Septembre 12, 2021
Par Le Monde Libertaire
268 visites


Makhno nous interpelle !

C’est une voix qui nous vient de loin, d’Ukraine pendant la rĂ©volution de 1917 et la guerre civile qui s’en suivit. Comme l’écrit Lucile Pelletier dans La Revue prolĂ©tarienne, en 1934, « C’est une grande figure rĂ©volutionnaire qui vient de disparaĂźtre. Makhno ! Ce nom Ă©voque tout un Ă©pisode tragique et glorieux de l’histoire rĂ©volutionnaire : la lutte hĂ©roĂŻque des paysans ukrainiens pour briser le front contre-rĂ©volutionnaire des Denikine, des Wrangel et pour donner Ă  la rĂ©volution d’Octobre son vrai sens : la prise du pouvoir, non par un parti politique, mais par les travailleurs eux-mĂȘmes. Mahkno Ă©tait restĂ© le vivant symbole de ce mouvement de libĂ©ration des masses paysannes aprĂšs en avoir Ă©tĂ© l’ñme ». Pendant trois ans, il parvient Ă  mobiliser ces masses contre les forces austro-hongroises, les contre-rĂ©volutionnaires russes puis les bolcheviks. Banni il se rĂ©fugie Ă  Paris en 1925, vivant de peu, malade, il travaille un temps chez Renault comme ouvrier tourneur. Le petit livre de Nestor Makhno, L’anarchisme et notre Ă©poque rĂ©cemment publiĂ© n’a pas vocation Ă  dresser la biographie ni Ă  analyser la Makhnovchtchina. Pour cela, je renvoie aux livres de rĂ©fĂ©rence d’Alexandre Skirda disponibles chez Publico.

Les Ă©ditions L’Esprit du temps ont souhaitĂ© regrouper certains textes majeurs de Mahkno aprĂšs une nĂ©crologie/introduction de Lucile Pelletier. Cinq thĂšmes organisent cette prĂ©sentation : l’anarchisme, la rĂ©volution anarchiste, la Guerre civile en Russie, l’antisĂ©mitisme et la Guerre d’Espagne.

Une voix du peuple
Soulignons-le, Makhno n’est pas un intellectuel, il est certes aidĂ© par Voline et quelques amis issus du monde urbain mais trop peu comme il le regrettera. C’est donc une voix du peuple, des propos d’un militant qui s’est consacrĂ© Ă  la construction d’une alternative au pouvoir accaparĂ© par les bolcheviks et qui s’exprime avec ses mots. Cela donne une force particuliĂšre Ă  ces textes qui dĂ©butent par une dĂ©finition de l’anarchisme. « L’anarchisme, ce n’est pas seulement une doctrine qui traite de la vie sociale de l’homme, comprise dans son sens Ă©troit que lui prĂȘtent les dictionnaires politiques et, parfois, lors de meetings, nos orateurs propagandistes. C’est aussi un enseignement qui embrasse la vie de l’homme dans son intĂ©gralitĂ© ». Et puis il dĂ©veloppe une idĂ©e majeure dans la seconde partie de sa vie militante : la nĂ©cessitĂ© d’une Union des anarchistes pour regrouper ceux-ci, leur donner du poids face aux partis constituĂ©s qui contre-rĂ©volutionnaires, bolcheviks ont accaparĂ© le pouvoir au dĂ©triment du peuple. Ses textes consacrĂ©s Ă  la discipline rĂ©volutionnaire et aux « voies » du pouvoir prolĂ©tarien mĂ©ritent l’attention.

La lutte contre l’État constitue une prioritĂ©. « Le fait que l’État moderne soit le type d’organisation d’un pouvoir fondĂ© sur l’arbitraire et la violence dans la vie sociale des travailleurs est indĂ©pendant de son caractĂšre « bourgeois » ou « prolĂ©tarien ». Il repose sur le centralisme oppressif, dĂ©coulant de la violence directe d’une minoritĂ© sur la majoritĂ©. Chaque État utilise, pour affirmer et imposer la lĂ©galitĂ© de son systĂšme, outre le fusil et l’or, des moyens puissants de pression morale. A l’aide de ces moyens, un petit groupe de politiciens rĂ©prime psychologiquement toute la sociĂ©tĂ© et, en particulier, les masses laborieuses, les conditionnant de façon Ă  dĂ©tourner leur attention du servage instaurĂ© par l’État ». Des propos d’une actualitĂ© rare !!

La trahison bolchevique

La force du tĂ©moignage est particuliĂšrement puissante dans les textes oĂč Makhno dĂ©montre les manipulations des bolcheviks qui se sont empressĂ©s d’occuper les postes vacants du pouvoir d’Etat et d’utiliser la violence « la plus horrible » contre tous ceux qui s’opposaient a leurs visĂ©es. « Ce comportement a Ă©tĂ© en mĂȘme temps habilement masquĂ© par la dĂ©fense de la rĂ©volution ». L’analyse par Makhno des dĂ©bats du XIVĂšme congrĂšs du PC souligne les atteintes Ă  la justice sociale et particuliĂšrement Ă  l’égalitĂ© dans une sociĂ©tĂ© socialiste. Pour arriver au pouvoir et s’y maintenir, les bolcheviks mentent. Pour s’y maintenir, ils tuent. Le texte consacrĂ© Ă  Kronstadt rappelle que « les Kronstadiens exigĂšrent la mise en pratique des fondements de la rĂ©volution d’octobre : « rĂ©volutions libres des soviets, libertĂ© de parole et de presse pour les ouvriers et paysans, les anarchistes, les socialistes rĂ©volutionnaires de gauche ». C’en Ă©tait trop pour le pouvoir de LĂ©nine et de Trotsky qui massacre en mars 1921, les ouvriers et les marins.

Le Grand octobre en Ukraine ne fut pas l’Ɠuvre des ouvriers exclusivement mais aussi des paysans portĂ©s vers un « anarchisme instinctif » exprimant « une haine non dissimulĂ©e contre toute autoritĂ© Ă©tatique ». Le lecteur retrouvera le Manifeste de l’armĂ©e insurrectionnelle d’Ukraine, celle de Makhno.

La rencontre entre LĂ©nine et Makhno relatĂ©e par celui-ci est un moment d’anthologie qui montre clairement les deux cultures politiques, je dirais mĂȘme les deux morales. Elle n’est pas sans rappeler l’échange entre Trotsky et May Picqueray (voir la rubrique Des idĂ©es et des luttes 16 mai 2021). Elle est le prĂ©lude de la grande trahison en Ukraine, l’ArmĂ©e rouge, Trotsky ont besoin des troupes de Makhno pour gagner la bataille face Ă  l’armĂ©e contre rĂ©volutionnaire. Ils les pourchasseront et les massacreront ensuite sans oublier les salir en les accusant de crimes, de pillages, de pogroms, d’antisĂ©mitisme. Une mĂ©thode classique chez eux. Cela conduira Makhno Ă  se dĂ©fendre frĂ©quemment contre ces accusations.

RĂ©fugiĂ© en France, Makhno poursuit son combat avec ses faibles forces. Il apportera son soutien aux anarchistes espagnols dans un texte de 1931 avec toujours un sens prĂ©monitoire. « Vive l’aspiration fraternelle commune de tous les militants anarchistes Ă  rĂ©aliser cette grande Ɠuvre qui est le but de notre mouvement : la rĂ©volution sociale pour laquelle nous sommes en lutte ».

Francis PIAN

L’anarchisme et notre Ă©poque, Nestor Makhno. Ed. L’Esprit du temps, 2021




Source: Monde-libertaire.fr