DĂ©cembre 8, 2021
Par Le Monde Libertaire
128 visites


Une crise de toutes piĂšces ?

Crise sociĂ©tale ? Retraites menacĂ©es ? FragilitĂ© du lien social ? Un prĂ©sident sĂ»r de lui et dominateur ? Une situation sanitaire qui met Ă  mal les libertĂ©s publiques ? Peu de doute quant Ă  sa rĂ©Ă©lection malgrĂ© les manifestations qui ont Ă©maillĂ© son quinquennat et les frissons simulĂ©s qui parcourent la classe politique professionnelle. Comment a-t-on pu en arriver lĂ  ?

Bruno Amable, dans son ouvrage La rĂ©sistible ascension du nĂ©olibĂ©ralisme, fournit une analyse politique et Ă©conomique de la situation de la France sur les cinquante derniĂšres annĂ©es. Pour lui, nous avons vĂ©cu un entre-deux dans lequel la France n’a pas adoptĂ© les rĂ©formes libĂ©rales Ă  tout crin et s’est mĂȘme opposĂ©e Ă  « une certaine tradition de contestation du nĂ©olibĂ©ralisme et du capitalisme en gĂ©nĂ©ral Â» mais ses responsables, toutes tendances politiques confondues, se sont tournĂ©s vers les employeurs en espĂ©rant que les cadeaux notamment fiscaux, versĂ©s au fil des ans favoriseraient la croissance, donc l’emploi. Balivernes, comme nous le voyons toutes et tous. En rĂ©alitĂ©, les faits dĂ©montrent que cette classe n’a pas de ligne politique, ni idĂ©ologique pour organiser la sociĂ©tĂ© et faire face aux problĂšmes du temps. En rĂ©alitĂ©, la droite, la gauche et les autres cherchent pĂ©riodiquement quelques points faussement clivants pour crĂ©er des enjeux lors des Ă©lections. Faute d’enjeu, l’abstention est au rendez-vous comme lors des derniĂšres Ă©lections locales.

Tout est sclĂ©rosĂ© ?

Pour Amable, le systĂšme capitaliste a connu deux temps forts, l’un, lors du plan de rigueur des annĂ©es 1983 et l’autre, sous la prĂ©sidence de François Hollande. C’est la fin des compromis. Le Ps se concentre autour des urbains et des classes supĂ©rieures, Amable les appelle « le bloc bourgeois Â», ils deviendront naturellement macroniens. L’ouvrage dĂ©fend une thĂšse et donne matiĂšre Ă  rĂ©flexion, tant mieux ! il ne s’agit pas d’ĂȘtre en accord mais de penser sur ce qui commence Ă  devenir un temps un peu long. La stratĂ©gie est-elle manipulatrice ? Depuis les annĂ©es 2010, il est de bon ton dans les mĂ©dias de souligner la mauvaise performance de la France
 en tout. Le systĂšme juridique est vieux, les prestations sociales mal calibrĂ©es, l’économie ne tourne pas, bref, tout est sclĂ©rosĂ©, inflexible, boursouflĂ©. Donc il faut rĂ©former, le grand mot est lĂąchĂ© depuis plus de 20 ans. C’est si catastrophique que cela ? Pourtant Bruno Amable procĂšde Ă  une analyse comparative avec d’autres pays europĂ©ens et notre Ă©conomie supporte la comparaison. Vous dĂ©couvrirez des chiffres intĂ©ressants notamment sur l’emploi. Il y a peut-ĂȘtre moins de chĂŽmage en Allemagne mais le temps partiel obligatoire fausse les donnĂ©es.

La voie des technocrates

Le « bloc social dominant Â» pour reprendre l’expression de l’auteur dĂ©finit l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral et se compose d’experts, de gestionnaires qualifiĂ©s qui n’ont que mĂ©pris pour les « couches Â» populaires. Et les socialistes ont assurĂ© cette transition. LĂ  oĂč la gauche mĂȘme institutionnelle gardait quelques bases populaires et oĂč aprĂšs des acquis sociaux rĂ©els en 1981-1983 tels que les augmentations de minima sociaux, l’embauche de 55 000 fonctionnaires, le nĂ©olibĂ©ralisme sous couvert de rĂ©alisme s’affiche clairement. Selon Bruno Amable, un groupe d’intellectuels originellement composĂ© d’Aron, de Rueff pour les plus connus, s’est attachĂ© depuis longtemps Ă  crĂ©er une troisiĂšme voie oĂč des technocrates compĂ©tents pourraient diriger la sociĂ©tĂ© et rĂ©duire l’aspect dĂ©mocratique Ă  une illusion.

La nouvelle orthodoxie Ă©conomique dĂ©fend la compĂ©titivitĂ© par l’augmentation des profits en faisant croire, qu’ils seront les emplois de demain. La fragilisation des droits sociaux s’affirme sous Jacques Chirac. La oĂč la droite met en Ɠuvre son programme, la gauche fait le contraire de ses promesses Ă©lectorales, quitte Ă  « dĂ©cevoir sa base sociale de gauche en raison des options politiques prises aprĂšs la victoire Ă©lectorale Â». Amable prend le cas de la cĂ©lĂšbre loi El Kohmri et sa fragilisation des droits, ce que la droite n’a jamais osĂ© faire avec autant d’audace. Un PS embourgeoisĂ© oĂč « les professions intellectuelles et hautement qualifiĂ©es Â» reprĂ©sentent 51 % des adhĂ©rents et les ouvriers seulement 17%. Et encore, l’écart est nettement plus Ă©crasant dans les sphĂšres parlementaires et de l’infrastructure partisane. DĂšs lors qu’un produit prĂ©sidentiel se prĂ©sente, ces professions sans vergogne se tournent vers le nouveau maĂźtre du pouvoir et abandonnent le parti qu’elles ont utilisĂ© pour gagner la bataille du profit, de leurs profits, suscitant une plus grande fragilitĂ© sociĂ©tale.

‱ Bruno Amable
La résistible ascension du néolibéralisme
Ed. La DĂ©couverte, 2021

‱ Sur la crise du Parti socialiste, je renverrai vers un classique de la sociologie politique
Robert Michels
Les partis politiques
Ed. de l’UniversitĂ© de Bruxelles, 2009




Source: Monde-libertaire.fr