller deux d’entre eux. Il s’agit de deux mineurs, actuellement placĂ©s en garde Ă  vue.
Cet Ă©pisode de violences urbaines est plutĂŽt rare Ă  la Croix-Rousse, peu habituĂ©e Ă  ce genre d’incidents.

*****

Valence : Grrrr!

Le Dauphiné / 6 novembre 2021

Dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 novembre, les policiers municipaux de Valence contrĂŽlent une voiture avec deux hommes Ă  bord. Mais lorsqu’un des agents s’approche du vĂ©hicule, le conducteur dĂ©marre et l’oblige Ă  s’écarter de manque d’ĂȘtre renversé  Les policiers poursuivent alors le chauffard qui perd le contrĂŽle de sa voiture, et vient terminer sa course dans la clĂŽture de la piscine municipale, dans le quartier de Valensolles.

Le passager est interpellĂ© sur place, de mĂȘme que le conducteur alors qu’il tente de prendre la fuite Ă  pied. Lors de son arrestation, il va mordre un des policiers municipaux jusqu’au sang, au niveau de la main. Une blessure si sĂ©vĂšre qu’elle a entrainĂ© une ITT de 42 jours ! Les deux individus ont Ă©tĂ© placĂ©s en garde Ă  vue. Le conducteur, violent, va ĂȘtre prĂ©sentĂ© ce samedi 6 novembre dans l’aprĂšs-midi Ă  un magistrat du parquet de Valence.

*****

Saint-Leu-la-ForĂȘt (Val-d’Oise) : Haine Ă©ternelle pour la police

extrait du Parisien / jeudi 4 novembre 2021

Il avait Ă©tĂ© repĂ©rĂ© dans le train de la ligne H comme Ă©tant un policier, puis agressĂ© violemment par quatre personnes mardi, vers 23 heures, Ă  Saint-Leu-la-ForĂȘt. Pour le parquet de Pontoise, il s’agissait d’une vĂ©ritable tentative de meurtre. Deux jours aprĂšs l’agression et l’interpellation des quatre suspects, il a ouvert une information judiciaire pour « tentative de meurtre sur personne dĂ©positaire de l’autoritĂ© publique dans l’exercice ou du fait de ses fonctions ». Une qualification criminelle retenue par le parquet « en l’état des investigations rĂ©alisĂ©es et des violences subies par le fonctionnaire de police ».

Selon des informations, alors que le policier avait Ă©tĂ© rouĂ© de coups dans le train entre Ermont Halte et Saint-Leu, un de ses agresseurs l’aurait saisi au niveau du cou et aurait tentĂ© de l’étrangler. L’intervention d’une tierce personne s’est alors rĂ©vĂ©lĂ©e dĂ©cisive. Les quatre agresseurs prenant la fuite alors que le train arrivait en gare de Saint-Leu-la-ForĂȘt.

Le fonctionnaire de 26 ans qui travaille Ă  Paris au sein de la brigade des rĂ©seaux franciliens (BRF) rentrait chez lui en civil aprĂšs le service, accompagnĂ© d’un collĂšgue. Quand ce dernier est descendu Ă  Ermont, les quatre hommes ont alors pris Ă  partie la victime. Ils avaient pu l’identifier comme policier. [
]

*****

Contre les yeux de la police et ceux qui les défendent

 

Fréjus (Var) : Deux caméras prises pour cible

Var Matin / vendredi 5 novembre 2021

Les affrontements dans le quartier de la Gabelle n’en finissent plus. Ce jeudi soir 4 novembre, aux alentours de 23h, sapeurs-pompiers et forces de l’ordre ont dĂ» intervenir pour la Ă©niĂšme fois Ă  FrĂ©jus.

De fait, des individus se sont attaquĂ©s Ă  deux des trois camĂ©ras de vidĂ©osurveillance du secteur. La premiĂšre, situĂ©e sur le rond-point, Ă  l’entrĂ©e du quartier, avec l’aide d’une mini-pelle de chantier. La seconde le long du PĂ©dĂ©gal, face aux barres d’immeubles, en essayant de l’incendier.
Les individus s’en sont Ă©galement pris au chantier, rue Giono
Au total, deux petits engins, ainsi qu’un vĂ©hicule, ont Ă©tĂ© ravagĂ©s par les flammes. Les forces de l’ordre ont reçu des renforts de Draguignan et de Toulon. Le calme est revenu aux alentours d’une heure du matin, ce vendredi 5 novembre. Deux personnes ont Ă©tĂ© interpellĂ©es.
Un fonctionnaire de police a également été blessé lors des affrontements.

*****

Roubaix (Nord) : Le poteau de la camĂ©ra de surveillance fume !

extrait de la Voix du Nord / jeudi 11 novembre 2021

[
] Dans la soirĂ©e de mardi, peu avant 22 heures, un poteau supportant une camĂ©ra de vidĂ©osurveillance et installĂ© Ă  l’angle de la rue Villars a subitement commencĂ© Ă  fumer. Les sapeurs-pompiers de la ville sont rapidement intervenus pour Ă©teindre ce dĂ©but de combustion qui n’avait pas l’air d’ĂȘtre si spontanĂ©e que ça. La police nationale a Ă©tĂ© prĂ©venue. Une enquĂȘte a Ă©tĂ© ouverte par le commissariat mais l’incendie volontaire reste la piste la plus probable.

Les rĂ©parations nĂ©cessaires pour une remise en service ont Ă©tĂ© rapidement effectuĂ©es. « L’intervention des techniciens a Ă©tĂ© complĂ©tĂ©e par d’autres dispositifs de sĂ©curitĂ© et un systĂšme d’alerte afin d’éviter toute nouvelle dĂ©gradation », conclut Christian Belpaire. Il n’y a, pour l’heure, pas eu d’interpellation. [
]




Source: Attaque.noblogs.org