Mars 31, 2021
Par Attaque
362 visites

Marseille : Carnaval ! Malgré les mesures de restriction de la liberté

France Bleu / dimanche 21 mars 2021

À Marseille, des milliers de personnes ont participĂ© ce dimanche au traditionnel carnaval des quartiers entre La Plaine et la CanebiĂšre. ÉvĂ©nement non dĂ©clarĂ© cette annĂ©e en raison de la crise sanitaire, prĂ©cise la prĂ©fecture de police des Bouches-du-RhĂŽne [
]. La prĂ©fecture de police a recensĂ© jusqu’à 6.500 personnes dans la rue, dont beaucoup ne portaient pas de masque.

Les participants au carnaval assument : « Ă‡a fait du bien, ça fait au moins un an qu’on ne s’était pas tous retrouvĂ©s dans la rue Â», reconnaĂźt Ludmilla, une Ă©tudiante carnavaliĂšre. « C’était la fĂȘte et on avait presque oubliĂ© (
) c’est interdit mais c’est nĂ©cessaire aussi, pour le moral Â».

Des verbalisations ont d’ailleurs Ă©tĂ© dressĂ©es pour non-port du masque. Selon les informations de France Bleu Provence, les forces de l’ordre mobilisĂ©es se tenaient Ă  distance en fin d’aprĂšs-midi avant d’intervenir vers 18h30 pour une manƓuvre de dispersion, secteur CanebiĂšre. À ce moment-lĂ , une premiĂšre interpellation est effectuĂ©e pour jet de projectile. [
]

En fin de journĂ©e, la situation se tend dans le secteur. Une autre Ă©vacuation a lieu vers 19h30 place Jean-JaurĂšs oĂč se trouvent plus de 1.000 personnes, les policiers essuyant de nombreux jets de projectiles et de mortiers. La prĂ©fecture prĂ©cise qu’un dispositif de contrĂŽle avait Ă©tĂ© mis en place aux abords du parcours pour verbaliser le non-respect des gestes barriĂšres.  Â« A plusieurs reprises au cours de la journĂ©e, et dĂšs lors que les  conditions de sĂ©curitĂ© Ă©taient rĂ©unies, les forces de l’ordre sont  intervenues pour disperser la foule et mettre fin immĂ©diatement aux  dĂ©gradations« , Ă©crit la prĂ©fecture dans un communiquĂ©. Finalement, neuf personnes ont Ă©tĂ© interpellĂ©es et des dizaines de verbalisations ont Ă©tĂ© dressĂ©es.

et France Info, mĂȘme date, ajoute :

Les forces de l’ordre prĂ©sentes se sont tenues Ă  distance avant de commencer Ă  verbaliser des participants pour non-port du masque. Sept personnes ont Ă©galement Ă©tĂ© interpellĂ©es pour des « jets de projectile, des violences contre les forces de l’ordre et des dĂ©gradations de mobilier urbain« , a indiquĂ© dimanche soir sur franceinfo la prĂ©fĂšte des Bouches-du-RhĂŽne FrĂ©dĂ©rique Camilleri. Le chiffre a Ă©tĂ© relevĂ© Ă  neuf interpellĂ©s lundi matin sur franceinfo par Camille Chaize, porte-parole du ministĂšre de l’IntĂ©rieur.

Un policier a Ă©tĂ© blessĂ© lĂ©gĂšrement, Â« il s’en remettra vite Â» explique FrĂ©dĂ©rique Camilleri.

Selon la prĂ©fĂšte, le carnaval « s’est dĂ©roulĂ© dans une ambiance de non-respect des gestes barriĂšre Â» et « s’est terminĂ© dans la violence contre les forces de l’ordre et avec des dĂ©gradations commises contre du mobilier urbain. C’est vĂ©ritablement injustifiable« . Â»

*****

Rillieux-la-Pape : Le bus en feu

extraits de France 3 / dimanche 28 mars 2021 

De nouvelles violences urbaines ont Ă©branlĂ© le quartier des Allagniers Ă  Rillieux-la-Pape prĂšs de Lyon, samedi 28 mars aprĂšs 20h. Selon la mairie, 4 voitures ont Ă©tĂ© brĂ»lĂ©es ainsi qu’un bus TCL. Les photos publiĂ©es dans la nuit sur les rĂ©seaux sociaux montrent un bus calcinĂ© malgrĂ© l’intervention rapide des soldats du feu.


Selon le syndicat Sud des sapeurs-pompiers du RhĂŽne, le bus TCL a Ă©tĂ© « totalement dĂ©truit Â». Les secours auraient subi Â« des jets de mortiers (encore et encore). Â» Des poubelles et un vĂ©hicule auraient aussi Ă©tĂ© incendiĂ©s Ă  Saint-Priest.

Selon une porte-parole des transports en commun de l’agglomĂ©ration, le bus stationnait vers 20h30 au terminus d’une ligne quand son conducteur a vu s’approcher une vingtaine de personnes encagoulĂ©es portant des bidons. Il a voulu quitter l’arrĂȘt mais des personnes se sont mises devant le bus, tandis que d’autres lui ont ordonnĂ© de descendre, avant de mettre le feu au vĂ©hicule. Le conducteur n’a pas Ă©tĂ© agressĂ© physiquement, selon la porte-parole. C’est le chauffeur d’une autre ligne passant dans le quartier qui a donnĂ© l’alerte et ramenĂ© son collĂšgue. Le secteur ne sera pas desservi ce dimanche. « C’était dĂ©jĂ  compliquĂ© depuis quelques temps, avec des caillassages, des agressions« , a soulignĂ© la porte-parole. [
]

Le mĂąt d’une camĂ©ra de vidĂ©o protection aurait Ă©tĂ© endommagĂ© « par une tentative de le scier Ă  la disqueuse Â» selon M. Vincendet. Selon nos informations dans le mĂȘme quartier, plusieurs gros projectiles auraient Ă©tĂ© dĂ©couverts sur le toit d’un immeuble. Un groupe d’assaillants aurait tentĂ© de tendre un piĂšge aux forces de police avec des poubelles incendiĂ©es. [
]

*****

Verdun (Meuse) : Nuit d’émeute

Lorraineactu / samedi 20 mars 2021

Des violences urbaines ont Ă©clatĂ© dans un quartier de Verdun (Meuse) dans la nuit de vendredi Ă  samedi 20 mars 2021, a annoncĂ© le ministre de l’IntĂ©rieur GĂ©rald Darmanin qui « condamne trĂšs fermement Â» ces Ă©vĂ©nements.
Une « nuit d’émeutes Â» s’est dĂ©roulĂ©e dans le quartier des Planchettes provoquant l’incendie de plusieurs vĂ©hicules mais aussi d’un bĂątiment d’une Mission locale.
Des violences condamnĂ©es par le prĂ©sident du conseil dĂ©partemental de la Meuse Claude LĂ©onard ou encore de la ministre de l’Insertion professionnelle Brigitte Klinkert. Cette derniĂšre s’est rendue sur place ce samedi. [
]

20 Minutes / samedi 20 mars 2021

Un homme a Ă©tĂ© placĂ© en garde Ă  vue Ă  Verdun (Meuse) aprĂšs des incidents dans la nuit de vendredi Ă  samedi dans un quartier de la ville oĂč trois voitures et la mission locale ont Ă©tĂ© incendiĂ©es, a-t-on appris de source judiciaire. Les faits ont commencĂ© peu avant 01h00. Les policiers ont Ă©tĂ© appelĂ©s dans le quartier des Planchettes, oĂč ils ont Ă©tĂ© pris Ă  partie par une dizaine de personnes cagoulĂ©es utilisant « potentiellement des cocktails Molotov Â», a prĂ©cisĂ© le procureur de la RĂ©publique de Bar-le-Duc, Sofian Saboulard.

Un peu plus tard, les forces de l’ordre, qui avaient rebroussĂ© chemin, ont Ă©tĂ© rappelĂ©es pour l’embrasement d’un troisiĂšme vĂ©hicule puis pour l’incendie de la mission locale, a-t-il ajoutĂ©. En dĂ©but de matinĂ©e, un homme qui avait profĂ©rĂ© quelques jours plus tĂŽt des menaces et outrages Ă  l’encontre d’un fonctionnaire de police, a Ă©tĂ© interpellĂ© « pour des vĂ©rifications sous le rĂ©gime de la garde Ă  vue pour dĂ©gradation de biens par moyens incendiaires Â», a indiquĂ© Sofian Saboulard.

*****

Paris : A FalguiĂšre on sait sait accueillir les flics

Le Parisien / mardi 30 mars 2021

Le week-end a Ă©tĂ© chaud Ă  FalguiĂšre (15e) et plutĂŽt spectaculaire
 Feu d’artifice sauvage en pleine rue malgrĂ© le confinement, tirs de mortier visant la police et Ă  deux reprises, Ă©chauffourĂ©es avec les forces de l’ordre, dĂ©gradation d’un vĂ©hicule police secours, incendie de poubelles et rixes entre bandes avec barres de fer

Ce lundi, cinq jeunes du quartier, tous mineurs et connus des services de police, Ă©taient en garde Ă  vue au commissariat du 15e. En dĂ©but de soirĂ©e, ils ont Ă©tĂ© remis en libertĂ©. L’enquĂȘte se poursuit.

Les faits se dĂ©roulent en quatre Ă©pisodes, avec le mĂȘme noyau de protagonistes. Samedi aprĂšs-midi, des bandes rivales s’affrontent Ă  coups de barre de fer au jardin Dalpayrat,[
]
Un peu plus tard, Ă  20h20, Ă  quelques centaines de mĂštres, les policiers sont appelĂ©s pour une histoire de coups de couteau au foyer Platon, rue Platon, un lieu pour migrants. L’un des rĂ©sidents a Ă©tĂ© blessĂ© Ă  la main. Alors que les secours tentent de porter assistance au blessĂ©, les riverains assistent, surpris, derriĂšre leurs fenĂȘtres, Ă  un feu d’artifice. « Ça n’était pas une petite rafale ! commente un habitant consternĂ©, ça a durĂ© longtemps. » Les pompiers et les policiers arrivent alors sur place. « LĂ , dĂ©crypte un autre tĂ©moin, une trentaine de jeunes, les mĂȘmes, se sont dit : Tiens on va accueillir la police !»
« Les fusĂ©es leur tombaient dessus mais aussi sur les pompiers, pris Ă  partie. Les policiers se sont fait insulter. Ils ont dĂ» reculer. Puis on a vu un petit groupe de jeunes s’éparpiller. » Un matelas est incendiĂ© sur la chaussĂ©e. Les patrouilles rebroussent chemin et vont chercher des renforts. [
]

Deux heures plus tard, vers 21h30, les jeunes de FalguiĂšre « ont sorti leurs derniers mortiers pour un dernier round » dans le ciel de FalguiĂšre, « peut-ĂȘtre ceux qu’ils n’avaient pas eu le temps de tirer la veille », suppose un policier.

Le 14 juillet dernier, le quartier avait dĂ©jĂ  subi des tirs de mortiers et de feu d’artifice visant les policiers.

Mercredi dernier, les vĂ©tĂ©tistes de ce mĂȘme commissariat du 15e ont arrĂȘtĂ© sur la dalle de Beaugrenelle (15e), non loin, un jeune en possession d’un mortier. L’enquĂȘte et les images de vidĂ©osurveillance ont permis aux policiers de mettre la main sur une centaine de pĂ©tards et de mortiers cachĂ©s sur la dalle
 dans les buissons.

*****

Evry-Courcouronnes : Surprise pour flics et bureaucrates de la préfecture

Le Figaro / jeudi 25 mars 2021

Un mineur isolĂ© de 17 ans a Ă©tĂ© interpellĂ© par des agents de la police municipale mercredi 24 mars en dĂ©but de soirĂ©e alors qu’il venait de dĂ©grader une dizaine de vĂ©hicules sur un parking situĂ© en face de la prĂ©fecture et de l’hĂŽtel de police d’Évry, a appris Le Figaro ce jeudi 25 mars de source policiĂšre.

Il est environ 20h mercredi lorsqu’un adolescent est aperçu par des camĂ©ras de vidĂ©osurveillance en train de dĂ©grader des voitures sur un parking d’Évry. ImmĂ©diatement envoyĂ©s sur place, des agents de la police municipale ont interpellĂ© le jeune homme en flagrant dĂ©lit. Au total, onze vĂ©hicules ont Ă©tĂ© dĂ©gradĂ©s sur le parking situĂ© Ă  quelques mĂštres de la prĂ©fecture et du commissariat de police d’Évry. Certains avaient des vitres brisĂ©es, d’autres le pare-brise fissurĂ©.

Le jeune homme, qui n’en est a priori pas Ă  son coup d’essai, comme le laisse entendre la source policiĂšre au Figaro, a aussitĂŽt Ă©tĂ© placĂ© en garde Ă  vue. Selon nos confrĂšres d’Actus 17, cet adolescent avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© interpellĂ© le 16 mars dernier pour des faits similaires sur un parking privĂ©. Lors de son audition, il avait justifiĂ© son acte par le fait que sa situation administrative n’était pas prise en compte par les services de l’État. Il avait alors Ă©copĂ© d’un simple rappel Ă  la loi.

*****

Nice : Pas si facile que ça, d’interpeller les gens !

France 3 / jeudi 25 mars 2021

Ce mercredi 24 mars, en dĂ©but de soirĂ©e, une patrouille de quatre policiers, dĂ©cide d’interpeller un homme quartier de l’Ariane, Ă  Nice. Celui-ci, roule sans casque, sur un scooter.
L’individu tente alors d’échapper Ă  ce contrĂŽle en appelant Ă  l’aide, les policiers essayent de l’embarquer avec force.
Quelques minutes plus tard, une dizaine de personnes dĂ©cident de jeter des projectiles sur les forces de l’ordre, pour faire cesser l’interpellation. [
]

Bilan : « nos quatre collĂšgues ont reçu toutes sortes d’objets. Certains n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  desceller des panneaux de signalisation pour charger les policiers Â», dĂ©nonce Karine Jouglas du syndicat Alliance 06.
Le pilote du scooter en infraction a finalement été menotté et placé dans une voiture de police. La personne est actuellement en garde à vue.
Durant cette opĂ©ration, pour se protĂ©ger les policiers ont essayĂ© d’utiliser les portiĂšres de leur voiture comme bouclier.
Le syndicat Alliance Police 06 conclue : Â« deux policiers ont Ă©tĂ© blessĂ©s, l’un au genou et l’autre Ă  une main. La voiture de police a Ă©tĂ© endommagĂ©e. Â»

*****

Fort-de-France (Martinique) : Contre la la Justice et aussi contre les médias

France Info / jeudi 25 mars 2021

Les esprits s’échauffent depuis le dĂ©but de la soirĂ©e (jeudi 25 mars 2021) aux abords du palais de justice, sur le boulevard du GĂ©nĂ©ral de Gaulle Ă  Fort-de-France.

Parmi les manifestants qui soutiennent depuis le dĂ©but de la journĂ©e leurs camarades [dans la lutte contre la pollution de l’üle Ă  cause de la monoculture de la banane ; NdAtt.] jugĂ©s depuis hier dans le cadre du saccage d’une boutique d’une distillerie Ă  Macouba, certains lancent des engins incendiaires sur les grilles du palais de justice.

À l’aide de palettes de bois, le feu prend rapidement des proportions importantes sous les yeux hagards, notamment des journalistes qui couvrent ce procùs à risque.

La situation s’aggrave. Non seulement le feu est aux portes du palais de justice mais aussi une de nos voitures de reportage est incendiĂ©e. « Il s’agit indiscutablement d’un acte volontaire puisque nous avons vu l’individu y jeter un cocktail Molotov« , confirme la police.

Les forces de l’ordre se dĂ©ploient autour du palais en tentant d’encercler ceux qui lancent des projectiles sur l’édifice. La manoeuvre vise Ă  repousser les manifestants vers le quartier des Terres Sainville pour permettre aux pompiers d’éteindre l’incendie devant le palais de justice.

Aux environs de 22h 45, la tension retombe. Le boulevard de Gaulle aux abords du palais, est totalement cadenassĂ© par les gendarmes mobiles. Les policiers de la CDI (Compagnie DĂ©partementale d’Intervention), patrouillent dans les artĂšres des Terres Sainville.

*****

Contre les yeux de la police

Val-d’Oise : Scier les mats des camĂ©ras


La gazette du Val-d’Oise / mardi 23 mars 2021

Un Ă©chec pour les uns, une rĂ©ussite pour les autres. À quelques heures d’intervalles, deux camĂ©ras de vidĂ©osurveillance ont Ă©tĂ© la cible d’individus voulant se dĂ©barrasser de ces appareils dans leurs quartiers respectifs de Pontoise et d’Herblay-sur-Seine (Val-d’Oise)

C’est d’abord Ă  Herblay que les policiers ont Ă©tĂ© dĂ©pĂȘchĂ©s vers 21h30, lundi 22 mars 2021.
Des vandales se sont attaquĂ©s Ă  un mĂąt Ă©quipĂ© d’une camĂ©ra rue Alfred-de-Musset tentant de le scier. En vain. Ces derniers n’ont pu parvenir Ă  leurs fins avant l’arrivĂ©e d’une patrouille de police. Aucun suspect n’aurait Ă©tĂ© interpellĂ©.

Quelques heures plus tard, au cours de la nuit, rebelotte Ă  Pontoise. Vers 3h15 du matin, des individus ont, cette fois-ci, rĂ©ussi Ă  sectionner le poteau supportant la camĂ©ra, et non le mĂąt fixĂ© au sol, Ă  l’angle des rues Fontaine et Rodin, dans le quartier des Cordeliers.
LĂ  encore, aucune interpellation n’aurait Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e.

*****

Herblay-sur-Seine (Val-d’Oise) : 
 et si ça ne marche pas, il y à le feu !

La gazette du Val-d’Oise / mercredi 24 mars 2021

Les bandeaux de police encadrent le bout de terrain d’oĂč s’échappe toujours une odeur Ăącre de brĂ»lĂ© ce jeudi 25 mars 2021 au matin, tandis que les traces de pneus laissĂ©es dans la terre et le grillage enfoncĂ© et noirci tĂ©moignent du violent incident survenu la veille, Ă  Herblay-sur-Seine (Val-d’Oise).

Au cours de la soirĂ©e du mercredi 24 mars, des individus se sont attaquĂ©s Ă  une camĂ©ra de vidĂ©osurveillance installĂ©e Ă  l’angle des rues ChĂąteaubriand et Michelet, juste en face de l’accueil de loisirs le Bois des Fontaines.

Les faits sont survenus vers 21h40. Selon nos informations, une voiture incendiĂ©e a Ă©tĂ© projetĂ©e sur le mĂąt supportant la camĂ©ra le faisant ainsi tomber, l’appareil Ă©tant dĂ©truit dans l’incendie. Aucun individu n’aurait Ă©tĂ© interpellĂ©.

Let’s block ads! (Why?)




Source: Attaque.noblogs.org