Janvier 2, 2022
Par Attaque
235 visites


Nuit du Nouvel an : malheureusement, la répression a fonctionné

Le Parisien / samedi 1er janvier 2022

Une « baisse des violences grâce au dispositif des forces de l’ordre », revendique le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Un total de 874 voitures ont été incendiées et 441 personnes interpellées, dont 381 placées en garde à vue au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre.

Côté matériel, c’est effectivement une nette baisse par rapport aux 1316 voitures brûlées en 2019 (l’année 2020 n’a pas été prise en compte du fait du couvre-feu mis en place) En revanche, le nombre de personnes interpellées est en hausse (376 en 2019) comme celui des personnes placées en garde à vue (314).

Quelque 95.000 policiers et gendarmes étaient mobilisés en France, dont 9.000 à Paris, ainsi que 32.000 pompiers et acteurs de la sécurité civile.

A Strasbourg, la nuit a été marquée par une « forte activité » et des violences contre les forces de l’ordre (tirs de mortiers d’artifice, tentatives de barricades), et 13 personnes ont été interpellées, selon une source policière.

A Paris, où la préfecture a rendu de nouveau obligatoire le port du masque dans les rues pour contrer la flambée des cas de Covid-19, 779 personnes ont été verbalisées dans la nuit de vendredi à samedi pour « non port du masque », a indiqué une source policière, dont au moins 600 sur les Champs-Élysées. […]

*****

Un panorama de l’Est

extrait du Progrès / samedi 1er janvier 2022

– A Strasbourg (Bas-Rhin), la nuit de la Saint-Sylvestre est marquée par une « forte activité ». Une trentaine de personnes (parmi lesquelles plusieurs mineurs) ont été interpellées, dont quatre pour des « violences urbaines », et deux policiers ont été légèrement blessés rapportent Les Dernières Nouvelles d’Alsace. 87 véhicules ont été incendiés à Strasbourg et dans les communes mitoyennes selon le syndicat de police Alliance qui évoque « un regain d’activité ».

– Un homme a été interpellé à Ostwald (Bas-Rhin) pour avoir jeté des mortiers sur des policiers et une personne a été interpellée pour un tir de mortier à Erstein (Bas-Rhin). A Colmar (Haut-Rhin), cinq personnes ont été interpellées. […]

– A Behren-lès-Forbach (Moselle), des voitures ont été brûlées et des tirs de mortiers ont été lancés contre des gendarmes dans la cité selon Le Républicain Lorrain. […]

*****

Nantes : La tradition du zbeul a été respectée !

Ouest-France / samedi 1er janvier 2022

[…] Comme le veut la tradition en effet, plusieurs voitures ont brûlé quartier Malakoff, où la nuit précédente avait déjà été agitée, mais aussi dans les quartiers nord et sud de la ville notamment, au Chêne des Anglais et encore au Clos-Toreau.

Les pompiers ont été sollicités dès 19 heures et jusqu’à 3 h 30 environ pour éteindre, selon nos informations, une quarantaine de feux de voitures (certains véhicules ont été touchés par propagation). Au total, 41 voitures ont été calcinées, a confirmé ce samedi midi le procureur de la République de Nantes, Renaud Gaudeul.

Des poubelles ont également été incendiées. Mais aucun bâtiment n’aurait été touché. Des mortiers ont également été tirés, selon plusieurs habitants du quartier Malakoff, qui ont également vu des nuages de gaz lacrymogène envelopper la cité à plusieurs reprises.

Les conditions dans lesquelles les uns et les autres sont intervenus ont parfois été très tendues, mais aucun policier, ni aucun pompier n’a été gravement blessé. Au total, onze personnes ont été interpellées au cours de la nuit, « en relation directe avec les violences urbaines », dont un père et son fils, soupçonnés d’avoir fait fi de l’arrêté préfectoral pour transporter près d’une centaine de mortiers d’artifice. Certaines sont soupçonnées d’avoir lancé des mortiers d’artifice ou des projectiles en direction des forces de l’ordre. D’autres d’avoir mis le feu à des poubelles. […]

*****

Nice : Une occasion de plus pour s’en prendre aux caméras de surveillance

extrait de France Bleu / samedi 1er janvier 2022

[…] Comme chaque année, la nuit du réveillon a été marquée par quelques incidents dans les Alpes-Maritimes. La police a par exemple interpellé dix personnes à Nice quartier de l’Ariane, des Moulins, et rue Trachel derrière la gare. Une personne a aussi été interpellée à Grasse pour avoir mis le feu à une voiture.
Deux individus ont été placés en garde à vue pour avoir dégradé des caméras dans le quartier de l’Ariane. Dans ce quartier prioritaire cinq autres personnes ont été interpellées pour avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre ou effectué des tirs de mortier dans leur direction. Un véhicule de police a également été dégradé. […]

*****

Yvelines : Des voitures brulées, des flics caillassés et… un bien sonné !

Le Parisien / samedi 1er janvier 2022

Vingt-sept voitures ont été totalement incendiées et neuf ont été touchées par propagation durant la nuit de la Saint-Sylvestre dans les Yvelines. Les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectiles à dix-sept reprises dans de nombreux endroits du département ce qui a donné lieu à onze tirs de riposte avec des grenades incapacitantes ou des lanceurs de balles de défense. Un fonctionnaire a été légèrement blessé à Sartrouville. Les policiers y ont interpellé six suspects et quatre autres aux Clayes-sous-Bois.

« Toutes les zones sensibles du département ont été impactées, à l’image de Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville, Limay, Les Mureaux, Chanteloup-les-Vignes, Trappes, La Verrière, Les Clayes-sous-Bois et deux voitures ont même été brûlées aux Loges-en-Josas, une commune des plus tranquille, précise un policier. Les feux de voitures ont commencé vers 19 heures puis il y a eu des attaques, avec des jets de mortiers, menées sur nos collègues. Il y a eu un pic entre 1 heure et 2 heures du matin. Et comme d’habitude les feux de voitures ont repris en fin de nuit. Les derniers ont été enregistrés à 5h40 ».
Un policier blessé lors d’une attaque menée à Sartrouville

C’est à Sartrouville, rue Maeterlinck, dans les quartiers populaires du plateau, qu’un fonctionnaire a essuyé un coup de poing au visage. Vers 1h58, la compagnie départementale d’intervention a été prise à partie par un groupe composé d’une quinzaine d’agresseurs qui leur ont jeté des pierres. Les policiers ont résisté et même interpellé six suspects, âgés de 19 à 26 ans qui ont été placés en garde à vue au commissariat. Quatre autres jeunes gens ont été interpellés aux Clayes-sous-Bois pour des jets de mortiers. […]

*****

Gironde : Feux d’artifice, barricades et une keufe noircie

Sud-Ouest / samedi 1er janvier 2022

Le parquet de Bordeaux a confirmé ce samedi 1er janvier 2022 que cinq personnes ont été interpellées, durant la nuit de la Saint-Sylvestre, pour des infractions en lien avec les violences urbaines.

Deux adolescents de 14 et 15 ans ont d’abord été arrêtés en début de soirée à Bordeaux, dans le quartier de la Benauge, théâtre de tirs de mortiers d’artifice et d’incendies de véhicules. Ils faisaient partie d’un groupe ayant participé aux dégradations. Placés en garde à vue, ils ont été remis en liberté le temps des investigations, notamment techniques.

Un peu plus tard, un adolescent de 16 ans, a été interpellé à Pessac (Gironde) à l’endroit où une policière a été blessée par l’explosion à ses pieds d’un engin pyrotechnique. Lui aussi participait à un attroupement armé. La même suite judiciaire a été décidée pour le moment.

Un homme a ensuite été arrêté, soupçonné d’avoir dégradé une voiture, ensuite retournée et mise en travers de la chaussée pour servir de barrage dans la cité de Grand-Parc, à Bordeaux. Il a été placé en garde à vue. Enfin, un homme a été arrêté pour outrage par les gendarmes mobiles, missionnés en appui des policiers durant cette nuit mouvementée. Il a été placé en garde à vue.

*****

Strasbourg : Couvre-feu pour les mineur.e.s

Le Parisien / lundi 13 décembre 2021

Les plus jeunes n’auront pas le droit à la fête en extérieur. Un couvre-feu pour les moins de 16 ans sera instauré à Strasbourg et dans six villes de son agglomération la nuit de la Saint-Sylvestre, par mesure de précaution : depuis de nombreuses années, cette soirée est marquée par des violences urbaines, a annoncé lundi la préfecture du Bas-Rhin.

« Des phénomènes de violences et de dégradation urbaines sont régulièrement observés dans l’agglomération (…) la nuit du Nouvel An depuis 1997 », notamment l’usage « d’artifices pouvant entraîner de graves blessures, l’incendie de véhicules et de mobilier urbain » ou encore « des agressions sur les sapeurs-pompiers et les forces de l’ordre », rappelle dans un communiqué la préfecture.

Cette dernière avait déjà pris début décembre un arrêté interdisant durant tout le mois la vente et l’utilisation « d’artifices de divertissement », très prisés en Alsace et en Allemagne voisine lors des fêtes de fin d’année et qui occasionnent régulièrement des blessures graves, voire des morts.
Les 13 à 16 ans ciblés

« Chaque année, les mineurs sont particulièrement impliqués dans ces troubles à l’ordre public », particulièrement ceux âgés de « 13 à 16 ans », selon la préfecture qui souligne que « le contexte sanitaire actuel, avec une circulation importante du virus parmi les jeunes, incite à limiter les rassemblements importants sur la voie publique ».

En conséquence, « la circulation et le stationnement sur la voie publique de mineurs de moins de seize ans non accompagnés par l’un de leurs parents ou d’un représentant de l’autorité parentale sont interdits la nuit du 31 décembre 2021 à partir de 22 heures jusqu’au 1er janvier 2022 à 6 heures » à Strasbourg et six communes proches (Hoenheim, Bischheim, Schiltigheim, Illkirch-Graffenstaden, Lingolsheim et Ostwald), selon le communiqué. […]

*****

Deuxième moitié de décembre

Calais (Pas-de-Calais) : Migrants énervés = 15 CRS blessés

France Bleu / jeudi 30 décembre 2021

L’évacuation d’un camp de migrants à proximité de l’hôpital de Calais, s’était passée dans le calme ce jeudi matin mais vers 10h mais c’est de l’autre côté de la ville, sur la Zone de la Turquerie où des exilés tentent de monter dans les camions pour rejoindre l’Angleterre, qu’un affrontement a éclaté.

60 CRS et gendarmes qui sécurisaient la zone disent avoir été attaqués par une centaine de migrants. Selon une source policière sur place, l’attaque était d’une « violence inouïe« . Un CRS raconte que les migrants « avaient des sacs remplis de pierres et de ballast dans leurs tentes« . La bagarre a duré une heure, des témoins décrivent « une scène de guerre » avec des migrants qui jetaient des pierres et des CRS qui répliquaient avec du gaz lacrymogène et des tirs de lanceurs de balles de défense.

Selon l’Auberge des migrants, association qui vient en aide aux exilés, les migrants étaient très en colère car les policiers les empêchaient de récupérer des affaires dans les tentes. Une trentaine d’abris de fortune auraient été saisies.

Au moins 15 CRS ont été hospitalisés selon une source policière pour des contusions, des plaies et un policier aurait une jambe cassée. Plusieurs migrants ont également été blessés dans l’affrontement. […]

*****

Poindimié (Nouvelle-Calédonie) : Un véhicule de la gendarmerie incendié, un autre a failli y passer aussi

France Info / jeudi 16 décembre 2021

C’est dans un communiqué envoyé ce jeudi 16 décembre 2021, que le procureur a annoncé l’ouverture d’une enquête pour « destruction et tentative de destruction de biens par incendie ou moyen dangereux pour les personnes ». “Des faits commis sur deux véhicules de la gendarmerie nationale à Poindimié le 16 décembre 2021 à 04h20”, précise le procureur.

En fin de nuit, deux individus ont pénétré sur le parking de l’hôtel Tiéti avec un bidon de 5 litres d’essence. Ils ont aspergé un véhicule TRM 2000 (transport de militaires ) avec de l’essence et y ont mis le feu. Ils ont également aspergé un véhicule P4 (4X4 de la gamme militaire), mais n’ont pas eu le temps d’y mettre le feu car ils ont été mis en fuite par le gendarme de garde se trouvant sur le parking. Ce même gendarme a pris soin d’éteindre le feu à l’aide d’un extincteur, empêchant ainsi toute  propagation sur d’autres véhicules. […]

*****

Château-Thierry (Aisne) : Le commissariat aux mortiers d’artifice

Le Parisien / vendredi 31 décembre 2021

Le commissariat de Château-Thierry (Aisne) et des policiers venus en renfort ont été visés jeudi soir par des tirs de mortier d’artifice, qui n’ont fait ni dégâts ni blessés, et « plusieurs » personnes ont été interpellées, a-t-on appris vendredi auprès de la DDSP de l’Aisne.

Plusieurs tirs de mortier visant « le bâtiment du commissariat », notamment « la porte d’entrée » ont eu lieu « vers 23h30 », selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de l’Aisne. Un des équipages venu en renfort d’un autre secteur du département a ensuite subi des tirs « vers 2 heures ».

« Un équipage de la BAC a repéré un des individus auteurs des premiers tirs au sein d’un groupe ». Au moment de son interpellation, les policiers ont « été pris à partie par le reste du groupe » et ont « fait usage du lanceur de balles de défense et de grenades de défense », a détaillé la DDSP.

Cet homme de 21 ans était toujours en garde à vue vendredi matin, a précisé la même source, mentionnant « plusieurs interpellations » sans en donner le nombre, des opérations policières étant toujours en cours. Selon une source policière, les personnes interpellées sont des jeunes d’une vingtaine d’années.

*****

Rouen : Quelques petites surprises pour flics et pompiers

Paris-Normandie / mercredi 29 décembre 2021

Vers 18h30, lundi 27 décembre 2021, les sapeurs-pompiers de Seine-Maritime interviennent place Martin-Luther-King à Canteleu sur un feu de container à poubelle. Quelques minutes après leur arrivée, ils sont pris pour cible par une vingtaine d’individus et font l’objet de tirs de mortier. Les policiers, prévenus de l’attaque, interviennent et sont visés par des jets de pierre. Les agresseurs finissent par prendre la fuite.
Peu avant 20h, les sapeurs-pompiers interviennent à nouveau pour un feu de poubelles sur le même secteur et font, à nouveau, l’objet de jets de mortiers. Un sapeur-pompier, touché au visage, est légèrement blessé. Les policiers leur portent secours et font usage de lanceurs de balles de défense afin de mettre en fuite la vingtaine de personnes qui s’en prenaient aux secouristes. Aucune interpellation n’a eu lieu pour le moment mais une enquête est en cours.

*****

Grenoble : « Kill cops, not pigs » 

Le Dauphiné / vendredi 17 décembre 2021

*****

Nantes : La haine des uniformes s’exprime près du Palais de Justice

Ouest-France / jeudi 16 décembre 2021

Trois tags pour un déversement de haine contre la police. Des menaces et des appels au meurtre de « flics » ont été signalés, mercredi 15 décembre, dans la matinée, rue La-Noue-Bras-de-Fer, à deux pas du palais de justice, sur l’île de Nantes. Un exemple des messages : « 1flic 1balle justice sociale ». Des constatations ont été menées sur les lieux pour tenter d’identifier les auteurs de ces mots écrits en peinture rose. […]

*****

Les magasins sommés de balancer les acheteur.euse.s de mortiers d’artifice

Le Parisien / lundi 20 décembre 2021

Les mortiers n’ont pas fini de faire parler d’eux. Les ventes « suspectes » de ces engins pyrotechniques parfois utilisés comme des armes, devront désormais être signalées au ministère de l’Intérieur, selon un décret publié lundi. Le Journal officiel stipule que « tout commerce coupable de ne pas signaler les transactions suspectes s’exposera désormais à une contravention de 5e classe, soit une amende de 1 000 euros ».

Le décret précise également ce qui constitue le caractère suspect d’une vente. Un signalement doit être réalisé « immédiatement après la tentative de transaction », si le client « refuse de prouver son identité », « refuse de préciser l’usage qu’il envisage de faire » des feux d’artifice, en achète « des quantités inhabituelles », qu’il insiste pour payer en cash, ou bien souhaite acquérir des « articles inhabituels pour l’usage envisagé ».

Les commerçants disposent d’un délai maximum de 72 heures pour faire remonter cette information au ministère de l’Intérieur. Ils devront également tenir un registre de leurs ventes des 18 derniers mois à la disposition de la police et de la gendarmerie.

Publié quelques jours avant le réveillon du Nouvel An, lors duquel les forces de l’ordre sont chaque année la cible de mortiers d’artifice, ce décret est la traduction de mesures votées en mai dans la loi Sécurité globale. Cette loi prévoit également d’interdire la vente de mortiers d’artifice au grand public, en punissant de six mois d’emprisonnement les commerçants qui accepteraient de les vendre à des non professionnels. […]

*****

Contre les yeux de la police

Rillieux-la-Pape (métropole de Lyon) : Poubelles en feu contre caméra de surveillance

Le Progrès / vendredi 24 décembre 2021

Les faits se sont produits ce jeudi, en début de soirée sur le secteur de la Velette. Il était environ 18 h 30 quand les pompiers sont intervenus avenue Général Leclerc. Deux poubelles, placées au pied d’un mât d’une caméra de vidéosurveillance étaient en feu. Trois individus ont été vus en train de dégrader les poubelles et prendre la fuite. Plusieurs patrouilles de police se sont déployées à proximité du bâtiment de Velette Service. Le secteur est resté calme. […]

*****

Marcillac-Vallon (Aveyron) : Des caméras sabotées 

Centre-Presse / mercredi 15 décembre 2021

Alors que le projet d’installation de caméras de protection à Marcillac avait fait couler beaucoup d’encre en son temps, il semblait que leur mise en service voici quelques semaines avait apaisé les tensions.
« Ce n’est malheureusement pas le cas », indique le maire Jean-Philippe Périé vent debout contre les actes de « vandalisme » perpétrés sur le parking de la salle des fêtes. « Dans la nuit du 4 décembre, une caméra a été volée après avoir été arrachée de son support à l’aide d’un marteau professionnel, une deuxième caméra installée sur un autre site a eu son câble d’alimentation sectionné. Les horaires font penser à une action concertée et les outils utilisés qu’il s’agit bien d’un acte délibéré et réfléchi ». […]

*****

Lyon : Du nouveau pour les JO 2024  ? Le tir à la caméra !

Radio Scoop / mardi 28 décembre 2021

Samedi 25 décembre dans le quartier de la Duchère dans le 9e arrondissement de Lyon, des individus encagoulés ont détruit une caméra de surveillance.
À proximité de l’Avenue Sakharov, l’un d’eux a tiré au fusil sur l’outil de vidéo-surveillance, le détruisant. Les trois hommes ont alors pris la fuite indique Actu 17.

Une enquête a été ouverte pour retrouver le tireur et ses complices. Aucune garde à vue n’était en cours lundi 27 décembre au soir.
Des faits similaires se sont déjà produits le 9 décembre dans le 8e arrondissement près de Mermoz où des caméras avaient été brûlées.




Source: Attaque.noblogs.org