Septembre 26, 2021
Par Le Monde Libertaire
319 visites



Une histoire des luttes

Michelle Zancarini-Fournel nous offre un livre sur l’histoire des luttes et des rĂȘves, une histoire des dominĂ©s, des « gens de peu ». Une femme du peuple, comme elle s’affirme dans son introduction, qui raconte une histoire des luttes de 1685 Ă  2015 en mettant en relief des luttes oubliĂ©es ou nĂ©gligĂ©es. Nous connaissons tous les Ă©vĂšnements rĂ©volutionnaires qui ont animĂ© notre vie nationale au travers des « grands hommes » de ces rĂ©volutions, mais qu’en est-il des esclaves dans les CaraĂŻbes, biens meubles au regard du Code noir ? Qu’ont vĂ©cu les protestants, martyrs de leur foi, dĂ©testĂ©s par Louis XIV ? Que sait-on du rĂŽle des femmes dans ces Ă©vĂšnements forts pour affirmer ses droits et sa dignitĂ© ?

L’Histoire des inconnus
En effet, notre historienne expose les processus d’exclusion, de dĂ©culturation, de nĂ©gation des « gens du peuple ». Les esclaves n’ont pas de nom, seulement un prĂ©nom, les protestants envoyĂ©s aux galĂšres, les femmes emprisonnĂ©es. Chacun se rappelle de la rĂ©volte des bonnets rouges en Bretagne, de Mandrin et de contrebande, les rĂ©voltes Ă©taient nombreuses sous l’Ancien rĂ©gime mais quel projet politique alternatif ? Les LumiĂšres construisent des valeurs Ă  vocation universelle, la parole circule dans les salons, les estaminets. Les parlements de province constituent un contrepouvoir efficace face Ă  la puissance royale. Certains passages du livre nous font vivre dans la rue, les faubourgs, les villages, la RĂ©volution. Les mots sont forts : « La tĂȘte du tyran vient de tomber ; le mĂȘme coup a renversĂ© les fondements de la monarchie parmi nous. Sa vie n’est plus, son corps est dĂ©sormais cadavre ; je crois enfin Ă  la RĂ©publique. » Cette phrase de Marat rĂ©sume fort la RĂ©volution, cette rupture avec l’Ancien rĂ©gime. Aucune autre rĂ©volution en France ne sera aussi puissante, sauf peut-ĂȘtre la Commune de Paris. La conjuration des Égaux est symbolisĂ©e par les propos de Babeuf Ă  son procĂšs : « J’oserai dĂ©montrer que ce procĂšs ne serait pas celui de la justice, mais celui du fort contre le faible, des oppresseurs contre les opprimĂ©s et leurs magnanimes dĂ©fenseurs. »

Une douloureuse prise de conscience
La pĂ©riode du XIXĂšme siĂšcle est trĂšs intĂ©ressante car peu connue du grand public, hormis les grandes mutations institutionnelles. Nombre de contestations, de rĂ©voltes, de sociĂ©tĂ©s secrĂštes, les clubs, les banquets, avec cet esprit de coopĂ©ration et de mutuelle. Le monde ouvrier prend conscience de sa force (les Canuts). Les campagnes bougent avec le syndicalisme agricole reprĂ©sentĂ© par Emile Guillaumin (La vie d’un simple), l’arrivĂ©e de nouvelles technologies et de moyens de transports comme le raconte Roger Thabault dans les Deux-SĂšvres. Les conquĂȘtes coloniales connaissent massacres et souffrances comme en AlgĂ©rie et Ă  Madagascar.

Le dĂ©but du XXĂšme siĂšcle, c’est aussi celui des grandes grĂšves ouvriĂšres, celle des mineurs (CourriĂšres), des sardiniĂšres Ă  Douarnenez. Les syndicalistes et les leaders politiques allaient en prison pour avoir dĂ©fendu leurs opinions et les gens du peuple. Au dĂ©tour d’une page paraĂźt une situation oubliĂ©e comme des enfants envoyĂ©s en maison de redressement.
AprĂšs-guerre, nous connaissons les grĂšves quasi-insurrectionnelles, la guerre d’AlgĂ©rie, les remises en cause sociĂ©tales qui aboutissent Ă  Mai 68 et se poursuivent avec Le joint français, Lip, le fĂ©minisme, la contestation de la loi DebrĂ©, le Larzac, des combats permanents pour des rĂȘves qui deviennent pour une part rĂ©alitĂ©.

Laissons la parole Ă  Gilles Deleuze : « Croire au monde, c’est aussi bien susciter des Ă©vĂšnements mĂȘme petits qui Ă©chappent au contrĂŽle, ou faire naĂźtre de nouveaux espaces-temps, mĂȘme de surface et de volume rĂ©duits. C’est au niveau de chaque tentative que se jugent la capacitĂ© de rĂ©sistance, ou au contraire, la soumission Ă  un contrĂŽle [
]. Il faut Ă  la fois crĂ©ation et peuple. »
C’est ce qu’a voulu montrer Michelle Zancarini-Fournel.

Francis Pian

Les luttes et les rĂȘves. Une histoire populaire de la France de 1685 Ă  nos jours, Michelle Zancarini-Fournel. Ed. Zones, 2016




Source: Monde-libertaire.fr